Angers-PSG : les notes du match

Au terme d'un match plutôt haché, le champion de France l'emporte par la plus petite des marges (1-0) face à Angers. Layvin Kurzawa permet au PSG de reprendre provisoirement les commandes de la Ligue 1.

Abdou Diallo sous le maillot du PSG
Abdou Diallo sous le maillot du PSG ©Maxppp
La suite après cette publicité

A l'occasion de la vingtième journée de Ligue 1, Angers recevait le Paris Saint-Germain au stade Raymond Kopa. Battus sèchement par l'AS Monaco samedi dernier (3-0), les hommes de Stéphane Moulin lorgnaient le top 5 en cas de victoire face au champion de France ce soir. Côté PSG, les succès face à Brest (3-0) puis face à l'OM (2-1) lors du Trophée des Champions ont insufflé une dynamique positive. Pour cette affiche de 21 heures, Stéphane Moulin optait pour un 4-2-3-1 avec le seul Diony en pointe. En l'absence de Mauricio Pochettino positif au Covid-19, ses adjoints alignaient également un 4-2-3-1. Neymar, Mbappé, Kean et Di Maria démarraient tous la rencontre.

Le SCO ne tardait pas à se procurer la première occasion du match. Fulgini décalait bien Capelle dont la frappe enroulée était déviée en corner par Navas (2e). Il fallait attendre la 22ème pour entrevoir la première opportunité parisienne du match. Bien lancé par Neymar dans le dos de la défense, Mbappé seul devant Bernardoni ne pouvait redresser. Le PSG commençait à accentuer la pression sur les buts de Bernardoni et Neymar bien servi par Di Maria voyait sa frappe déviée en corner (27e). Dans un match plutôt verrouillé, le SCO se montrait une nouvelle fois dangereux après l'heure de jeu, mais Diony voyait sa frappe bien captée par Navas (36e).

Layvin Kurzawa libère le PSG

Au retour des vestiaires, le PSG manquait de se faire surprendre. Sur la droite, Manceau centrait fort pour Diony dont la tête à bout portant était sauvée par Navas (51e). Dans le dur en début de second acte, le champion de France manquait l'ouverture du score. Sur un contre, Neymar lançait Mbappé dans la profondeur qui voyait sa frappe déviée en corner par Bernardoni (54e). Juste après l'heure de jeu, les hommes de Stéphane Moulin rataient le coche sur une frappe déviée de Bahoken par Kurzawa qui filait juste au dessus de la transversale (64e).

Sans briller, le Paris Saint-Germain ouvrait le score. Décalé par Di Maria sur la droite, Florenzi distillait un bon centre touché par un joueur angevin. Le ballon revenait sur Kurzawa dont la volée ajustait Bernardoni (0-1, 70e). La fin de match s'avérait hachée et les occasions se faisaient très rares. Grâce à sa treizième victoire de la saison, le PSG prenait provisoirement les commandes de la Ligue 1 avec deux points d'avance sur l'OL.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L'homme du match : Diallo (7,5) : pour sa deuxième titularisation de la semaine, le défenseur central français s'est montré impliqué et sérieux dans son positionnement. De belles intentions qui se sont traduites par de belles interventions dans le premier acte. Très appliqué, l'ancien joueur du Borussia Dortmund n'a rien laissé passer ce soir. Sa complémentarité avec Marquinhos est intéressante. Preuve de ses belles dispositions du moment, le principal protagoniste a excellé dans les duels. Toujours bien placé, il a annihilé quasiment toutes les offensives angevines. Un de ses matchs les plus aboutis sous le maillot du Paris Saint-Germain.

Angers

  • Bernardoni (5) : l'ancien Nîmois, arrivé cet été en provenance du sud, aura eu un match plutôt tranquille. Pas inquiété en première mi-temps par des Parisiens qui n'auront cadré aucune frappe dans les 45 premières minutes, le champion d’Europe avec les moins de 19 ans n’aura pas eu grand chose à faire dans cette rencontre jusqu’au but de Kurzawa où il ne peut malheureusement rien faire. Il sauve son équipe de l'ouverture du score avec une bonne parade sur une frappe de Mbappé (54e). Prestation frustrante du portier formé à Bordeaux.

  • Manceau (4) : défensivement c'est lui qui aura été le plus en difficulté ce soir. Sur le côté de Neymar, c'est souvent Mbappé qu'il aura trouvé en face de lui et qui l'aura mis en difficulté (34e). Souvent en retard face au champion du Monde, il aura également souffert dans les airs face à Moise Kean notamment (43e) mais il aura sauvé quelques ballons (59e) sur des erreurs d’inattentions de ses coéquipiers. Il aurait pu être passeur décisif si Loïs Diony avait convertit son centre millimétré.

  • Thomas (4) : Match contrasté pour le roc angevin. si les attaquants parisiens ont eu autant de mal en première période, c'est bien grâce à lui mais il offre un but à Kurzawa. Il aura fait de belles interceptions (26e, 45e) devant Neymar notamment, ses relances auront également été très propres, mais tous ses efforts n’auront finalement servis à rien.

  • Traoré (5) : lui aussi aura rendu une copie propre. De bonnes interceptions (46e), son alignement défensif aura été la clé dans cette rencontre. L’international ivoirien a souvent été très bien placé (51e) mais a eu du mal face à Kylian Mbappé sur des ballons en profondeur. Pas le joueur le plus rapide, le capitaine angevin a joué sur ses qualités et aura été solide tout au long du match, belle prestation malgré la défaite.

  • Doumbia (5) : latéral offensif et quelques fois tranchant sur son côté gauche (24e), l’international ivoirien aura également été concentré défensivement face à des attaquants parisiens de top niveau. L’ancien Rennais a lui aussi sauvé quelques ballons notamment dans les airs et aura adressé un bon centre pour Pereira Lage dont la tête est passée au dessus du but du gardien costaricien.

  • Coulibaly (5) : l’international malien aura formé un joli duo avec Ibrahim Amadou à la récupération dans ce 4-2-3-1. Physiquement très présent, il a lui aussi été souvent à l’interception (44e) et n’est jamais réellement tombé dans le jeu de Neymar. Au delà de son travail défensif, il a montré qu’il pouvait également porter le ballon et bien l’utiliser pour le donner aux joueurs offensifs du SCO (75).

  • Amadou (5) : plus défensif que son binôme malien du milieu, l’ancien Lillois, prêté par Séville cette saison, est venu pour apporter son expérience de l’étranger et aura lui aussi intercepté bon nombres de ballons dans l’entrejeu (30e, 38e). Son placement aura permis à ses défenseurs de ne pas être trop inquiété par les attaquants et milieux de terrains parisiens. Remplacé par El Melali (86e)

  • Capelle (6,5) : joueur angevin le plus en vue offensivement ce soir. Véritable métronome, le milieu offensif de 33 ans aura été partout sur le terrain ce soir. Que ce soit à la récupération (15e, 20e), dans son placement offensif toujours impeccable ou dans ses remontées de balle, il aura été le danger côté SCO. Il aura tenté sa chance à plusieurs reprises (17e) mais pas assez tranchant dans le dernier geste pour faire trembler Keylor Navas. Match intéressant pour le numéro 15 qui est depuis plusieurs saisons déjà l'un des tauliers de cette équipe angevine. Remplacé par Cabot (75e)

  • Fulgini (6) : avec Pierrick Capelle il aura été l'autre milieu offensif dangereux d'Angers. Souvent à la récupération comme son compère du milieu, on l'aura plus vu à la recherche de Diony avec des centres (5e) et ses percées auront mis en difficulté les milieux de terrain parisiens (37e). En seconde période, il tente plusieurs fois de débloquer la rencontre de façon personnelle mais n'y parvient pas.

  • Pereira Lage (5) : pas très actif offensivement en première période, on l’aura surtout vu se montrer à la reprise. Auteur d’une superbe action à la 49e, il aura profité de certains espaces laissés sur le côté droit parisien. C’est néanmoins le milieu offensif angevin qui aura été le moins dangereux ce soir. Remplacé par Thioub (75e)

  • Diony (4) : il aura eu beaucoup de difficultés dans ce match l'ancien Stéphanois. Seul à la pointe de l'attaque angevine et pas souvent dans le bon tempo (19e, 28e) il aura tout de même intercepté quelques passes grâce à son bon pressing (42e) mais malheureusement il aura pêché à la finition lors des rares fois où il a eu le ballon dans la surface (37e). Au retour des vestiaires, il aurait pu ouvrir le score de la tête (52e) sans une superbe parade de Navas. Dommage. Remplacé par Bahoken (61e) qui a lui aussi eu une grosse occasion (64e)

PSG

  • Navas (7,5) : le gardien costaricien n'a pas tardé à entrer dans son match en intervenant bien sur une frappe enroulée de Capelle (2e). L'ancien portier du Real Madrid a su rester vigilant sur une frappe de Diony (36e). L'intéressé sauve les siens sur une tête de Diony à bout portant (51e). Une nouvelle fois décisif pour son équipe.

  • Florenzi (5,5) : connu pour sa générosité sur un terrain, le latéral droit italien s'est montré relativement discret dans le premier acte, laissant l'initiative à Di Maria offensivement. En souffrance sur plan physique, le défenseur n'a jamais lâché et n'a jamais rechigné à faire les efforts. Impliqué sur l'ouverture du score de Kurzawa avec un centre mal maîtrisé par la défense angevine (0-1, 70e). L'ancien joueur de l'AS Roma a serré les dents en fin de match.

  • Marquinhos (7) : incertain avant la rencontre, le capitaine parisien a finalement bien démarré la rencontre. Toujours aussi sérieux et concentré, il apporte cette sérénité indispensable à sa défense. Sa bonne lecture du jeu lui permet de bien anticiper les situations. Très à son avantage dans les duels, l'international brésilien a régné en maître dans sa surface. Encore une belle copie rendue par le défenseur auriverde.

  • Diallo (7,5) : voir ci-dessus.

  • Kurzawa (5) : le latéral gauche parisien n'a pas montré grand-chose dans le premier acte se contentant de jouer le plus simple possible. L'ancien Monégasque a semblé dans le dur physiquement et n'a quasiment jamais participé aux phases offensives de son équipe jusqu'à son but. Il profite d'un centre de Florenzi dévié pour ajuster d'une belle volée Bernardoni (0-1, 70e). Remplacé à la 85e par Kimpembe

  • Paredes (6,5) : positionné proche de sa défense, le milieu argentin a rapidement essayé d'orienter le jeu de son équipe. L'intéressé a montré beaucoup de qualité dans ses transmissions et n'a pas hésité à se muer en premier relanceur. Si ses prises de risques dans son jeu paraissent limitées, l'ancien joueur du Zenit a bien verrouillé l'entrejeu parisien.

  • Verratti (6) : le milieu italien qui évolue plus haut depuis l'arrivée de Mauricio Pochettino, peine à endosser le costume de meneur de jeu de son équipe. Si son implication n'est pas à remettre en cause, le Petit Hibou n'est pas parvenu à casser les lignes dans la première demi-heure. Dans le second acte, le changement tactique opéré par le staff parisien l'a replacé plus bas sur le terrain. Un positionnement qui lui a mieux convenu. Sa générosité et sa qualité technique ont fait beaucoup de bien à ses partenaires.

  • Di Maria (4,5) : El Fideo n'a pas manqué d'activité en début de match mais il s'est distingué par pas mal d'approximations dans ses transmissions. Pa la suite, plus les minutes passaient et plus l'international argentin se faisait discret sur le terrain. Ses rares initiatives n'ont pas connu un dénouement heureux. Remplacé à la 79e par Herrera

  • Neymar (6) : pour son retour en tant que titulaire dans le onze parisien, l'artiste brésilien a démontré beaucoup d'envie sur le terrain en réclamant beaucoup le ballon. Son aisance technique lui permet de créer des différences dans une défense. Son ouverture dans le dos de la défense angevine aurait pu profiter à Mbappé (22e). Intermittent dans le jeu, l'ancien joueur du Barça aurait pu être passeur décisif pour Mbappé au retour des vestiaires (54e). On regrettera que le numéro dix parisien n'en soit resté qu'au stade des fulgurances ce soir. Averti à la 90+3 pour contestations.

  • Mbappé (4) : l'attaquant français positionné couloir gauche, ne s'est pas trop mis en évidence dans le premier acte. Hormis sur une ouverture de Neymar (22e), le natif de Bondy n'a pas été dangereux, bien muselé par Manceau. L'international tricolore a gâché une belle opportunité sur un excellent service de Neymar (54e). Ses partenaires l'ont très peu trouvé dans la profondeur ce soir. Une nouvelle prestation décevante pour le champion du monde. Remplacé à la 79e par Sarabia

  • Kean (3) : titularisé à la place de Mauro Icardi à la pointe de l'attaque parisienne, le buteur italien fut invisible lors du premier acte. Ses partenaires n'ont jamais réussi à le trouver dans le jeu. Bien muselé par la défense angevine, une rencontre à oublier pour le joueur qui appartient à Everton. Remplacé à la 68e par Icardi qui n'a rien eu à se mettre sous la dent.

Plus d'infos

Commentaires