La baisse du plafond salarial en Liga peut avoir de sacrées conséquences pour le FC Barcelone et le Real Madrid

Les deux mastodontes de la Liga vont être très limités sur les prochains mercatos. Et ce, à cause de la baisse du plafond salarial autorisé par la Liga.

Madrilènes et Barcelonais pendant le Clasico
Madrilènes et Barcelonais pendant le Clasico ©Maxppp

Le Real Madrid et le FC Barcelone souffrent, comme beaucoup d'autres grosses écuries, des conséquences liées à la crise du coronavirus. Véritables pôles touristiques, les deux géants génèrent habituellement des millions et des millions d'euros grâce à la billetterie, leurs musées ou leurs boutiques officielles, entre autres. A titre d'exemple, on déplore un manque à gagner de 200 millions d'euros pour cette saison en cours du côté des Merengues, qui s'en sortent cependant mieux que leur rival barcelonais, qui pour le coup est vraiment dos au mur.

La suite après cette publicité

Avant la crise déjà, les deux écuries phares de la Liga étaient déjà un peu en retrait en termes de pouvoir d'achat. Vis-à-vis des gros clubs anglais notamment, forts de leurs contrats télévisuels colossaux, ou du Paris Saint-Germain et de la Juventus, même si ces deux derniers clubs ont aussi pris cher ces derniers mois. Et les dernières nouvelles ne sont pas réjouissantes pour les Mastodontes du championnat espagnol. Effectivement, depuis plusieurs années déjà, la Liga fixe un plafond salarial à chacune des équipes de première et de deuxième division. Une masse salariale à ne pas dépasser, qui est fixée en fonction des revenus et des capacités financières de chaque formation.

Il va encore falloir négocier

La semaine dernière, la Liga a dévoilé les plafonds salariaux pour la saison en cours. Et le Real Madrid et le Barça vont devoir faire de sacrées économies. Le top salarial du Barça a été rabaissé de 43% ! La saison dernière, les Catalans pouvaient ainsi offrir jusqu'à 671,4 millions d'euros sur l'année à leurs joueurs. Désormais, ils ne peuvent dépenser que 382,78 millions d'euros en salaires. Les Madrilènes passent eux de 641 millions d'euros à 468,5 millions d'euros autorisés pour rémunérer leur effectif.

Forcément, les deux clubs ont dû lancer les grandes manœuvres. Du côté du Real Madrid, on a déjà trouvé deux accords pour une baisse de salaires des joueurs. En face, une première révision à la baisse avait été accordée lors du premier confinement, et la direction vient de sceller un deuxième accord ce vendredi. Certains joueurs comme Frenkie de Jong, Clément Lenglet, Gerard Piqué et Marc-André ter Stegen ont d'ailleurs déjà signé de nouveaux contrats, avec des salaires inférieurs pour les prochains mois qui seront compensés dans les prochaines années. Il faudra également se séparer de nombreux joueurs indésirables et faire de la place dans l'effectif. Difficile par exemple de continuer de voir le Real Madrid conserver une dizaine de joueurs en prêt un peu partout en Europe comme c'était devenu habituel.

Une force de frappe inférieure

La deuxième et plus importante conséquence de ce plafond salarial considérablement diminué chez les deux mastodontes ibériques reste une perte de puissance considérable sur le mercato. Dans ce contexte, les deux directions vont devoir réussir de sacrés numéros d'équilibriste pour se renforcer. Surtout à l'heure où tout porte à croire que le FC Barcelone va avoir besoin d'une révolution dans son effectif, ou a du moins plusieurs postes à renforcer comme la défense centrale et l'attaque, alors que les Merengues souhaitent recruter des galactiques, Kylian Mbappé en tête de liste.

Ce n'est pas tout, puisque cette baisse inclut aussi les primes versées aux agents, entre autres. Ce qui pourrait là aussi être rédhibitoire dans certains dossiers, comme celui menant à Erling Braut Håland, représenté par le sulfureux Mino Raiola. Enfin, c'est toute la structure des deux clubs qui pourrait être touchée, puisque pour compenser, Real Madrid et FC Barcelone pourraient notamment sacrifier certaines de leurs autres équipes professionnelles ou moins investir chez les jeunes. En cas de non-qualification pour la Ligue des Champions, option qui est envisageable dans le cas des Catalans surtout, le scénario pourrait même être catastrophique. Autant dire que dans les bureaux du Bernabéu et du Camp Nou, on prie pour que la situation sanitaire s'arrange au plus vite afin de retrouver leurs sources de revenus habituelles et pouvoir reproposer des salaires en accord avec leur statut. On notera par ailleurs que plusieurs équipes de Liga ont, contrairement aux deux formations citées dans notre article, vu leur marge de manœuvre salariale augmenter, à l'image de Granada, Osasuna, Valladolid, Villarreal ou de la Real Sociedad.

Plus d'infos

Commentaires