OL : le gros coup de pression de Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot aux joueurs

Après la terrible débâcle face à West Ham en Ligue Europa, l'état-major de l'Olympique Lyonnais a fait corps derrière Peter Bosz en conférence de presse. L'occasion aussi pour les dirigeants rhodaniens de mettre les joueurs face à leurs responsabilités.

Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot
Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot ©Maxppp

L'OL a la gueule de bois. Ce vendredi matin, le club rhodanien ne s'est pas réveillé avec l'ivresse de la victoire mais plutôt avec un terrible goût amer dans la bouche et de sacrés maux de tête. Hier soir, les pensionnaires du Groupama Stadium ont, en effet, été humiliés par West Ham (3-0) en quart de finale retour de Ligue Europa. Une élimination qui a provoqué la colère des supporters qui ont tenté d'envahir le terrain pendant que le milieu de terrain Houssem Aouar était insulté par un fan présent près du banc. Une soirée difficile donc qui a laissé des traces chez les Gones qui titubent.

La suite après cette publicité

Peter Bosz n'a pas beaucoup dormi cette nuit comme il l'a confié aux journalistes lors d'un point presse organisé ce vendredi. Présents à ses côtés, Jean-Michel Aulas, très marqué physiquement, et Vincent Ponsot sont venus faire passer quelques messages importants alors que l'OL va jouer un match crucial dans la course à l'Europe dimanche face à Bordeaux. Premier à prendre la parole, JMA s'est adressé aux supporters. «Quand on investit pour venir voir un quart de finale de Coupe d'Europe, on a envie que la fête soit belle et que le résultat soit à la hauteur. Je veux leur dire qu'on partage leur tristesse». Ensuite, le patron des Gones, qui a confirmé Bosz à la tête de l'équipe, a mis les joueurs face à leurs responsabilités.

JMA en demande plus à ses joueurs

«La responsabilité que nous avons, c'est de ne pas s'arrêter au résultat sec de jeudi, qui est négatif. On n'a pas répondu en termes de résultat aux attentes. C'est vrai que l'ambiance magnifique aurait dû aussi toucher les joueurs qui ont un peu perdu le sens de ce qu'il fallait faire après le premier but de West Ham. Quand on est dirigeant, il faut faire une analyse objective. Et c'est qu'il reste sept matchs. On a un groupe structuré très important et qui fait l’admiration de la plupart des clubs en Europe. Comme Barcelone ou l'Atalanta Bergame, on n'a pas su passer ce cap que l'on aurait pu passer».

Le président de l'OL a ensuite ajouté : «depuis l'arrivée de Peter, c'était un des sujets qu'on recherchait, on voulait renforcer la discipline, l'exigence. Un joueur qui arrive en retard ne joue pas. On leur demande beaucoup d'efforts. Quand ils vont jouer à l'autre bout du monde, on a souvent tendance à les ramener en avion privé pour qu'ils soient efficaces pour le match d'après. J'ai un peu modifié le discours, en disant qu'on estime faire le maximum. On pense que Peter et son staff sont dans la vérité. Par déduction, on va demander un peu plus aux joueurs et les mettre devant leurs responsabilités. Même si nous pensons sauver la saison par les résultats qu'on espère, le risque existe. Il faut que les joueurs prennent conscience qu'ils n'ont plus le droit à l'erreur et c'est une sévère remise en cause qu'on va leur demander».

Bosz n'épargne pas ses troupes mais veut avancer

JMA a enfin conclu : «on va laver notre linge sale en famille. On va échanger, se voir. Les joueurs ne font pas exprès, il y a toujours une raison derrière une mauvaise performance (soit du privé, soit de l'intimité). La baisse de régime mentale après le premier but hier, on ne l'explique pas trop». Comme lui, le directeur du football, Vincent Ponsot, a avoué attendre plus des joueurs. «Si les objectifs ne sont pas atteints, on se posera des questions. Ce n'est jamais la responsabilité que d'une partie. Ce sera une responsabilité collective, il faudra faire la bonne analyse. On fera le bilan en fin de saison. Il n'y a pas de léthargie chez nous. Si les objectifs ne sont pas remplis il faudra en tirer des conclusions, mais il reste 7 matchs, on ne baisse pas les bras. On tirera à la fin les leçons de cette saison».

Déçu après le match d'hier, Peter Bosz a reconnu des erreurs. Mais le Néerlandais veut avancer. «Je pense que le but à la 47e a été dur. Si tu rentres avec 1-0, c'est différent de 2-0. Je parle mentalement même avec 1 ou 2-0. On ne peut pas tomber aussi bas qu'hier. On est humains. C'est arrivé mais ça ne peut pas arriver. (...) C'est un grand challenge pour moi (la fin de saison). Peu de monde pense qu'on va y arriver. Je vais pousser les joueurs, ils ne sont pas tous seuls là-dedans. (...) J'ai parlé ce matin avec les joueurs. Je leur ai dit que je comprenais leur déception. Moi le premier je suis déçu, tous ceux qui aiment l'OL le sont. Mais on doit passer à autre chose. On a le match le plus important de cette saison contre Bordeaux qui arrive dimanche. Il faut bien se préparer et ça commence aujourd'hui»*. L'opération commando est lancée à Lyon !

Exclusivement pour Foot Mercato, créez votre compte Parions Sport en ligne dès aujourd'hui pour profiter du bonus de bienvenue jusqu’à 200€ offert et 10€ de freebet sans dépôt avec le code FML1.

Plus d'infos

Commentaires