PSG - ASSE : les notes du match

Après une finale dans un contexte particulier, le PSG a éprouvé les pires difficultés à se débarrasser de l'AS Saint-Etienne (1-0) grâce à Neymar. Prochaine étape pour les Parisiens, la finale de la Coupe de la Ligue face à l'OL le 31 juillet.

Jessy Moulin et l'AS Saint-Etienne face au PSG en finale de la Coupe de France
Jessy Moulin et l'AS Saint-Etienne face au PSG en finale de la Coupe de France ©Maxppp
La suite après cette publicité

Après plus de quatre mois d'interruption suite à la pandémie du coronavirus, le football français célébrait ce vendredi soir au Stade de France son premier match officiel depuis mars dernier. Au menu des réjouissances pour cette finale de Coupe de France inédite dans son contexte, un choc entre le Paris Saint-Germain et l'AS Saint-Etienne. Seuls 5 000 privilégiés pouvaient assister à cette rencontre prestigieuse, puisque la jauge maximale autorisée dans les stades n'a pas encore été modifiée par le gouvernement français. Côté parisien, on visait un treizième sacre en Coupe de France. Pour y parvenir, Thomas Tuchel alignait un 4-4-2 et titularisait notamment Paredes au milieu à la place de Verratti. Côté stéphanois, les hommes de Claude Puel pouvaient ramener une première Coupe de France depuis 43 ans. Le technicien stéphanois optait pour un 5-3-2 avec le duo Bouanga, Hamouma en attaque.

Les Stéphanois se procuraient la première opportunité de cette finale par Bouanga qui s'infiltrait dans la surface et voyait sa frappe croisée heurter le montant de Navas (6e). Bousculé en début de match, le PSG ouvrait pourtant le score. Mbappé sur la droite combinait avec Di Maria et perdait son duel face à Moulin. Le cuir revenait sur Neymar qui poussait le cuir au fond des filets (1-0, 14e). Loin d'être résignés, les Verts partaient à l'assaut des buts franciliens. Dans la surface, Hamouma trouvait Bouanga dont la frappe était repoussée par Navas (16e).

Moulin sauve plusieurs fois les siens

Les hommes de Claude Puel ne relâchaient pas la pression et manquaient l'égalisation de peu. Sur la droite, Hamouma centrait pour la tête de Bouanga bien renvoyée par Navas (21e). Malmenés, les hommes de Thomas Tuchel procédaient en contres. Lancé par Paredes, Di Maria voyait sa volée déviée en corner par Moulin (25e). Les esprits s'échauffaient avec l'expulsion de Perrin suite à un vilain tacle sur Mbappé (31e). Juste avant la pause, Di Maria sur coup-franc obligeait Moulin à s'employer (45+2). Cinq minutes plus tard, Neymar décalait d'une passe laser Icardi dont la frappe était déviée en corner par Moulin (45+7).

Au retour des vestiaires, l'AS Saint-Etienne montrait toujours un visage conquérant mais le PSG se procurait une grosse occasion juste avant l'heure de jeu. Décalé sur la droite par Marquinhos, Sarabia centrait pour Di Maria dont la frappe passait juste à côté (58e). Quelques secondes plus tard, Leandro Paredes tentait sa chance de loin et obligeait Moulin à boxer le ballon (59e). Douze minutes plus tard, le champion de France manquait le break. Bien servi par Di Maria, Sarabia perdait son duel face à Moulin (73e). En fin de match, les Stéphanois poussaient pour revenir au score mais le PSG tenait bon. Dans la douleur, le Paris SG remportait sa treizième Coupe de France.

L'homme du match : Moulin (7,5) : Époustouflant. Malgré une très belle parade sur le premier tir de Mbappé, le portier stéphanois ne peut rien sur l’ouverture du score de Neymar qui reprenait le ballon aisément (14e). Mise à part cela, le gardien désormais titulaire a enchaîné les parades de grandes classe permettant aux siens de n’être menés que d’un but. Auteur d'un des meilleurs matches de sa carrière sous le maillot des Verts, il est certainement ce soir l'élément le plus rassurant avec Fofana pour Claude Puel. Seul point noir de la soirée : son comportement sur l'expulsion de Perrin qui aurait pu lui valoir un carton rouge.

PSG

- Navas (6) : l'ancien portier du Real Madrid a sauvé les siens à deux reprises en début de match sur des tentatives de Bouanga (16e, 21e). Une petite inattention au retour des vestiaires aurait pu profiter à Khazri (47e).

- Bakker (6,5) : titularisé à la place de Bernat et Kurzawa ce soir, le latéral néerlandais est averti à la 29e. Très actif sur son côté, l'ancien joueur de l'Ajax s'est distingué par sa détermination sur le terrain. Pas toujours heureux dans ses initiatives offensives. L'intéressé n'a rien à se reprocher défensivement, il n'a quasiment rien concédé à ses adversaires. Le numéro 25 francilien a marqué des points en vue des prochaines échéances parisiennes.

- Marquinhos (3) : le défenseur central brésilien s'est fait effacer trop facilement par Bouanga sur l'occasion stéphanoise (6e). Le numéro cinq du PSG se fait surprendre également sur les deux autres opportunités stéphanoises (16e, 21e). Dépassé par les événements, l'intéressé a réalisé une très mauvaise première période. Son second acte fut de meilleure facture, notamment dans ses interventions et dans ses choix.

- Thiago Silva (5) : le capitaine parisien a mis du temps à rentrer dans son match. Il n'a pas forcément apporté de la sérénité à sa défense dans les temps forts stéphanois. Le numéro deux parisien s'est bien repris après la demi-heure de jeu où il a repris le lead au sein de sa défense. Son intervention face à Krasso en fin de match fut décisive (87e).

- Kehrer (non noté) : le défenseur allemand a vécu une sale soirée. Touché à la hanche droite, l'intéressé a dû céder sa place à la 20e à Dagba (5,5) qui s'est montré actif sur son côté droit. Très sérieux dans son couloir, le titi parisien a rarement été pris à défaut défensivement.

- Gueye (4) : gêné par le pressing stéphanois en début de match, le milieu sénégalais a perdu quelques ballons au milieu, dont un qui a amené l'occasion de Bouanga (6e). L'ancien joueur d'Everton a repris des couleurs à partir du moment où les Verts se sont retrouvés à dix. Moins précis qu'à l'accoutumée dans ses transmissions. Sa frappe tendue en fin de match n'a pas inquiété Moulin (85e).

- Paredes (6) : titularisé ce soir à la place de Verratti, le milieu argentin s'est distingué notamment par sa qualité dans les transmissions. Sa belle transversale permet à Di Maria de se procurer une belle occasion (25e). L'intéressé a stabilisé l'entrejeu parisien en jouant près de sa défense. Très sérieux dans ses interventions, sa frappe flottante a inquiété Moulin (59e). Remplacé à la 74e par Verratti qui n'a pas pu apporter grand chose ce soir.

- Neymar (6) : secoué par les joueurs stéphanois en début de match, le numéro dix parisien opportuniste a profité du bon travail de Mbappé pour ouvrir le score (1-0, 14e). L'international auriverde a pris ses responsabilités en essayant de prendre le jeu de son équipe à son compte. Sa passe laser pour Icardi aurait pu être décisive (45+7). Son aisance technique lui permet de réaliser des passes assez incroyables. L'ancien Barcelonais s'est distingué par un peu trop de nonchalance par instants. Malgré cela, ses fulgurances restent précieuses pour son équipe.

- Di Maria (5,5) : impliqué sur l'ouverture du score parisienne avec sa remise pour Mbappé, El Fideo s'est procuré une belle opportunité sur une belle transversale de Paredes (25e). L'international argentin a alterné le bon et le moins bon dans le premier acte. Son coup-franc enveloppé a mis Moulin en difficulté (45+2). Plus en vue au retour des vestiaires, l'ancien Madrilène gâche une elle opportunité sur un service de Sarabia (58e).

- Mbappé (non noté) : sa première fulgurance du match a amené le premier but parisien. Sa combinaison avec Di Maria lui permet der se retrouver seul face à Moulin. Si le champion du monde a buté sur le portier stéphanois, Neymar a pu conclure (1-0, 14e). Malheureusement pour l'attaquant parisien, son match s'arrêtera à la 31e suite à un vilain tacle de Perrin. Remplacé à la 33e par Sarabia (6) qui a apporté de la percussion en attaque. Très disponible, l'ancien joueur de Séville aurait pu se muer passeur décisif pour Di Maria (58e). Très actif, le joueur espagnol bien servi par Di Maria perd son duel face à Moulin (73e).

- Icardi (3) : très discret dans le premier acte, l'attaquant argentin a dû attendre le temps additionnel pour se procurer sa première occasion. Bien servi par Neymar sur la droite de la surface, l'ancien buteur de l'Inter butait sur Moulin (45+7). Pour le reste, le principal protagoniste n'a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Une soirée compliquée.

ASSE

- Moulin () : voir ci-dessus.

- Kolodziejczak (3) : un match très difficile à analyser pour l’ancien international espoir français. Invisible tout au long de la rencontre, ce dernier n’a pas réussi à prendre son couloir comme il le souhaitait et a subi la forte possession de balle des Parisiens malgré quelques incursions en fin de match.

- Perrin : (non noté) pour sa dernière avec les Verts, le défenseur stéphanois s’est fait expulsé à la 31e minute et est devenu le premier joueur de l’histoire de Saint-Etienne à recevoir un carton rouge lors d’une finale de Coupe de France.

- Fofana (7) : très grosse entame de match pour le défenseur central. De bonnes interventions sur Neymar puis Icardi à plusieurs reprises. Le seul de cette défense à avoir tenu la baraque du mieux qu’il pouvait. Peu en difficulté dans ce match, il a rassuré tout au long de la rencontre ses partenaires et a évité aux Verts d'encaisser un second but en remportant de nombreux duels aériens et plusieurs face à face contre le trio d'attaque parisien. Une prestation à la hauteur de l’événement pour ce futur espoir français, seulement âgé de 19 ans. Une chose est sûre, sa performance n'est pas passée inaperçue, bien au contraire.

- Debuchy (3) : Pris de court, le latéral droit de 34 ans a eu du mal à tenir le rythme physiquement. Beaucoup de centres effectués sur son côté, mais aucun n’a été décisif. Souvent pris de vitesse par Di Maria dans son couloir, il ne pouvait que constater les dégâts. Une finale à oublier pour l'ancien international français, remplacé par Krasso à la 83e qui n'a pas eu le temps de s'exprimer dans cette finale.

- Maçon (non noté) : remplacé par Moukoudi (3,5), tout juste revenu d’un prêt à Middlesbrough n’a pas pu faire grand-chose pour changer le cours du jeu, ce malgré quelques tentatives de percées intéressantes.

- M’Vila (4) : le patron de ce milieu de terrain a comme la plupart de ses partenaires, fait une bonne entame de match avec un pressing très haut sur le milieu de terrain parisien. Mais l’infériorité numérique a ensuite pesé sur la précision de ses passes qui ont entraîné beaucoup de déchets et de pertes de balles.

- Camara (3,5) : après le carton rouge de son capitaine (33e), le milieu a lui aussi été l’auteur d’une vilaine faute sur Paredes (37e), averti dans la foulée. En difficulté en deuxième partie de première mi-temps, il est remplacé à la pause par le jeune Neyou Noupa (5) qui a fait parler son gros volume de jeu, et un impact sur le milieu de terrain plutôt intéressant.

- Boudebouz (4) : discret en début de match, le milieu de terrain algérien a eu beaucoup de mal à tenir le rythme imposé par les Parisiens. Malgré de nombreux centres effectués et plusieurs tentatives de combinaisons avec Khazri notamment, Boudebouz n’a pas marqué son empreinte sur ce match, remplacé par Nordin (4) à la 75e. Par manque de temps et dans un contexte particulier, ce dernier n'a pu faire grand chose

- Bouanga (7) : après une bonne entame des siens, l’attaquant s’est procuré l’action la plus dangereuse de ce début de match avec cette frappe sur le poteau dès la 5e minute. Certainement l’homme le plus dangereux dans ce match côté stéphanois avec une nouvelle frappe à bout portant difficilement repoussée par Navas (16e). Malgré son implication débordante, ce dernier n’a pas réussi à concrétiser ses occasions mais sa performance ne devrait pas passer inaperçue .

- Hamouma (5) : tout comme Bouanga, l’attaquant a été à l’origine des multiples assauts stéphanois en première mi-temps notamment sur un une-deux avec Bouanga (8e, 21e). Remplacé à la mi-temps par Wahbi Khazri (5) qui a tenté de sonner la révolte à plusieurs reprises en faisant parler sa créativité et son leadership au sein du collectif, en vain.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires