Gillot fixe les objectifs de Bordeaux et aborde le mercato

Alors que ses Girondins n’ont toujours pas remporté le moindre match en préparation, Francis Gillot s’est livré dans les colonnes de Sud Ouest. Le technicien est revenu sur son expérience de la saison passée, ses objectifs pour la campagne à venir, et évidemment, sur le mercato.

Gillot en a marre des critiques
Gillot en a marre des critiques ©Maxppp

Francis Gillot reste positif. Le technicien bordelais n’est pas affolé par le fait que ses Girondins n’ont remporté aucun de leurs trois amicaux. Confiant malgré la perte de différents éléments importants depuis sa nomination, il a confirmé dans les colonnes de Sud Ouest vouloir viser la saison prochaine le haut de tableau de Ligue 1. Et ce, malgré l’affaiblissement des siens et la plus forte concurrence. « Aujourd’hui, on s’aperçoit que même finir 5e, c’est compliqué. Quatre-cinq équipes ont un budget supérieur au nôtre, un meilleur effectif. Pour peu qu’il y ait quatre-cinq clubs du même niveau que nous qui réussissent mieux, on se retrouve vite 10e. Paris et Monaco devraient finir dans les deux premiers, retirez Lyon, Marseille et Lille, ça fait déjà cinq équipes. Après, il y a nous, Saint-Étienne, Rennes, qui, un jour, va se réveiller… Mais c’est bien de se dire qu’il faut que l’on soit dans les cinq-six premiers. »

La suite après cette publicité

Ambitieux, le coach est néanmoins affecté par l’actuel mercato, avec lequel il a déjà perdu l’un de ses éléments clé, Trémoulinas. Sur ce sujet, il n'a pas caché sa déception : « Quand Trémoulinas s’en va, je ne suis pas content. C’est un coup dur pour l’équipe, pour les entraîneurs, pour le club. Mais il faut de l’argent, on ne peut pas faire autrement. » Outre ce départ, il a également abordé le fameux problème offensif de son Bordeaux, qui pourrait de plus être handicapé par la longue absence de son buteur attitré Cheick Diabaté, qui aurait contracté le paludisme. « Rolan va revenir. Je ne sais pas si Jussiê va partir mais j’attends la confirmation de Saivet et de Maurice-Belay. Il faut que Sacko s’affirme. On était déçu de ses prestations la saison dernière. J’ai l’impression qu’il a pris conscience qu’il devait percer cette année. Il a du potentiel. »

Le coach a donc assuré qu'il misera sur les jeunes, comme Maxime Poundjé. « J'aimerais bien qu'il réussisse parce qu'il s'en donne les moyens. J’adore ce genre de joueur, ces mecs-là, qui arrivent de rien. Maxime, c’est vraiment un super-mec, comme Jérémie Bréchet qui, à 33 ans, a toujours une super mentalité. J’adore ce type de joueurs, très professionnels. Il y a des jeunes qui sont capables. Henri Saivet, le petit Sertic, j’aime bien ». Il devrait également accorder sa chance, en cours de saison, à certains membres de la réserve. En tout cas, le technicien a bien conscience de la logique de ses dirigeants, et n’en demande pas trop. « Si j’arrive à avoir tout le monde au top, on peut se débrouiller. Mais si on a deux ou trois déceptions, on sera handicapé… La saison dernière, j’avais fait un mélange de jeunes, ça n’a pas mal marché. » C’est encore ce semble se profiler pour cette saison. Mais pour la réussite, ce devrait être plus compliqué.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires