Manchester City : le terrible aveu de faiblesse de Pep Guardiola

Par Dahbia Hattabi
3 min.
Manchester City : le terrible aveu de faiblesse de Pep Guardiola @Maxppp

Hier soir, Manchester City s’est incliné face à Aston Villa. Une nouvelle défaite qui inquiète en Angleterre.

Hier soir, plusieurs matches de Premier League étaient au programme dont un alléchant Manchester United-Chelsea. Une rencontre remportée 2 à 1 par les hommes d’Erik ten Hag, qui ont pu compter sur un Scott McTominay en forme. Dans le même temps, le voisin et rival Manchester City était attendu sur la pelouse du Villa Park afin d’affronter les hommes d’Unai Emery. Rayonnants depuis le début de saison, les Villans ont fait plus que tenir la dragée haute à la machine mancunienne. En effet, Aston Villa s’est imposé 1 à 0 grâce à une réalisation signée Leon Bailey.

La suite après cette publicité

Après ce revers, les Skyblues pointent à la quatrième place du classement avec 30 points. Ils sont devancés par Arsenal (36 points), Liverpool (34 points) et Aston Villa (32 points) et talonnés par Tottenham et Manchester United (27 points). Dans une mauvaise passe, les Citizens viennent d’enchaîner leur quatrième match sans succès en Premier League, puisqu’ils ont enchaîné trois nuls (Chelsea, Liverpool et Tottenham) avant de sombrer à Aston Villa. Ce n’était plus arrivé depuis mars-avril 2017 aux pensionnaires de l’Etihad Stadium.

À lire Phil Foden, la troisième arme fatale de Manchester City

Man City inquiète

Dominés par de vaillants Villans, ils ont également eu du mal à se procurer des occasions puisqu’ils n’ont tenté que deux tirs hier soir. Du jamais vu pour une équipe dirigée par Pep Guardiola. Une statistique effrayante qui illustre bien les difficultés rencontrées par les Mancuniens, qui ont également été mitraillés par leurs adversaires, auteurs de 22 tentatives face au but. Dans la presse ce jeudi matin, Manchester City n’est logiquement pas épargné. «Plus de douleur pour Pep Guardiola alors que Leon Bailey scelle une 14e victoire consécutive à domicile pour l’équipe d’Unai Emery, laissant les champions sans victoire en quatre rencontres et six points de retard», écrit le Daily Mail.

La suite après cette publicité

Même constat pour The Sun : «Pep Guardiola avait parlé avec une telle conviction de sa conviction que Manchester City remporterait un quatrième titre consécutif qu’on savait qu’il devait être inquiet (…) Un soir où Aston Villa a infligé à son équipe une raclée redoutable, qui ne s’est pas reflétée par le score, ces craintes ont été mises à nu.» De son côté, le Manchester Evening News a taillé les joueurs dont "Josko Gvardiol et Bernardo Silva médiocres dans la défaite". Tous les deux ont écopé d’un 4 pour l’ensemble de l’oeuvre. Inquiets pour les Skyblues, qui sont moins dominateurs et solides, les médias ont questionné Guardiola sur le sujet après la rencontre.

Pep Guardiola lucide

Le technicien ibérique, privé de Rodri, a confié : «c’est mon devoir, mon travail de trouver un moyen de réparer les choses car pendant de nombreuses années ensemble, nous avons réussi à trouver un moyen de jouer et maintenant nous avons du mal. Nous devons changer la dynamique, en gagnant le plus vite possible contre Luton et Crystal Palace. Je dois y réfléchir. La dynamique change en gagnant des matchs, mais pour gagner des matchs, nous devons réfléchir à ce que nous devons faire avec les joueurs que nous avons. C’était vraiment difficile car ils (les Villans, ndlr) sont vraiment physiques et capables de contrôler de nombreux aspects. C’est pour cela qu’ils sont là-haut, qu’ils jouent du bon football et que nous n’y sommes pas parvenus. Nous devons accepter quand une équipe est meilleure et reconnaître.»

La suite après cette publicité

Relancé par les journalistes concernant le fait que son équipe va gagner le titre comme il l’a lui-même dit en conférence de presse mardi, l’ancien coach du FC Barcelone et du Bayern Munich a été très clair. «Oui, définitivement.» Il faudra relever la tête face à Luton puis Crystal Palace. Ce qui est totalement dans les cordes d’Erling Haaland et de ses coéquipiers, qui ont un calendrier plus abordable que ces dernières semaines. Touchée mais pas coulée, la bête blessée mancunienne compte bien conserver son trône.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité