Qui est Patrick Berg, le nouveau pari séduisant du RC Lens

Arrivé contre 4 millions d'euros en provenance de Bodø/Glimt, Patrick Berg est le gros coup hivernal réalisé par le RC Lens. Restant sur d'excellentes saisons en Norvège, le néo-international arrive pour franchir un nouveau cap et présente un sacré potentiel.

Patrick Berg avec Bodo/Glimt
Patrick Berg avec Bodo/Glimt ©Maxppp
La suite après cette publicité

«À compter du 1er janvier 2022, l’effectif artésien se renforcera avec l’arrivée de l’international norvégien Patrick Berg en provenance du FC Bodø/Glimt. Valeur sûre de l’Eliteserien (D1 norvégienne) dont il a été élu meilleur joueur la saison dernière, le milieu défensif de 24 ans apportera polyvalence et vision de jeu afin de densifier l’entrejeu lensois. Celui qui portera le numéro 6 paraphera dans l’Artois jusqu’en 2026» a annoncé le RC Lens ce lundi 20 décembre au moment de l'accord avec Patrick Berg. Voulant renforcer son milieu de terrain, le club nordiste a décidé de miser sur un des joueurs les plus talentueux de Norvège. Un nouveau choix excitant de la part des Artésiens qui ont déjà fait venir des joueurs comme Przemyslaw Frankowski (Chicago Fire) et Kevin Danso (Augsbourg) cet été avec une certaine réussite.

Membre de la formidable formation du FK Bodø/Glimt qui vient de remporter les deux derniers titres de champion de Norvège, Patrick Berg était plus qu'un rouage essentiel de cette formation, il était aussi l'un de ses symboles. Natif de Bodø, celui qui a désormais 24 ans depuis le 24 novembre dernier a pris le temps de grandir en même temps que son club. Le 24 avril 2014 lors d'une victoire 5-0 en Coupe de Norvège contre Tverlandet G-98, il n'a que 16 ans quand il s'illustre pour la première fois avec le maillot jaune et noir. Connaissant la descente en deuxième division au terme de l'exercice 2016, il sera essentiel dans la remontée du club la saison suivante et continuera de porter l'équipe. Deuxième en 2019 et champion en 2020 et 2021, le FK Bodø/Glimt est désormais devenu une place forte du pays où trône habituellement Rosenborg et Molde.

Une forte personnalité et un capitaine apprécié

Très vite, Patrick Berg endosse le brassard de capitaine et fait preuve d'un charisme immédiat sur le terrain. Fils d'Örjan Berg qui était international norvégien et a évolué au FC Bâle, il a aussi deux oncles, Arild et Runar, qui ont porté les couleurs de Bodø/Glimt comme son géniteur. Une histoire de famille qui débute avec le grand-père Harald qui compte 43 capes et 12 buts avec la Norvège et qui a marqué l'histoire du club situé au niveau du Cercle arctique. Ancré dans l'histoire et le quotidien de Bodø/Glimt, Patrick Berg va laisser lui aussi une sacrée trace puisqu'il est à l'origine des deux seuls titres de champion de Norvège de la formation coachée par Kjetil Knutsen : l'avenir s'annonce brillant pour lui. Lors de la dernière journée de championnat où Bodø/Glimt a battu Mjøndalen IF Fotball (3-0), son départ ne faisait pas l'ombre d'un doute et les adieux étaient poignants.

Une page qui s'est tournée et dont le journaliste norvégien de la chaîne de télévision TV2 Per Angell Berntsen nous a livré son ressenti : «Patrick est le « capitaine fantastique » de Glimt. C'est un garçon du coin. C'est le petit-fils de la plus grande légende du club Harald Berg. Bien sûr, il va nous manquer. Surtout en tant que grande personnalité et professionnel dans le vestiaire. Mais il a dit lui-même après son dernier match que Bodø/Glimt était plus grand en tant que club que n'importe lequel des joueurs. Patrick est donc sûr que le succès se poursuivra sans lui. Il a manqué quelques matchs cet automne après une blessure au genou. Mais Glimt a gagné et a bien joué dans presque tous les matchs sans lui. Je pense que Bodø/Glimt va perdre surtout sa personnalité et de son leadership sur le terrain.»

Un style à la Claude Makélélé

Milieu de terrain de formation, Patrick Berg est la sentinelle de Bodø/Glimt depuis 2018 où le droitier a un peu plus reculé afin de mettre en lumière ses qualités défensives. «Il a un bon pied. Il marque de temps en temps à distance. Contre l'AS Roma, il a même marqué du pied gauche à 18 mètres. Mais ces trois dernières années, il a travaillé sur son talent défensif. C'est un Makélélé norvégien. Mais je pense qu'il a le potentiel pour obtenir de meilleures statistiques offensives. Il a apporté de la stabilité et Bodø/Glimt est devenu une meilleure équipe défensive. Merci à Patrick Berg. Il n'a pas joué un mauvais match toute l'année. Et il était crucial dans la quête du titre» souligne Per Angell Berntsen. Ses performances ont été telles qu'il a été élu meilleur joueur du championnat norvégien en 2021.

Auteur de 3 buts et 5 offrandes sur les 26 matches qu'il a disputés en Eliteserien, Patrick Berg n'est pas étranger au bon parcours européen de Bodø/Glimt. Malgré une élimination en tour préliminaire de Ligue des Champions contre le Legia Varsovie (3-2/2-0), il a su se hisser avec la horde jaune en phase de poules de la Ligue Europa Conference. Une compétition où il a rayonné à l'image de son match incroyable lors de la victoire 6-1 contre l'AS Roma. «Les trois premiers matchs, il était exceptionnel. Lorsqu'il marque lors du match 6-1 à Aspmyra, il est l'homme du match. Puis il a manqué deux matchs en Europa Conference League. Bodø/Glimt n'a pas eu de chance pour les éliminatoires de la Ligue des champions. Ils ont subi trois blessures graves sur leurs postes d'attaquants lors des matchs contre le Legia Varsovie. Ola Solbakken était l'un d'entre eux. Je pense que Bodø/Glimt aurait eu une grande chance d'atteindre la phase de poules de Ligue des champions si leur équipe était au complet» note Per Angell Berntsen.

Un potentiel joueur de classe mondiale ?

Avec ces performances brillantes, Bodø/Glimt est toujours en course en Ligue Europa Conference et disputera un barrage contre le Celtic Glasgow les 17 et 24 février pour continuer sa belle histoire. Cela se fera cependant sans Patrick Berg, désormais lensois. Outre ses performances en club, Patrick Berg compte déjà neuf capes avec la Norvège depuis ses débuts contre Gibraltar le 24 mars dernier (victoire 3-0). Disposant de dix sélections de moins que son père, il devrait vite combler l'écart et le dépasser s'il continue ainsi. D'ailleurs, ses performances avec les Løvene (Lions ndlr) ont été très solides comme le souligne Per Angell Berntsen : «contre la Turquie à l'extérieur, il était l'homme du match. Et il commence aussi à trouver sa place dans l'équipe nationale. Sa force au niveau international c'est qu'il ne perd jamais le ballon. Il lit très bien le jeu, également sur la scène internationale.»

De là à le voir passer un cap supplémentaire avec son départ à Lens ? «Je crois vraiment qu'il deviendra meilleur en adoptant le niveau international en jouant en Ligue 1. En France, il doit apprendre à jouer encore plus à son niveau individuel. Patrick est un joueur fantastique et talentueux. Mais il améliore également ses coéquipiers, par des mouvements intelligents, ses passes et une puissance dans les duels. En équipe nationale, il est encore au début de sa carrière. Haaland, Berge, Sørloth et Ødegaard sont de plus grandes stars. Mais sa popularité auprès des fans augmente rapidement. Surtout après les belles performances de cette année en Europe avec Bodø/Glimt et la Norvège. Je pense qu'il sera l'un des meilleurs footballeurs norvégiens de la prochaine décennie. Et nous venons juste d'en voir le début» nous explique notre confrère norvégien.

Un passionné de pêche

Pour autant, il devra aussi corriger certaines choses dans son jeu, notamment au niveau de la prise de risque. Bien que disposant d'un physique impressionnant comme son père Örjan qui a terminé sa carrière en 2007 à Rosenborg alors qu'il avait 40 ans, Patrick Berg doit oser plus dans ses choix comme le rappelle Per Angell Berntsen : «il ne fait jamais de mauvaise passe, ne perd presque jamais le ballon. Mais le risque n'est pas élevé dans tous ses choix. Je pense qu'il a les compétences, mais cela dépend du rôle qu'il jouera à Lens. S'il peut également améliorer ses compétences ne serait-ce qu'un peu dans le contrôle et la stabilisation du milieu de terrain, il peut être un joueur international de premier plan. Peut-être comme une variation nordique de Kanté ?»

Outre son talent et son leadership, Patrick Berg est quelqu'un dont les passions au-delà du football son très simple. Amoureux de la nature, il adore pratiquer la pêche et dispose d'un rythme de vie assez calme. «Quand on grandit au pays du soleil de minuit, on a une vision particulière de la vie. Patrick sait se détendre. Il fait de la méditation, du yoga et son passe-temps préféré est la pêche. C'est un garçon terre-à-terre qui adore le football. Je crois donc sincèrement que ses valeurs en tant que personne et en tant que sportif lui apporteront le succès. Il ne le gaspillera pas dans les boîtes de nuit» conclut Per Angell Berntsen. Renforçant son entrejeu avec Patrick Berg, Lens pointe à la sixième place de Ligue 1 et continue d'affirmer ses grandes ambitions. Dans un contexte idéal pour progresser, l'international norvégien ne demande que de passer un cap supplémentaire avec des Artésiens dans ce qui ressemble à un mariage de raison.

Plus d'infos

Commentaires