PSG - Club Bruges : les notes du match

Le Paris Saint-Germain s'est imposé brillamment sur le score de 4-1 face à Bruges. Avec un très bon Kylian Mbappé, bien accompagné par Lionel Messi.

Kylian Mbappé et Messi célèbrent un but
Kylian Mbappé et Messi célèbrent un but ©Maxppp
La suite après cette publicité

Assuré de terminer deuxième du groupe A, le Paris Saint-Germain a soigné sa dernière sortie de l'année civile sur la scène européenne en déroulant face au Club Bruges (4-1) ce mardi, dans le cadre de la 6ème et dernière journée de la phase de poules de la Ligue des champions. Il ne fallait pas arriver en retard dans un Parc des Princes ayant sifflé Mauricio Pochettino avant le coup d'envoi, ou devant sa télévision, pour assister au doublé précoce de Kylian Mbappé, titulaire aux côtés de Lionel Messi et Angel Di Maria aux avant-postes. Le n°7 français, qui en a profité pour faire tomber un nouveau record en C1 aux dépens du septuple Ballon d'Or, a d'abord parfaitement suivi, en renard des surfaces, un centre de Nuno Mendes repoussé par Simon Mignolet (1-0, 2e) avant de planter une superbe reprise de volée sur une merveille d'ouverture de Di Maria (2-0, 7e). De quoi mettre les Rouge et Bleu, très dominateurs face à des Belges trop timides, si ce n'est sur ce tir de Cisse Sandra stoppée par Gianluigi Donnarumma (24e), sur de bons rails. D'autant plus que Lionel Messi a participé à la fête en faisant « sa spéciale » sur un service de KM7 (3-0, 38e). Et le score aurait pu être plus lourd à la pause sans un Simon Mignolet vigilant devant Georginio Wijnaldum (4e), Di Maria (11e) et Messi (31e, 35e).

Au retour des vestiaires, la physionomie du match était tout autre. Les Parisiens, se reposant peut-être sur leurs acquis, ont laissé les joueurs de Philippe Clement sortir la tête de l'eau. Les Belges ne se sont pas fait prier et ont affiché un visage entreprenant, se rapprochant dangereusement des buts de Donnarumma. C'est assez logiquement que l'Italien, qui a repoussé une tentative de Noa Lang (54e), a été contraint de s'incliner face à Mats Rits, bien décalé par Lang (3-1, 68e). Les partenaires de Nuno Mendes, touché au mollet et contraint de céder sa place à Thilo Kherer dès la 50ème minute, peinaient à refaire trembler les filets adverses. Di Maria, quand il n'a pas loupé le cadre (64e), a buté sur Mignolet (66e), comme Mbappé (73e). Moment alors choisi par Leo Messi pour obtenir puis transformer comme un grand un penalty pour sceller le sort de cette partie (4-1, 76e). Une réalisation lui permettant, grâce à son 2ème doublé en C1 avec le PSG, de repasser meilleur buteur du club (5 buts) dans cette compétition devant l'attaquant français (4 buts). Grâce à ce 3ème succès en 6 journées, Paris, qui avait été incapable de battre Bruges à l'aller (1-1), termine cette phase de groupes avec 11 unités. Mauricio Pochettino et les siens se donnent un peu d'air après 2 matchs sans victoire en L1. De son côté, Bruges confirme son statut de pire défense de Ligue des champions et voit son année européenne s'arrêter Porte de Saint-Cloud.

Le classement de la phase de poules de la C1.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L'homme du match : Kylian Mbappé (8) : létal. En moins de dix minutes de jeu, il avait déjà permis aux Parisiens de faire le break. Un but où il n'a eu qu'à pousser le fond, puis un autre où il a décoché une belle volée pour faire trembler les filets. Derrière, c'est vrai qu'il a été un peu plus discret, n'étant pas impliqué dans toutes les situations chaudes de son équipe. Mais il a fait son job d'entrée, donc on lui pardonnera, d'autant plus qu'il continue de faire tomber les records. Il passe même juste à côté du triplé avec un bel enroulé à un peu plus d'un quart d'heure de la fin. Il laisse sa place à Icardi à la 83e.

Paris Saint-Germain

  • Donnarumma (7) : avec les deux buts assez tôt dans le match de Kylian Mbappé, on pensait qu'il allait vivre une soirée tranquille. Mais les Belges ont continué d'attaquer, et l'ancien Milanais a été sollicité à plusieurs reprises. Il sort un bon arrêt devant De Ketelaere avec le pied (23e), ou sur Noa Lang (53e), entre autres. Il a aussi été très bon dans le jeu aérien. Difficile de lui en vouloir sur le but encaissé.

  • Nuno Mendes (6) : d'entrée, le Portugais a fait mal avec un une-deux avec Mbappé, qui s'est conclu sur l'ouverture du score. Il s'est ensuite montré assez actif sur le flanc gauche parisien, jouant toujours bien les coups. A noter tout de même que plusieurs actions offensives des Belges en première période sont venues de son côté, où il n'a pas été exempt de tout reproche défensivement parlant. Kehrer l'a remplacé suite à sa blessure à la 50e. L'Allemand a été plutôt correct.

  • Diallo (6,5) : assez bonne prestation de l'ancien Monégasque. C'est surtout avec le ballon qu'il a le plus brillé, avec plusieurs services bien sentis pour les joueurs positionnés devant lui, comme Wijnaldum (28e). Pas franchement inquiété outre mesure, même s'il est peut-être un peu trop attentiste sur le but de Rits, laissant le joueur de Bruges frapper un peu trop facilement.

  • Marquinhos (7) : le taulier de la défense parisienne a répondu présent, comme toujours on a envie de dire. Il a bien muselé les attaquants belges, étant impeccable dans tous les aspects du jeu : jeu aérien, placement, marquage, duels. Rien de plus à souligner, puisque c'est le Marqui qu'on a l'habitude de voir.

  • Hakimi (6) : le latéral gauche marocain n'a pas été spécialement en vue dans l'aspect offensif, recevant assez peu de bons ballons sur son côté droit. Il a surtout joué arrêté, n'étant pas trouvé dans la course. En revanche, défensivement, il n'a jamais été pris à défaut par ses vis à vis contrairement à Nuno Mendes. Prestation sérieuse, mais on le sait capable de mieux.

  • Verratti (7) : dans l'entrejeu parisien, l'Italien a confirmé que lorsqu'il est sur la pelouse, c'est un PSG bien différent que l'on voit. Tout est plus fluide, tout va plus vite, et tout est mieux maîtrisé. Sans pour autant avoir été exceptionnel, le joueur formé à Pescara a rendu les choses bien plus faciles, sortant le ballon très vite et toujours proprement. Pochettino l'a sorti pour faire entrer le titi Dina-Ebimbe à la 83e, mais ce dernier n'a pas vraiment eu le temps de se montrer.

  • Gueye (6,5) : l'ancien du LOSC confirme qu'il est l'un des joueurs les plus en forme du moment côté francilien. Le Sénégalais a encore affiché un volume de jeu conséquent, ressemblant de plus en plus à un box to box, avec de nombreuses courses dans les deux sens. Et quand il a eu le ballon dans les pieds, il l'a presque toujours bien utilisé. Il s'est même essayé au retourné acrobatique en première période, signe qu'il est en pleine confiance. Il a laissé sa place à Paredes à la 72e, peu après avoir perdu la balle sur le but de Bruges, ce qui entache un peu sa prestation.

  • Wijnaldum (5) : le seul joueur du PSG qui n'a pas vraiment été au niveau ce soir, du moins à partir du moment où on sait qu'il peut encore faire mieux. Il rate par exemple une superbe opportunité alors qu'il pouvait filer droit au but (28e). Au delà de ça, beaucoup de ballons mal négociés, et peu de passes vers l'avant, alors que le jeu du PSG était assez mobile ce soir.

  • Di Maria (6,5) : l'Argentin a eu un rôle un peu hybride ce soir, puisqu'il a semblé avoir une liberté totale pour se déplacer dans l'entrejeu et aux positions plus avancées. Il s'est donc proposé en permanence, et ensuite, a bien exploité les situations qu'il a pu avoir, avec un superbe caviar pour Mbappé sur le deuxième but du Bondynois par exemple. Tout proche de s'offrir un but à la 65e. Ander Herrera a pris sa place à la 72e, auteur d'une entrée honnête.

  • Mbappé (8) : voir ci-dessus.

  • Messi (8) : il a eu un peu de mal à entrer dans la rencontre, avec tout de même quelques bons ballons, pour Di Maria (11e) par exemple. Il y a eu cette frappe bien sortie par Mignolet (35e)... Dernier tour de chauffe avant sa spéciale, puisque deux minutes plus tard seulement, il a fait son action traditionnelle ; pénétration dans l'axe avant une frappe bien brossée au ras du poteau droit, imparable. Comme le reste des joueurs offensifs parisiens, il a un peu baissé le rythme au retour des vestiaires, conscient que des matchs importants arrivent et qu'il a besoin de repos, même s'il termine avec un doublé sur un penalty qu'il a lui même transformé.

Club Bruges

  • Mignolet (3) : l'ancien portier de Liverpool a été vite surpris par Mbappé après lui avoir remis le ballon sur le centre de Mendes. Rebelote sur sa reprise en une touche à bout portant. Dernier rempart d'une défense en retard, il s'est bien rattrapé. Il craque finalement en fin de première période, trop court sur le but de Messi avant de rester immobile sur le tir à 11 mètres de La Pulga au second acte.

  • Hendry (3,5) : le défenseur central écossais a été trop court dans la surface de réparation sur Mbappé sur ses deux buts (2e, 7e). S'il a semblé plus rassurant au fil de la première période, il est vite éliminé par le numéro 7 parisien sur son couloir, passeur décisif pour Messi derrière.

  • Nsoki (5) : l'ancien Parisien a eu du mal à trouver ses marques en début de partie. Néanmoins, il est bien revenu sur Wijnaldum, parti seul au but (27e). Dans un rôle de libéro dans cette charnière à 3, il a été le plus rassurant malgré les 4 buts adverses, surgissant en avant-dernier rempart dans les pieds parisiens (4 ballons dégagés). Son sens de l'anticipation limite quelque peu les offensifs adverses (3 interceptions).

  • Ricca (4) : le latéral gauche uruguayen n'a pas été très présent dans cette rencontre, étant donné le peu d'attaques passées par son côté gauche. Il a fait son possible pour aider Lang sur son couloir et jouer dans le dos de Hakimi, mais aucune occasion franche n'est créée depuis ce côté.

  • Clinton Mata (5) : le piston droit a été le plus sollicité par ses coéquipiers, rentrant souvent dans l'entrejeu pour aider le milieu de terrain (5 ballons récupérés). En plus de se bien tacler la frappe de Messi, il s'est montré dangereux pour la première fois sur son centre pour Vanaken (36e). En seconde période, il a été plus en vue pendant le premier quart d'heure avant de se cantonner à reculer aux côtés de sa défense pour limiter la casse.

  • Vanaken (4,5) : positionné derrière les attaquants, le meneur de jeu a eu du mal à trouver ses coéquipiers, parfois esseulés. Ne trouvant pas la solution dans la moitié de terrain adverse, il est souvent contraint de reculer dans son milieu pour partir de derrière et créer quelques occasions, sans grand danger en première période.

  • Balanta (4,5) : dans l'axe du milieu de terrain, le Colombien tente tant bien que mal de contenir les nombreuses offensives parisiennes, mais n'a pas su battre le milieu adverse à lui seul. Il a été bien présent sur la récupération de Lang pour lancer l'offensive offrant le but de l'honneur. Sur les duels, il est souvent pris de vitesse par Verratti et Gueye (1 duel gagné sur 6). Remplacé par Vormer (69e).

  • Rits (5) : d'abord invisible dans le jeu, il s'est bien projeté dans la zone de vérité, sollicitant à plusieurs reprises un Gigio rassurant. Suivant bien l'action à la suite de la récupération de Lang, il sauve l'honneur des siens sur un tir à ras de terre assez fort pour tromper la main de Donnarumma.

  • Sandra (4) : il a été le premier à tenter sa chance devant le but, lancé par Vanaken mais sa tentative a trouvé les pieds de Donnarumma (24e). Cependant, l'international U19 belge n'a pas su soutenir ses coéquipiers dans le travail défensif, souvent battu dans les duels sur son flanc droit par Nuno Mendes (1 duel gagné sur 5). Remplacé par Van der Brempt (57e), qui provoque le pénalty transformé par Messi.

  • Lang (4,5) : très peu servi en ballons, il a tenté de profiter des coupe de pied arrêtés pour se mettre en confiance, sans succès. Le Néerlandais a aidé ses coéquipiers dans l'aspect défensif comme il pouvait (7 ballons récupérés). Il a également écopé d'un carton jaune pour avoir joué trop vite un coup-franc à l'entrée de la surface (61e). Son travail défensif a permis de réduire le score par Rits (68e).

  • De Ketelaere (5) : le pur produit de la formation brugeoise a mal géré sa course sur son bel appel (11e), avant de se faire piéger par le bon placement de la charnière adverse (2 hors-jeux). Profitant d'un bloc parisien un peu plus bas, il a su se procurer quelques occasions, avant de provoquer le premier carton sur l'entrant Kehrer (55e).

Plus d'infos

Commentaires