OL - Juventus : les notes du match

Exploit de l'Olympique Lyonnais ! Grâce à un but de Lucas Tousart et un esprit collectif à toute épreuve, les Gones ont battu la Juventus (1-0).

Les Lyonnais célèbrent le but victorieux de Lucas Tousart
Les Lyonnais célèbrent le but victorieux de Lucas Tousart ©Maxppp
La suite après cette publicité

Après le Paris Saint-Germain, place au deuxième représentant français qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Opposé à la Juventus de Cristiano Ronaldo, l’Olympique Lyonnais s’est présenté dans un 3-4-3 dans lequel la recrue hivernale Bruno Guimarães célébrait sa deuxième titularisation, mais sa première au Groupama Stadium et en Coupe d’Europe. Dès l’entame de la rencontre, les Turinois ont posé le pied sur le cuir, faisant courir les Gones sans toutefois imposer un rythme endiablé. Sans doute un regret pour Rudi Garcia, le coach rhodanien avait en effet réclamé un gros effort collectif à ses joueurs pour bousculer la Juve. Il n’en fallait pas tant pour une Vieille Dame pas transcendante non plus, mais qui s’est approchée du but d’Anthony Lopes par l’intermédiaire de Cristiano Ronaldo (4e) et sur coups de pied arrêtés. Un petit jeu de domination qui n’a toutefois duré qu’un gros quart d’heure.

Après un début de match timoré offensivement parlant et calé sur le rythme imposé par les Bianconeri, l’OL s’est enfin décidé à jouer de l’avant grâce à un pressing enfin efficace et à des jeux en triangle débouchant sur des centres pour le duo Dembélé-Toko Ekambi. Plus libérés, les Gones, emmenés par un Houssem Aouar percutant, ont alors enfin commencé à envoyer un grand nombre de munitions devant les cages de Szczęsny. Karl Toko Ekambi a d’ailleurs fait trembler le Polonais en trouvant la barre transversale de la tête sur un corner d’Aouar (21e). Chahutée, la Juventus s’est retrouvée piégée dans le filet lyonnais. parfaitement disposés sur le terrain, les partenaires de Moussa Dembélé coupaient court à presque toutes les tentatives de relance grâce à un entrejeu fourni et l’apport défensif important de la d’oubliette Cornet-Dubois sur les côtés.

L'esprit collectif en or de l'OL

Un temps fort qui a finalement été récompensé par un débordement payant d’Aouar sur le côté côté pour l’ouverture du score signée Lucas Tousart (1-0, 31e). Un scénario que peu d’observateurs avaient prédit. En face, les Bianconeri n’existaient plus et en étaient réduits à rechercher Ronaldo sur de longs ballons. De quoi confirmer la pauvreté du jeu proposé par la bande de Maurizio Sarri dernièrement, notamment à l’extérieur. L’addition aurait d’ailleurs pu être plus corsée pour les Turinois si Dembélé (34e) et Toko Ekambi (41e, 43e) s’étaient montrés plus adroits. Sans oublier la main de Cuadrado dans sa surface qui aurait pu être sifflée (37e). Mais après 45 minutes, l'OL pouvait être fier du travail accompli. Au retour des vestiaires, les Italiens ont logiquement repris le contrôle du ballon, bien obligés de réagir. Bien regroupés, les Gones ont beaucoup subi.

Après une première période riche en efforts et une entame de deuxième passée à courir après le cuir, on pouvait logiquement se demander quand l’OL allait craquer. Mais au final, les Rhodaniens n’ont pas rompu. Pourtant, les vagues d’attaques n’ont pas cessé. Usés physiquement, les hommes de Rudi Garcia ont énormément souffert, passant le plus clair de leur temps devant leur surface. Dybala (67e, 87e), Higuain (83, 85e), et Ronaldo (84e) ont d’ailleurs donné de grosses sueurs froides en toute fin de match. Mais ce soir, les nombreux déchets techniques de la Vieille Dame ont fait pencher la balance du côté des Lyonnais. Enorme exploit des Gones qui n’avaient jamais battu les Bianconeri. Ces derniers devront donc l’emporter au moins 2-0 s’ils ne voudront pas vivre une nouvelle désillusion en Ligue des Champions.

Revivez le film du match ici

Homme du match : Aouar (7) : libéré des taches défensives dans le 3-4-3, le milieu de terrain devait se contrer sur l’attaque. Une nouvelle fois attendu au tournant à l’heure où l’OL joue le money time de sa saison, le numéro 8 rhodanien a mis quelques minutes à démarrer. Et puis il a enfin pu lâcher les chevaux. Intenable sur son côté gauche, il a multiplié les gestes techniques de haut vol : petit pont, conduite de l’extérieur du pied gauche. Passeur décisif pour Tousart après avoir failli l’être pour Toko Ekambi (21e), il a, comme plusieurs de ses partenaires, connu un gros coup de mou en deuxième période.

Olympique Lyonnais :

  • Lopes (5) : on lui annonçait une soirée difficile. Au final, hormis une alerte sur un centre-tir piqué de Cristiano Ronaldo dès la 4e minute et une claquette sur un centre, toujours de CR7 (24e), le portier rhodanien n’a pas été inquiété plus que ça en première période. En revanche, la fin de match lui a donné quelques sueurs froides sur des tentatives signées Dybala (67e, 87e), Ronaldo (84e) et Higuain (83e).

  • Denayer (5) : si le bloc défensif lyonnais a été solidaire et a tenu ce soir, le Belge a causé pas mal de frayeurs à ses coéquipiers. La raison ? Un marquage trop lâche sur Ronaldo. En refusant de serrer le Portugais, l’ancien Citizen a permis au Bianconero de s’approcher trop facilement du but de Lopes. Heureusement pour lui, CR7 n’était pas inspiré ce soir et la poussette du Diable Rouge à la 84e sur le Lusitanien

  • Marcelo (5,5) : à la 28e minute, on a bien cru qu’il avait encore perdu ses nerfs après un carton jaune reçu pour un raffut sur Dybala. Au final, le Brésilien n’a pas flanché. Dans un match où l’OL ne voulait pas laisser d’espaces aux stars offensives adverses, il a su répondre présent dans les duels. Il ne s’est souvent pas embêté dans la relance, mais ce soir, ce n’est pas ce que l’on retiendra.

  • Marçal (6) : repositionné dans un rôle de troisième défenseur central, le compatriote de Marcelo n’a pas toujours affiché une sérénité à toute épreuve, mais il n’a rien lâché. Capable de battre Ronaldo au duel de la tête, l’ancien du Benfica a toujours été là pour mettre un pied ou son corps pour contrer les tentatives turinoises.

  • Dubois (6) : positionné un cran plus haut, le latéral avait pour mission d’aider les trois centraux dans le quadrillage défensif. Une mission qu’il a parfaitement remplie. Son adversaire direct, Adrien Rabiot, a ainsi été totalement invisible et même Ronaldo a été gêné. De retour de blessure, il a cédé sa place à Tete à cause de crampes (77e).

  • Guimarães (7) : pour son premier match de Ligue des Champions, le Brésilien était aligné aux côtés de Lucas Tousart. Un positionnement plutôt bas qui lui a permis de ne pas faire face à un pressing de tous les instants de la Juventus. Cela n’enlève rien à la qualité de son match. Il ne s’est jamais affolé. Propre dans ses passes, souvent tournées vers l’avant, le Brésilien a perdu peu de ballons. Il a aussi été l’un des joueurs ayant le plus couru sur le pré. Bref, une adaptation éclair e une capacité à aller de l’avant qui laisse entrevoir de belles choses. A noter toutefois un contact très limite sur Dybala à la 89e minute dans sa surface.

  • Tousart (6,5) : le joueur de l’Hertha Berlin a encore frappé. Buteur face au Barça l’an dernier en huitième, le milieu de terrain a remis ça ce soir. Une belle récompense pour l’ex-Valenciennois qui s’est battu comme un chien avec Guimarães pour couvrir beaucoup de terrain. Une activité sans fin qui a écoeuré les Turinois.

  • Aouar (7) : voir ci-dessus.

  • Cornet (6,5) : à l’instar de Dubois, son objectif principal était de prêter main-forte à sa défense. Et c’est ce qu’il a fait. Après avoir ramassé physiquement face à Danilo, il n’a pas chômé pour tenter des percées. Il a en revanche multiplié les fautes en deuxième période, obligé de défendre sans relâche quand la Juve a acculé les Gones. Remplacé par Andersen (81e).

  • Toko Ekambi (6) : il n’a pas marqué, mais quelle activité pour l’ancien pensionnaire de Villarreal ! Au moment où l’OL a eu son temps fort en première période, le Camerounais a multiplié les courses devant. Souvent trouvé sur le côté, il a pu délivrer quelques centres intéressants. Il regrettera ses trois occasions de but avant la pause (41e, 43e), dont une tête qui a fini sur la barre transversale (21e). Fatigué, il a rapidement disparu de la circulation au retour des vestiaires Remplacé par Terrier (66e).

  • Dembélé (5,5) : muet face au but, il n’a d’ailleurs quasiment eu aucune occasion, le buteur rhodanien n’a pas été avare en efforts pour autant. Précieux dans son jeu de corps et de protection de balle, il a tenté d’exister comme il pouvait face ax défenseurs transalpins.

Juventus :

  • Szczęsny (5,5) : l'ancien gardien d'Arsenal a capté son premier ballon rapidement sur une frappe contrée de Dembélé (7e). S'il ne peut rien faire sur le but de Tousart (31e), il a par la suite repoussé un centre de Toko Ekambi des deux poings (37e) avant d'arrêter tranquillement la frappe lointaine peu dangereuse de Guimarães (45e+2). Dans le second acte, il n'aura eu qu'à contrôler un ballon dans les airs (50e). Un match bizarre pour le Polonais.

