Equipe de France : Kylian Mbappé n'a pas convaincu

Deux titularisations et une entrée en jeu. Malgré ce temps de jeu conséquent face à des adversaires abordables, Kylian Mbappé n'a pas été le moteur attendu de l'attaque française au cours de ce mois de mars.

Kylian Mbappé avec les Bleus.
Kylian Mbappé avec les Bleus. ©Maxppp
La suite après cette publicité

Rassurons tout de suite Kylian Mbappé, nous ne cherchons pas à le pousser à quitter la France et le PSG. Le but est seulement d'analyser ses dernières prestations avec l'équipe de France. Et malheureusement pour lui, elles ne sont pas bonnes. Pourtant, le sélectionneur national Didier Deschamps a tenté des choses différentes au cours des trois rencontres, face à l'Ukraine, au Kazakhstan et à la Bosnie-Herzégovine. Contre l'Ukraine, il avait été positionné côté gauche, là où il est le plus souvent utilisé en club, et où il se place souvent de lui-même, avant de finir dans l'axe, sans plus de succès.

Il s'était créé peu d'occasions et avait agacé par sa nonchalance dans le replacement défensif et l'attitude, comme sur le but ukrainien. Face au Kazakhstan, son entrée en jeu dans l'axe avait été marquée par des occasions ratées, avec en prime un penalty stoppé par le gardien. De nouveau titularisé, en numéro 9 devant Griezmann, face à la Bosnie mercredi soir, Mbappé a d'abord donné l'impression d'être dans un bon soir, avant de plonger et d'être inoffensif.

Mbappé ne veut pas parler de son positionnement

Le rassemblement du mois de mars ne l'a donc pas mis en valeur malgré un temps de jeu conséquent. La question de son positionnement en Bleu se pose également, tout comme son impact face à des défenses plus compactes. Interrogé sur ce sujet par RTL, Mbappé n'a pas voulu développer. « C'est toujours pareil, c'est mon quotidien. Je joue dans un championnat où je crois que ce n'est pas très ouvert tous les week-ends. Mais voilà, ça fait partie de mon quotidien. Après mon positionnement, je ne veux plus trop en parler parce que ça fait des débats inutiles. On me dit des choses que je n'ai pas dites, mais je ne vais plus parler de ça. Mais après, on a réussi à gagner et c'est le plus important parce qu'il faut toujours revenir au collectif. »

En Russie en 2018, c'est côté droit que l'attaquant français avait brillé, dans le système hybride de Didier Deschamps où Matuidi remplissait un rôle particulier côté gauche. Face à des adversaires de calibre inférieur, le sélectionneur a tenté de mettre en place des schémas plus offensifs, avec Mbappé sur son côté préférentiel à gauche et Coman à droite (contre l'Ukraine) par exemple. Sans que cela ne soit véritablement concluant, tout comme le positionnement de Mbappé en numéro 9, qui ne devrait pas inquiéter Olivier Giroud plus que cela. Cela sera l'un des chantiers de Deschamps en vue de l'Euro en juin prochain, trouver le bon dosage pour retrouver un Mbappé percutant et efficace.

Plus d'infos

Commentaires