Belgique - Canada : les notes du match

La Belgique s'est imposée 1-0 malgré une nette domination canadienne. Entre un penalty arrêté par Courtois et quelques décisions arbitrales litigieuses, les Diables Rouges s'en sortent très bien, eux qui ont été bougés tout au long de la rencontre.

Thibaut Courtois a arrêté le penalty de Davies
Thibaut Courtois a arrêté le penalty de Davies ©Maxppp
La suite après cette publicité

Malheureuse demi-finaliste de la dernière édition face à l'équipe de France, future championne du monde, la Belgique faisait son entrée en lice dans ce groupe F de la Coupe du Monde au Qatar face au Canada, auteur de sa toute première participation dans un Mondial, sur la pelouse du stade Ahmed bin Ali de la banlieue nord-ouest de la capitale Doha. Les Diables Rouges, menés par Roberto Martinez et l'un des favoris pour la qualification en phase finale, pouvaient profiter du match nul et vierge plus tôt dans la journée entre le Maroc et la Croatie pour prendre seuls le trône de leur poule.

Néanmoins, ils devaient se défaire de Canucks de John Herdman qui arrivaient avec le statut d'outsider. Ce sont justement eux qui dominaient l'entame de la rencontre par la vivacité de ses offensifs, parmi lesquels on retrouvait le Lillois Jonathan David et le Munichois Alphonso Davies. Si Michy Batshuayi allumait la première mèche du match (1e), les hommes en blanc se montraient dangereux dans le camp adverse à plusieurs reprises avant d'obtenir un penalty, tiré par Davies mais bien claqué par Thibaut Courtois (11e).

Courtois, le sauveur

Les Canadiens continuaient de pousser pour déranger la défense belge (13e, 30e, 31e, 45+2e), qui restait solide malgré quelques actions hasardeuses. La Belgique se procurait également quelques occasions mais manquait de lucidité dans le dernier geste (19e, 23e), jusqu'au missile de l'ancien attaquant de l'OM Batshuayi, aujourd'hui sous contrat à Fenerbahce, pour crucifier Milan Borjan et ouvrir le score contre le cours du jeu (1-0, 44e). Au retour des vestiaires, Jonathan David n'était pas loin de remettre sa nation à égalité mais son coup de casque n'inquiétait pas le dernier rempart du Real Madrid (48e). Les 22 acteurs proposaient moins de rythme et d'intensité que lors du premier acte mais rendaient coup pour coup, avec plusieurs offensives consécutives dans les deux camps.

Les Rouge-et-Noir n'étaient pas loin du but du break, mais Batshuayi n'avait plus la même justesse (67e). De l'autre côté, Cyle Larin voyait Courtois l'empêcher d'égaliser malgré la tête cadrée (80e). Avec ce succès mais précieux succès, la Belgique s'en sort bien pour son entrée en matière et prend la tête de sa poule. Le Canada, quant à lui, devra se relancer face à l'équipe au damier pour espérer rester dans la course aux huitièmes.

L'homme du match : Courtois (7,5) : il sauve son équipe dans les premières minutes en repoussant le penalty de Davies (11e), puis le tir de Buchanan (13e). Encore solide sur cette lourde frappe de Johnston (30e), le portier du Real Madrid a maintenu les siens à flot. Même dans le jeu au pied, quand ses partenaires ne lui faisaient pas de cadeaux, il a répondu présent (51e). Ce dernier ballon capté suite à cette tête de Larin (80e) a bien fait comprends aux Canadiens qu'ils ne marqueraient pas ce soir.

Belgique :

  • Courtois (7,5) : voir ci-dessus.

  • Dendoncker (6) : des trois de la base arrière, il fut celui qui a le plus tenu la baraque. Plus vif dans le un contre un, il effectue une première intervention importante devant David (7e). Outre ses placements plutôt efficaces, il offre un long ballon parfait pour Hazard (23e). Globalement, ses relances ont été très propres, alors que paradoxalement, il s’est parfois compliqué la vie en seconde période (55e).

  • Alderweireld (4,5) : un début de match très compliqué. Mis en difficultés par les déplacements de David et les longs ballons dans son dos, le défenseur a souffert le martyre, incapable d’éteindre les incendies. Même dans le jeu de tête, il n’était pas aussi souverain qu’à l’accoutumée (31e). Heureusement pour lui, il offre une passe décisive splendide de 50 mètres pour Batshuayi (44e).

  • Vertonghen (4) : pour lui aussi ce fut dur. Bousculé par le feu-follet Buchanan (5e, 7e, 58e), le vétéran d’Anderlecht a été coupable d’une faute sur son adversaire dans la surface qui aurait dû être signalée sans un oubli arbitral (15e). Davantage présent dans le duel, il s’est un peu repris mais il a également pêché dans les relances. Pas de quoi rassurer pour la suite, d'autant qu'il a été mangé dans le domaine aérien par l'entrant Larin (80e, 86e).

  • Castagne (5) : face aux difficultés de son équipe, il s’est d’abord concentré à bien boucher son couloir. Il vient heureusement dézoner dans l’axe pour dégager ce ballon très chaud dans sa surface (33e). Déplacé dans le couloir gauche en seconde période, le joueur de Leicester a montré peu ou prou le même visage, présent mais sans grande influence sur le jeu.

  • Witsel (5,5) : il a tenté de mettre de l’impact dans les duels malgré l’engagement canadien. Le milieu de terrain fut l’un des rares à surnager en première période. II aurait tout de même pu (dû?) concéder un penalty lors de contact avec Laryea (38e). Son soutien a tout de même été précieux pour ses coéquipiers offensifs dans de rares situations.

  • Tielemans (3) : une entame timide, trop souvent gêné par le pressing canadien. Un bon ballon pour Batshuayi qui n’a pu enchaîner (23e) et c’est à peu près tout. Il contre la frappe d’Eustaquio qui partait bien (45e+2) avant d’être remplacé à la pause par Onana (46e - note 5,5). Après une tentative lointaine ratée (52e), l’ancien Lillois a pris un jaune (56e), ce qui ne l’a pas vraiment empêché d’aller au combat. Il a tenté d’amener de l’impact et du soutien (65e). Beaucoup de volonté de sa part.

  • Carrasco (3,5) : sa main coupable dans la surface ne coûte finalement pas si cher grâce au penalty stoppé par Courtois (9e). Il y a eu du sérieux dans le rempli défensif sur son côté gauche (3e, 17e, 45e+4) mais ça n’a pas suffi à empêcher les vagues canadiennes de déferler. Remplacé par Meunier (46e - note 5), qui a pris place dans le couloir droit. Rapidement averti (53e), l’ancien Parisien a apporté son énergie dans ce match, à défaut de calmer les ardeurs nord-américaines. On ne l’a presque pas vu apporter le surnombre afin de préserver le score mais casse une belle offensive dans sa surface (82e).

  • De Bruyne (4,5) : pendant une heure, on a eu l’impression de ne pas voir le joueur de Manchester City, si brillant d’habitude. Discret et même maladroit, à l’image de sa passe en profondeur ratée pour Batshuayi (19e), inefficace au repli, victime d’un petit pont de la part d’Eustaquio (48e), il a montré un autre visage après la sortie de Hazard. Seul responsable du jeu belge, il offre une balle de but à Batshuayi (67e) puis tente sa chance (85e). Un bilan maigrelet malgré tout.

  • E. Hazard (6) : le capitaine des Belges aura été l’un des rares à se mettre au diapason dès le coup d’envoi. Son enchaînement contrôle-passe pour Tielemans aurait mérité meilleur sort (23e) mais ça a donné le ton à sa soirée. En jambes, le milieu offensif a fait mal à ses adversaires par ses dribbles et ses courses, provocant quelques fautes également (17e). Il commet une petite erreur en remisant le ballon vers un adversaire direct dans sa propre surface (15e). Encore un peu juste physiquement, il a été remplacé juste après l’heure de jeu par Trossard (62e), qui s’est distingué par ses courses. Il ne lui a pas manqué grand-chose pour faire la différence (72e).

  • Batshuayi (5,5) : titulaire grâce à la blessure de Lukaku, l’ancien Marseillais a fait ce qu’il a pu pour faire oublier le joueur de l’Inter. Il s’est illustré d’entrée avec cette première frappe après 50 secondes, puis une seconde contrée in extremis (23e). Pas toujours adroit dans la surface, il ouvre pourtant le score d’une très belle manière en reprenant victorieusement ce long ballon d’Alderweireld (44e). Remplacé par Openda (79e) qui a bien failli sortir blessé (83e).

Canada :

  • Borjan (5) : le portier a rassuré ses coéquipiers par une première prise de balle tranquille (1e), la seule véritable en première période avec des relances plutôt propres. Il n'es pas exempt de tout reproche sur le but de Batshuayi quelques secondes avant le retour aux vestiaires (44e). Sa deuxième mi-temps fut sérieuse avec des ballons bien captés et des relances rapides et plutôt précises.

  • Johnston (5) : a fait une mauvaise relance pour la tentative de Batshuayi (1e) mais s'est rattrapé par la suite à ce niveau-là. Eden Hazard l'a mis en difficulté par moment, en l'éliminant assez facilement par séquence. Concerné offensivement, il a décroché une grosse frappe après un numéro de soliste (30e), repoussée par Courtois. Force est de constater qu'il a été un peu moins en vue lors du second acte. En retard sur l'entrant et virevoltant Openda, il a pris un carton jaune pour une grossière faute (83e), qui aurait pu mériter plus.

  • Vitoria (5) : l'expérimenté défenseur central s'est occupé de Batshuayi en sortant fort sur lui, lors de ses décrochages. Il a donné de la voix pour bien être aligné avec ses coéquipiers de la défense mais fautif sur le but de Batshuayi, en ratant son interception (44e). Lors des temps forts belges, il a globalement répondu présent en contrant des ballons (64e) même s'il a été moins en vue que Miller.

  • Miller (6) : puissant, solide et concerné face aux attaquants belges, en repoussant le danger avec panache. Il s'est magnifiquement interposé devant Batshuayi avec de gros retours (23e, 66e). Très imposant dans le duel aérien. N'a pas réussi à couper la frappe de Batshuayi sur le but belge (44e), un peu loin. Un taulier du Canada ce soir, donnant tout ce qu'il avait jusqu'au bout. Il a fini le match bouche grande ouverte en ayant du mal à se relever.

  • Laryea (6) : belle activité dans son couloir droit avec de gros débordements, plutôt tranchants. Intéressant tactiquement en collant bien sa ligne, permettant d'attirer son vis-à-vis et apporter de la verticalité au jeu de son équipe. Son joli centre pour Buchanan ne s'est malheureusement pas transformé en passe décisive (45+2). Énorme retour sur Batshuayi qui aurait pu permettre aux Belges de prendre le large au tableau d'affichage. Remplacé par Adekugbe (74e), actif dans le couloir gauche, sans peser de manière décisive pour son équipe.

  • Eustaquio (7) : le milieu de terrain du FC Porto au gros volume de jeu, a eu un rôle important ce soir dans l'entre-jeu canadien. Il a récupéré beaucoup de ballons grâce à son pressing et s'est projeté par la suite, en soutenant ses attaquants, sans oublier de revenir par la suite. Omniprésent ce soir, dans quasi tous les bons coups canadiens, sans connaître de baisse de régime malgré beaucoup de courses. Remplacé par Osorio (81e).

  • Hutchinson (6,5) : le capitaine canadien a essayé de couper au mieux Kevin de Bruyne du jeu. Le vétéran de 39 ans s'est essayé de loin sur un décalage de Davies, malheureusement pas dans le cadre (27e). Une belle complémentarité avec Eustaquio, de la communication et compensation. Prestation complète. Remplacé par Koné (58e) qui a dû immédiatement se mettre au diapason mais souvent loin du porteur de balle. Parfois à contre-temps, il a réussi à récupérer quelques ballons.

  • Davies (5,5) : placé comme piston gauche, le joueur du Bayern Munich s'est vu arrêté son penalty par Courtois (11e), pas très bien tiré. Sa vitesse et sa technique ont pu se voir au moment de décaler Hutchinson, mais pas que car il a fait de réelles différences. L'homme de 22 ans n'était pas trop haut, ni trop bas, n'occasionnant pas le déséquilibre de sa formation. Averti d'un carton jaune (81e).

  • Buchanan (6,5) : le polyvalent attaquant de Bruges a eu une grosse débauche d'énergie ce soir. Sa percussion et ses déplacements lui ont permis de se montrer dangereux. Il a provoqué un penalty sur une frappe après un corner et une main de Carrasco (9e). Pas verni non plus sur cette sa frappe au-dessus (45e+2). Sûrement fatigué au retour des vestiaires, il n'a pas eu le même rendement par la suite et la même activité, qu'avant la pause. Remplacé par Millar (81e).

  • David (5,5) : l'avant-centre du LOSC a eu des occasions dès l'entame de la rencontre, aidé par le gros pressing de toute son équipe, manquant de précisions en première mi-temps. Il a raté sa tête sur un centre d'Eustaquio juste après la pause. Il n'a pas négligé les efforts défensifs quand les Belges ont contre-attaqué mais également quand son équipe avait le ballon, en se proposant sans arrêt. Dommage pour lui, qu'il n'est pas réussi à être décisif ce soir malgré les efforts consentis.

  • Hoilett (6) : aussi actif que ses deux compères de l'attaque, le numéro 10 canadien a été remuant avec beaucoup d'activité, ayant posé des problèmes aux Diables Rouges. Grosse sangsue pour les défenseurs adverses, avec un pressing les gênant constamment. Remplacé par Larin (58e), qui a apporté de la fraîcheur avec sa vitesse et sa technique, obligeant les défenseurs adverses à être très vigilant, et reculer par moment. Il n'a cependant pas eu le même impact que Hoilett malgré de la volonté, et une tête passant au-dessus du but de Courtois (86e).

Plus d'infos

Commentaires