Pep Guardiola et Jürgen Klopp s'en prennent à la nouvelle formule de la Ligue des Champions

Après la Super League, Pep Guardiola et Jürgen Klopp ont un nouveau combat en commun : la nouvelle formule de la Ligue des Champions.

Pep Guardiola et Jürgen Klopp en Premier League
Pep Guardiola et Jürgen Klopp en Premier League ©Maxppp
La suite après cette publicité

Le football connaît des derniers jours très agités. Le projet de la Super League a été torpillé par les supporters, qui se sont fortement mobilisés physiquement et sur les réseaux sociaux, mais aussi par les joueurs et les entraîneurs. La plupart n'en voulaient pas, comme en Angleterre. Pep Guardiola et Jürgen Klopp n'ont pas hésité à dire ce qu'ils pensaient de ce projet de ghetto de riches, alors même que Manchester City et Liverpool faisaient partis des membres fondateurs. L'UEFA a profité de cette compétition morte-née pour lancer la nouvelle formule de sa Ligue des Champions. Seulement, ce nouveau format concentre encore plus de matches que précédemment, ce qui n'est pas vraiment du goût des deux entraîneurs. Chacun leur tour en conférence de presse, ils ont pris la parole pour dénoncer cette C1 new-look, dont selon eux, personne ne veut.

«Nous devons demander à l'UEFA et à la FIFA de prolonger l'année. Nous avons 365 jours, peut-être pouvons-nous trouver 400 jours par an», a entamé Guardiola, un brin sarcastique et fataliste. «C’est leur business. Nous donnons notre avis, nous ne pouvons rien faire. S’ils décident qu’il y aura dix matches de plus, alors il y aura dix matches de plus. The show must go on. Mon métier, c’est de jouer le mieux possible, de faire en sorte que les joueurs s'engagent dans ce que nous avons à faire et de gagner le plus de titres possible. Si la Coupe du monde se joue avec 56 équipes, elle se jouera avec 56 équipes. Que pouvons-nous faire?» questionne le coach pas vraiment ravi d'avoir toujours plus rencontres à disputer. Il craint surtout pour la santé des joueurs et donc la qualité sur le terrain.

Guardiola et Klopp entament un nouveau combat

«C’est plus de matches, plus de compétitions. Je ne peux pas entraîner les joueurs, juste gérer l’équipe. À chaque fois que nous en parlons à l'UEFA, ils disent : "Nous en prenons note". Mais après il y a plus de matches. Puis il y a une nouvelle compétition pour ceux qui ne sont pas en Ligue des champions ou en Ligue Europa. C'est comme un comédien ou une comédienne de théâtre qui joue trois fois par jour, ils n'aiment pas ça. Une ou deux fois par jour, ils font une bonne performance mais trois fois par jour, c'est trop.» Guardiola est loin d'être le seul puisque Klopp a lui aussi critiqué la décision de l'UEFA. «La Super League n’est plus sur la table. C’est bien, très bien. Mais ce n'est pas pour autant que la nouvelle Ligue des champions est géniale.»

Rappelons qu'à partir de 2024 et l'entrée en vigueur de cette réforme, un vainqueur de Ligue des Champions devra jouer entre 17 et 19 matches, contre 13 aujourd'hui. Rien que la phase de poules concentrera 10 rencontres par équipe. «L'UEFA m'a fait part de son idée et j'ai dit que je n'aimais pas ça. Dix matches au lieu de six, je ne sais pas où on va les mettre. Peut-être que l'UEFA demandera l'annulation d'une Coupe en Angleterre ou voudra 18 équipes de Premier League. Les seules personnes à qui on ne demande jamais rien sont les entraîneurs, les joueurs et les supporters. Je sais que les supporters disent : "Oui, mais ils ont beaucoup d'argent", mais nous sommes déjà à la limite» réagit l'Allemand, dont les blessures n'ont pas épargné son effectif cette saison. «Et croyez-moi, tous les entraîneurs en Europe pensent la même chose, et s'ils pensent tous la même chose, c'est peut-être un signe que c'est un peu trop.» Et si les acteurs du foot faisaient maintenant reculer l'UEFA ?

Plus d'infos

Commentaires