  • Danilo (3,5) : le défenseur de 28 ans a vécu une première période cauchemardesque. Dépassé sur son côté droit, il n'a pas réussi à stopper un Maxwel Cornet des grands soirs. Offensivement, il n'a pas autant pesé qu'Alex Sandro de l'autre côté. S'il a légèrement rectifié le tir en seconde période, cela reste un match à oublier pour l'international brésilien.

  • Bonucci (4,5) : l'international italien a bien réalisé quelques interventions, que ce soit de la tête (20e) ou des pieds (42e, 65e). Mais le capitaine de la Vecchia Signora a été globalement bousculé par Dembélé. Dans la relance, il s'est un peu trop précipité mais a au moins eu le mérite d'amener de la vitesse dans le jeu des Turinois.

  • de Ligt (5) : l'ancien défenseur central de l'Ajax n'a pas rassuré dans toutes ses interventions en début de match. S'il est intervenu de justesse de la tête devant Dembélé (23e), la semelle involontaire de son coéquipier Alex Sandro lui a mis la tête en sang et l'a tenu éloigné du terrain au moment de l'ouverture du score de Tousart (31e). Sa présence sur le rectangle vert a permis à la Juve de contenir les offensives adverses (60e, 65e).

  • Alex Sandro (4) : le latéral gauche brésilien a vécu une partie compliquée sur le plan défensif à Lyon. S'il a gratté quelques ballons, le danger est trop souvent venu de son côté gauche. L'ancien joueur de Porto est fautif sur le but Lyonnais, puisqu'il a été battu au duel par Tousart (31e). Offensivement, il a toutefois tenté d'apporter le surnombre et de créer du danger avec ses nombreux centres.

  • Betancur (3,5) : l'international uruguayen n'a pas été rayonnant au Groupama Stadium. Défensivement, il a été battu sur cette tête sur la barre de Toko Ekambi sur corner (21e). Mais il s'est surtout fait enrhumer par Aouar sur le premier but des Gones (31e). Il n'a pas réussi à peser offensivement.

  • Pjanić (5) : l'ancien joueur de l'OL a été, comme à son habitude, le premier fer de lance de son équipe. Tous les ballons sont passés par ses pieds mais le Bosnien n'a pas réussi à trouver la faille dans ses transmissions pour autant. A noter son intervention décisive (41e) dans la surface, lui qui a récupéré quelques ballons hauts soulageant le bloc turinois. Remplacé par Ramsey (62e), qui a rapidement pesé sur les joueurs Lyonnais et a fait du bien au milieu de terrain de la Juve. Très bonne entrée de l'ancien Gunner.

  • Rabiot (4,5) : préféré à Matuidi, l'ancien milieu de terrain du PSG a connu très peu de déchet technique dans ses passes et a bien orienté le jeu quand il avait le cuir dans ses pieds. On a senti une volonté d'aller de l'avant dans son comportement sur la pelouse et il n'a pas hésité à effectuer son travail défensif. Remplacé par Bernardeschi (78e), qui a manqué de justesse dans ses quelques minutes disputées mais a quand même amené de la fraîcheur.

  • Cuadrado (3) : l'international colombien a éprouvé des difficultés sur les tâches défensives que réclamait l'opposition lyonnaise. Dans ses prises de balles, l'ancien de la Fiorentina a tenté d'apporter un peu de folie pour déstabiliser la défense de l'OL. En vain. Remplacé par Gonzalo Higuain (70e), qui n'a pas réussi à redresser sa tête (83e) avant de manquer le cadre de près dans la surface (85e).

  • Dybala (5,5) : la Joya a réalisé un match intéressant dans son pressing, qui a gêné l'axe central de l'OL, Marcelo notamment, mais surtout dans ses déplacements. Dos au but, son petit gabarit ne l'a pas vraiment handicapé. Peu aidé par le manque de créativité offensif de ses partenaires en première période, l'Argentin n'a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent dans cette première manche face à l'OL. Il a beaucoup décroché quand ses partenaires ont eu la possession mais ni cette reprise fuyant le cadre de Lopes (69e) ni cette frappe envolée dans les travées du Groupama Stadium (80e) n'ont trouvé le chemin des filets.

  • Ronaldo (5) : le quintuple Ballon d'Or a rappelé qu'il fait partie des meilleurs joueurs au monde. À chaque fois qu'il a eu le cuir entre les crampons, il s'est passé quelque chose au Groupama Stadium. Soit la défense de l'OL a été poussée à la faute, soit Anthony Lopes a tremblé. Comme sur ce centre tir dès l'entame de match (5e) ou encore sur ce ballon repris de justesse par Cornet sur sa ligne devant Betancur (24e). Sa frappe enroulée n'a pas été assez travaillée pour tromper la vigilance de son compatriote (35e). Il a souvent repiqué dans l'axe et décroché pour participer au jeu afin de déstabiliser les Lyonnais mais il n'aura pas réussi à faire la différence cette fois-ci.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires