Coupe d'Afrique des Nations 2021 : comment les Comores ont réussi leur exploit

Surprenantes invitées des huitièmes de finale de la Coupe d'Afrique des Nations, les Comores reviennent de loin avant de disputer le premier match à élimination directe de leur histoire, contre le Cameroun.

Les Comores contre le Maroc
Les Comores contre le Maroc ©Maxppp
La suite après cette publicité

Les Comoriens se souviendront de ce mardi 18 janvier 2021. Créée en 1979, mais seulement reconnue par la FIFA en 2005, l'équipe des Comores a dû faire preuve de patience avant de connaître le premier match référence de son histoire en Coupe d'Afrique des Nations. Après une entame compliquée contre le Gabon (0-1) et une défaite contre le Maroc (2-0), qui a donné quelques espoirs, les Cœlacanthes ont frappé fort en éliminant le Ghana (3-2), quadruple vainqueur de la compétition. Un succès symbolique pour cet archipel volcanique de la côte est de l'Afrique, qui devait encore déclarer forfait pour l'édition 2013 de la CAN, en raisons de problèmes financiers.

Mais en quelques années seulement, les Comores ont su créer une équipe compétitive et capable de se qualifier pour une compétition internationale. La victoire d'un homme : Amir Abdou, qui a bâti une équipe compétitive depuis son arrivée presque bénévolement à la tête de l'équipe en 2014. «Il a construit son équipe autour de la diaspora. Aux Comores, le football local n'est pas assez structuré et professionnel pour constituer un vivier compétitif. Il s'est employé à rencontrer les Comoriens qui évoluaient dans les divisions amateurs en France ainsi que les quelques professionnels. Il est allé les chercher, il fallait les convaincre», expliquait le journaliste Boina Houssamdine pour France 24.

Une équipe composée de supporters de l'OM

En effet, au fil des années, Amir Abdou est parvenu à convaincre des binationaux issus de Ligue 2, de National 1 ou des championnats limitrophes tels que la Suisse ou la Belgique. Sur les 23 joueurs en sélection actuellement, onze joueurs viennent de Marseille. Quasiment tous, supportent l'Olympique de Marseille. Cette connexion entre supporters olympiens est d'ailleurs un point fort quant à la réussite de l'équipe nationale. «Les Comoriens ont compris que cette connexion était un atout et une fierté énorme. Déjà qu’ils supportent tous l’OM, maintenant ils ont une raison en plus de soutenir les Comoriens de Marseille», expliquait Kassim M'Dahoma, défenseur central des Cœlacanthes.

Et après plusieurs désillusions lors des qualifications à la CAN 2017, 2019 et au Mondial 2018, la sélection espère décrocher un billet pour le Cameroun et disputer la CAN 2021 en s'appuyant sur une équipe avec de plus en plus d'automatismes et emmenée par le meilleur buteur de son histoire : El Fardou Ben Nabouhane, le buteur du club serbe de l’Étoile rouge Belgrade. Après avoir battu le Togo, le Kenya et avoir tenu tête à l'Égypte de Mohamed Salah, Amir Abdou réussissait son défi en emmenant son équipe à la CAN. «On est qualifié. La fierté que je ressens pour mon pays est indescriptible ! Bravo à mes joueurs, mon staff, ma fédé, merci au Président. Et un grand merci à vous qui êtes des supporters incroyables», avait-il expliqué après la qualification.

Les Comores peuvent encore rêver

C'est donc timidement que les Comores débutaient cette Coupe d'Afrique des Nations. Mais au fil des jours, la formation d'Amir Abdou a agréablement surpris et aurait presque pu réaliser le hold-up face aux Lions de l'Atlas, avec notamment un Salim Ben Boina exceptionnel devant son but et logiquement élu homme du match après la rencontre. Mais l'étonnant succès contre le Ghana, au cours d'un match à rebondissement face à des Black Stars habitués de la compétition, a offert une première victoire historique dans la compétition au petit archipel de moins de 870 000 habitants. Un succès lui permettant d'obtenir une place parmi les meilleurs troisièmes des groupes.

«Ce n'est pas une surprise, nous savons ce que nous étions capables de faire. Nous avons joué dans un groupe très difficile et c'était notre première participation. On savait qu'on n'avait rien à perdre. On savait qu'on avait une chance de gagner et on a tous cru en nous (...) Le message pour nous est clair depuis plusieurs années : nous voulons placer les Comores sur la carte du football», expliquait Fouad Bachirou après la qualification au micro de CNN. Les Comores peuvent encore croire à leur rêve pour leur premier match à élimination directe, contre le Cameroun, lundi (20 heures). Un (nouveau) rendez-vous historique pour la 132e nation mondiale au classement FIFA, qui n'a peur de rien.

Plus d'infos

Commentaires