AC Milan : le récit d’une soirée historiquement tragique pour les Rossoneri

Par Valentin Feuillette
4 min.
Bagarre dans le derby de Milan @Maxppp

La joie de l’Inter, la détresse de l’AC Milan… Ce derby della Madonnina avait un goût particulier d’un côté comme de l’autre ce lundi soir. Avec la victoire des Nerazzurri (1-2), les Rossoneri ont dû assister à la célébration des joueurs de Simone Inzaghi pour ce 20ème Scudetto dans l’histoire de leur rival lombard.

C’est l’un des plus grands chocs du football européen et l’affiche que tous les amoureux du Calcio attendent de pied ferme chaque saison. L’Inter Milan et l’AC Milan croisaient le fer lundi soir sur la pelouse de San Siro, lors de la 33ème journée de Serie A. Ce 237ème Derby della Madonnina avait une saveur très particulière puisqu’en cas de succès des Nerazzurri, les joueurs de Simone Inzaghi allaient être sacrés officiellement champions d’Italie. Au cours d’une partie relativement dominée par les leaders de Serie A, l’Inter a dompté son rival milanais (1-2) grâce à l’ouverture du score de Francesco Acerbi puis la belle réalisation signée Marcus Thuram. C’est la première fois de l’histoire du football italien qu’une équipe est sacrée devant son rival depuis 1930. La soirée avait déjà mal débuté avec la défaite de la Primavera de l’AC Milan contre l’Olympiakos en finale de la Youth League mais tout a empiré ensuite.

La suite après cette publicité

«Je suis allé dans le vestiaire pour remonter le moral des garçons, c’est une lourde défaite, pour tout ce que cela implique derrière. J’ai essayé de réconforter mes joueurs, il y a encore une fin de championnat à jouer et un match important samedi. Malheureusement, nous n’avons pas pu au moins égaliser dans ce derby. Je suis déçu du point de vue tactique, nous voulions les attendre et bien repartir. L’Inter nous a fait mal dans la première mi-temps sur les corners et sur certaines contre-attaques. Nous voulions défendre bas pour ne pas concéder de profondeur», a expliqué l’entraîneur italien, Stefano Pioli, en conférence de presse. Officiellement, les Rossoneri jouaient à domicile et ce lundi 22 avril 2024 risque de rester gravé à jamais dans l’histoire du Diavolo milanais comme la journée la plus traumatisante pour différentes raisons.

À lire Serie A : le Torino gifle l’AC Milan et croit à l’Europe

Une deuxième étoile symbolique pour l’Inter

Les images de la célébration de l’Inter Milan sur la pelouse du stade de San Siro ont tout d’une scène de film et plus les éléments dramatiques se sont ajoutés, plus le scénario global semblait prendre une tournure de long métrage d’horreur pour les tifosi milanais. Cette défaite contre l’Inter marque le sixième revers consécutif de l’AC Milan dans un derby milanais. Pire encore, Stefano Pioli est devenu l’entraîneur ayant chuté le plus de fois dans toute l’histoire du club milanais avec un total de dix défaites face aux Nerazzurri : «L’équipe s’est battue, nous avons manqué un peu de chance. L’Inter a fait un championnat exceptionnel, l’Inter a l’effectif le plus fort du championnat depuis 3-4 ans. Nous avons manqué de continuité dans les performances», a analysé Pioli. Mais avec ce 20ème Scudetto dans son histoire, l’Inter compte désormais un titre de plus que l’AC Milan. C’est la deuxième équipe, après la Juventus et ses 36 scudetti, à glaner une deuxième étoile au-dessus de l’écusson, synonyme d’une deuxième dizaine de trophées de champions. Au-delà de la défaite et des symboles qui s’en découlent, la prestation de l’AC Milan laisse à désirer.

La suite après cette publicité

Les expulsions de Théo Hernandez pour son début de bagarre avec Denzel Dumfries puis du capitaine Davide Calabria pour cette gifle sur Davide Frattesi ont illustré la noyade totale entamée par le navire rossonero ces dernières semaines. Voilà qui devrait fin aux espoirs de Stefano Pioli, sous contrat jusqu’en juin 2025, d’être conservé à l’issue de cette saison blanche : «Le cycle est terminé ? Je ne sais pas. Je vais bien, je travaille bien, l’équipe a une marge de progression. J’habite à Milan et j’ai vu qu’il y a 14 mois, Inzaghi valait presque la peine d’être jeté et puis regardez ce qu’il a fait, nous ferons les bilans à la fin de l’année», a déclaré Stefano Pioli qui semble voir son avenir s’écrire de plus en plus loin de Lombardie. Le revers est d’autant plus compliqué pour l’entraîneur italien, déjà sur un siège éjectable au coup d’envoi, car il a eu lieu devant de nombreuses légendes du club ainsi que l’intégralité de la direction de l’AC Milan dont notamment le propriétaire américain, Gerry Cardinale, ainsi que son conseiller, Zlatan Ibrahimovic. Sur les tablettes de plusieurs clubs italiens dont Bologne, Stefano Pioli ne devrait pas faire long feu…

Plus d'infos sur...

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité