Jewison Bennette, l'enfant prodige du Costa Rica

À seulement 18 ans, Jewison Bennette est l'un des quatre seuls joueurs costariciens à évoluer en Europe. Formé au CS Herediano, il incarne déjà le futur de la sélection sud-américaine.

Jewison Bennette célèbre un but avec sa sélection
Jewison Bennette célèbre un but avec sa sélection ©Maxppp
La suite après cette publicité

À chaque compétition, ses révélations. Et cette année, au Qatar, Jewison Bennette pourrait bien être l'une d'entre elles. Quatrième joueur le plus jeune au coup d'envoi de ce Mondial 2022, l'attaquant costaricien entend bien se faire un nom sur la scène internationale. Difficile pour certains, surtout au vu du niveau d'exigence que va certainement requérir le groupe E, celui du Costa Rica, également composé de l'Allemagne, de l'Espagne et du Japon.

Formé au CS Herediano, au Costa Rica, il effectue ses débuts professionnels en août 2021 et se distingue dès sa première apparition. Buteur et passeur décisif en l'espace de 45 minutes, Jewison Bennette marque, d'entrée, les esprits. Et ce malgré la défaite du « Glorioso » face à l'ADR Jicaral (3-2). La pépite ne demande désormais plus qu'à briller. Une opportunité qui lui sera d'ailleurs rapidement donnée, lui qui se voit être appelé par Luis Fernando Suárez, le sélectionneur national, pour affronter le Salvador en amical. Titularisé pour sa première cape et devenant le plus jeune joueur de l'histoire à représenter sa sélection, il n'en quittera, dès lors, plus le groupe, lui qui va disputer la Coupe du Monde avec cette dernière.

Un transfert précoce vers l'Europe

Repéré par Stuart Harvey, responsable de la cellule de recrutement de Sunderland, Jewison Bennette quitte son club formateur après 35 matchs disputés sous les couleurs Rouge et Jaune. Auteur de 3 buts et 5 passes décisives sur la période, il signe, en août 2022, sa dernière apparition à Heredia d'une réalisation face au Sporting : comme un ultime adieu à son public. Ou peut-être un simple au revoir, à celui qui n'aura finalement eu qu'à trop peu d'occasions le plaisir de le chérir. Quelques jours plus tard, il est présenté à son nouveau public, drapé du drapeau costaricien, et annoncé pensionnaire du Stadium of Light jusqu'en 2027.

À peine le temps pour lui de digérer sa nouvelle vie qu'il dispute déjà ses premières minutes sous le maillot des Black Cats, à l'occasion d'une large victoire sur la pelouse de Reading (0-3), le 14 septembre dernier. 3 jours plus tard, il se présente à ses néo-supporters en arrachant, en toute fin de rencontre (87e), l'égalisation des siens sur la pelouse de Watford (2-2). Et, comme pour clore un mois rêvé, Jewison Bennette s'offre, quelques jours plus tard, ses deux premiers buts internationaux, à l'occasion d'un match nul du Costa Rica face à la (Corée du Sud 2-2, le 23 septembre 2022). Des performances ayant provoqué la félicité de Tony Mowbray, son coach. « Il est excitant. Il est très rapide et direct, et fait partie de ces joueurs électriques qui font sortir les gens de leur siège », avait ainsi déclaré l'homme fort de Sunderland.

Le football dans le sang

Et quand on s'intéresse d'un petit peu plus près au passé du jeune attaquant, il est tout sauf étonnant de le voir être devenu footballeur. C'est, en quelque sorte, quelque chose qui était inscrit dans son patrimoine génétique. Son père, Jewison Bennette Senior a eu une carrière sud-américaine, évoluant dans divers clubs costariciens et guatémaltèques et capé à huit reprises avec sa sélection. Un modèle pour Bennette Junior qui, dans un entretien pour la Fédération costaricienne, déclare : « Mon père m'a pris par la main dans ce sport. Quand les gens entendent mon nom, ils s'en souviennent immédiatement. »

Outre Bennette Senior, Tray, l'oncle de Bennette Junior, a également évolué en tant que footballeur professionnel. Le natif de San José (Costa Rica) a pratiquement joué toute sa carrière pour le club de Saprissa, en première division, club avec lequel il a notamment remporté la médaille de bronze à la Coupe du Monde des clubs en 2005. Il a également connu, au milieu des années 2000, l'honneur de représenter son pays. Capé à 24 reprises, il faisait notamment partie du groupe à la Copa America en 2004, puis à la Coupe du Monde allemande en 2006. Quinze ans plus tard, l'heure est venu pour un autre Bennette de porter fièrement les couleurs de sa nation.

Plus d'infos

Commentaires