LdC, Monaco : le coup de gueule de Niko Kovac contre le racisme

Niko Kovac, l'entraîneur de l'AS Monaco
Niko Kovac, l'entraîneur de l'AS Monaco ©Maxppp

Ce mardi soir, l'AS Monaco a pris une grosse option sur la qualification en barrages de la Ligue des Champions grâce à son succès sur le terrain du Sparta Prague (2-0, match aller du 3ème tour préliminaire de la C1). Si Aurélien Tchouaméni (21 ans) a crevé l'écran et a probablement été le meilleur joueur sur la pelouse, inscrivant notamment le premier but de cette rencontre de la tête, le milieu de terrain français a été la cible de cris de singe venant des travées du stade Letná. En conférence de presse d'après-match, Niko Kovac, l'entraîneur du club du Rocher, n'a pas caché sa déception au regard de l'incident ayant eu lieu en tribunes.

La suite après cette publicité

« Nous avons gagné, mais le plus important, c'est ce qu'il s'est passé après notre but et à la fin du match. Je suis triste et déçu que ce genre de choses arrive encore au 21e siècle. Je voudrais que ça s'arrête. On est uniquement là pour jouer au foot et le foot est l'occasion de réunir tout le monde. Je suis fier de la réaction de mes joueurs. Certains de mes joueurs étaient déçus, énervés et tristes, mais je leur ai dit qu'on était là pour jouer au foot. Je sais que ça blesse, que c'est dur à comprendre, mais on a besoin de continuer. On a gagné le match, mais on a aussi gagné contre le racisme. C'est important de souligner que cela venait d'une minorité, que ce n'était pas tout le stade. J'ai parlé avec l'arbitre, l'entraineur du Sparta, je leur ai dit qu'ils n'étaient pas responsables de ça, que tout le monde était là pour jouer au foot. On a besoin de respect, c'est important. Et comme je l'ai dit, j'espère que ça n'arrivera plus jamais. » Reste désormais à savoir si l'UEFA se saisira du cas du Sparta Prague, dont ce n'est pas la première fois que ses supporters sont mêlés à de tristes événements du genre.

Plus d'infos

Commentaires