Le patron de la Juventus juge les débuts d'Andrea Pirlo et le mercato estival

Lors de l'assemblée générale des actionnaires de la Juventus, le président Andrea Agnelli a évoqué les premiers pas d'Andrea Pirlo sur le banc de touche, dressant un bilan du mercato.

Andrea Pirlo sur le banc de touche de la Juventus
Andrea Pirlo sur le banc de touche de la Juventus ©Maxppp

La Juventus a décidé de changer d'air. Pour succéder à un Maurizio Sarri, champion d'Italie, mais éliminé en 8e de finale de Ligue des Champions par l'Olympique Lyonnais, la Vieille Dame a choisi de confier les rênes de l'équipe première à un entraîneur débutant, la légende Andrea Pirlo. Des premiers pas - une victoire et un nul - forcément scrutés avec une très grande attention. Interrogé au cours de l'assemblée générale des actionnaires bianconeri (le club est coté en Bourse en Italie), le patron Andrea Agnelli a livré son regard sur les premiers pas de son nouveau coach, non sans une grosse pointe d'ironie.

La suite après cette publicité

«J'ai la sensation que le monde qui nous entoure n'attend que de juger ses premières défaites», a-t-il lâché avant de poursuivre. «Ce qui a manqué à Pirlo, c'est une préparation estivale normale. Il a démarré sur le banc, notre responsabilité est d'accompagner son parcours initial. Il y aura des obstacles et tout le monde est prêt à taper sur la Juventus. Le staff est le plus moderne que j'ai déjà vu, chacun agit en conscience. Dans dix ans, ce sera le staff idéal», a-t-il assuré.

Un mercato créatif

Après avoir dissipé les doutes au sujet de l'avenir des dirigeants que sont Fabio Paratici (directeur sportif), Pavel Nedved (département football et business) et Federico Cherubini (directeur du football), le boss juventino s'est ensuite penché sur un premier bilan du mercato estival, marqué notamment par les arrivées d'Arthur, Dejan Kulusevski ou encore les prêts avec options d'achat d'Alvaro Morata, Weston McKennie ou encore Federico Chiesa.

«Nous avons discuté avec les autres des nouvelles stratégies d'investissements et de croissance. Le Real Madrid, cette année, n'a acheté aucun joueur. Il faut pallier à l'absence de ressources par une créativité supérieure. Il faut investir sur le talent sans affecter la compétitivité de la Juventus, qui veut gagner la Serie A et rester compétitive en Europe», a-t-il glissé avant d'ajouter. «Je serai satisfait ou déçu une fois la saison terminée. Je délègue les pouvoirs et je jugerai en fin de saison en fonction des objectifs. Une fois que j’ai dit cela, je peux simplement vous dire que les garçons qui sont arrivés sont sympathiques et disponibles et qu’ils se sont bien intégrés», a-t-il conclu.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires