Ligue 1 : Didier Quillot tape du poing sur la table après l'audience du Conseil d'État

Présent lors de l'audience du Conseil d'État, le directeur général de la LFP Didier Quillot s'est exprimé après celle-ci. Et ce dernier a dit ce qu'il pensait des recours déposés par l'OL, Amiens et Toulouse.

Didier Quillot, l'ex-directeur général de la LFP, avant un match entre l'OM et Toulouse en août 2018
Didier Quillot, l'ex-directeur général de la LFP, avant un match entre l'OM et Toulouse en août 2018 ©Maxppp

3 heures. C'est le temps qu'aura duré l'audience du Conseil d'État concernant les recours déposés par l'Olympique Lyonnais, l'Amiens SC et le Toulouse FC. Suite à la décision de la Ligue de Football Professionnel, prise le 30 avril, les trois clubs français souhaitaient en effet obtenir réparation, le club rhodanien étant privé de coupe d'Europe avec sa septième place, tandis qu'Amiénois (19es) et Toulousains (20es) vont eux prendre la direction de la Ligue 2. Les échanges ont été multiples durant cette audience, et le président lyonnais Jean-Michel Aulas a encore été très présent, avec en face de lui la LFP et Didier Quillot notamment, son directeur général. Après l'audience, certaines réactions étaient donc attendues, notamment celle du DG de la Ligue, l'avocat de celle-ci ayant un peu plus parlé auparavant. Et dès son arrivée devant les journalistes, Didier Quillot a posé le décor avec quelques mots : «bonjour à tous. Pas de questions s'il-vous-plaît. Je voudrais faire, à l'issue de cette audience, trois commentaires.»

La suite après cette publicité

Avant d'enchaîner sur le premier point. «Le premier, c'est celui sûr la séquence 28 avril-30 avril. Je tiens à rappeler que le 28 avril, le Premier ministre, à la tribune de l'Assemblée nationale, a exprimé de manière très claire et sans équivoque que les sports professionnels ne pouvaient pas reprendre, et qu'il a expressément cité le championnat de football. Le 29 avril, la FFF a décidé à l'unanimité de son Comex l'arrêt des championnats amateurs. Et le 30 avril, notre diffuseur principal Canal +, prenant acte de la décision du Premier ministre, a résilié de manière définitive le contrat qu'il avait avec la Ligue. Le 28 mai, le Premier ministre lui-même, en réponse à une question, a assumé la décision qui a été prise le 28 avril en rappelant "les décisions qui ont été prises, je les assume". Sur ces bases-là, la décision qui a été prise par le CA du 30 avril de la Ligue est évidemment la bonne forme de tous ces éléments», a lâché Didier Quillot, pas coupé une seule fois durant toute son intervention.

«Il faut se tourner vers la saison 2020-21»

Ensuite, le DG de la LFP a bien insisté sur un aspect bien précis : «deuxième commentaire. Je voudrais insister sur l'unanimité de notre éco-système. Le 30 avril, les décisions que nous avons prises ont été prises à l'unanimité, moins une seule voix. Les décisions qui ont été prises par la FFF ont été prises à l'unanimité de son Comex, j'insiste bien sûr l'unanimité de son Comex. Le syndicat des joueurs, je vous rappelle, n'était pas pour la reprise la semaine précédent le 30 avril. Il y avait donc une unanimité de l'ensemble des familles du football professionnel ce jour-là, le 30 avril.» Sauf que Jean-Michel Aulas, invité de RMC mercredi soir, a tenu à préciser que l'OL n'avait pas voté pour l'arrêt de la saison, le boss des Gones n'étant pas présent au Conseil d'administration de la LFP. Enfin, Didier Quillot a clôturé son intervention sur l'intérêt général.

«Troisième et dernier commentaire. C'est celui de l'intérêt général. On l'a encore vu durant l'audience au Conseil d'État cet après-midi. La Ligue est là pour représenter l'intérêt général, celui des 40 clubs, et nous avions en face de nous, on peut le comprendre tout à fait, trois clubs qui étaient là pour parler de leur intérêt particulier, ce que je comprends complètement. (...) En ce qui nous concerne, le 30 avril, compte tenu 1. de la décision du gouvernement, 2. des circonstances sanitaires exceptionnelles, nous ne pouvions pas prendre une autre décision que celle-ci. Aujourd'hui, il faut se tourner vers la saison 2020-21. Il faut donc que l'on prépare dès maintenant, comme les clubs ont commencé à le faire, la reprise de la saison 2020-21 au mois d’août.» La saison 2019-2020 est donc bien loin pour la LFP. L'OL, Amiens et Toulouse, eux, attendent avec impatience le verdict, qui sera connu en début de semaine prochaine.

Plus d'infos

Commentaires