De candidat au maintien à prétendant européen, l'incroyable saison du FC Metz

Habitué à faire l'ascenseur depuis des années, le FC Metz trouve stabilité en Ligue 1. Promu à l'été 2019, le club mosellan a su rester dans l'élite la saison dernière. Annoncé comme un candidat au maintien, le club coaché par Frédéric Antonetti a complétement déjoué les pronostics et pointe à une étonnante cinquième place à onze journées de la fin du championnat.

Les Messins fêtent un but contre Lens
Les Messins fêtent un but contre Lens ©Maxppp

Avec 4 montées en Ligue 1 et 3 relégations en Ligue 2 au 21e siècle, le FC Metz a clairement mérité son statut de club yo-yo. Incapable de se stabiliser pleinement, le club lorrain vivait cette saison son 2e exercice de rang dans l'élite française. Et cet été, l'optimisme n'était pas forcément de la partie. Acteur phare du maintien acquis la saison dernière (12 buts inscrits en 26 matches), Habib Diallo était partant et a finalement dû rejoindre Strasbourg en toute fin du mercato. Une situation compliquée pour l'attaque messine même si Ibrahima Niane débutait fort. En six matches, il comptait déjà six buts à son compteur, mais n'ira pas au-delà puisqu'il est depuis victime d'une rupture des ligaments croisés.

La suite après cette publicité

Une défense de fer

Débutant le championnat par trois défaites contre Monaco (1-0), Lille (1-0) et le Paris Saint-Germain (1-0), le FC Metz a ensuite relevé la tête contre Reims (2-1), Marseille (1-1) et Lorient (3-1). Finalement, Vincent Hognon quittait son poste en laissant les Lorrains à la 17e place. 23 mois après avoir pris du recul suite aux problèmes de santé de son épouse, Frédéric Antonetti a donc fait son retour. Malgré son deuil récent, le coach corse a souhaité reprendre son rôle d'entraîneur et y a mis toute son abnégation. Car oui depuis six mois, le FC Metz impressionne en Ligue 1. Sans être forcément flamboyant dans le jeu, le club mosellan se montre toutefois très cohérent et s'appuie sur une défense solide. Après 27 journées, Metz dispose de la quatrième meilleure défense (26 buts encaissés) juste derrière Lyon (25), le Paris Saint-Germain (17) et Lille (17). Une véritable forteresse qui explique en partie les performances des Lorrains.

Sur le plan individuel, les défenseurs du FC Metz se montrent aussi en verve. Valeur sûre du championnat, Fabien Centonze dispose du meilleur ratio d'interception par match de tout le championnat (3,4) quand son coéquipier Kiki Kouyaté pointe à la quatrième place avec 2,7. Le Malien est d'ailleurs le joueur qui effectue le plus de contres dans l'élite (1,4 par match). À noter aussi que Fabien Centonze a réussi 51 tacles cette saison. Seuls Laurent Abergel (Lorient, 60) et Valentin Rongier (Marseille, 54) font mieux. Si on prend aussi en compte l'impact positif de Dylan Bronn, Alexandre Oukidja ou encore John Boye, Metz peut se sentir en sécurité derrière. Surtout qu'au milieu de terrain, les profils travailleurs comme Pape Matar Sarr, Victorien Angban ou encore Habib Maïga ne manquent pas. À noter aussi que le FC Metz a été longuement amputé de Vincent Pajot et de Kévin N'Doram et a su compenser ces absences.

La sensation Farid Boulaya

Si la défense tient bien, l'attaque se montre réaliste. Seulement dixième attaque de Ligue 1 à égalité avec Lorient, Nice ou encore Rennes, le FC Metz sait piquer quand il faut. À six reprises sur ses onze victoires, le club mosellan l'a emporté d'un but. Preuve supplémentaire de la solidité de l'équipe, mais aussi d'une certaine efficacité. Pour autant malgré une faible possession (45,5% de moyenne), Metz se procure beaucoup d'occasions (11,8 tirs par match). Dotée d'un jeu vertical bien articulé, l'équipe de Frédéric Antonetti frappe plus que des équipes comme Marseille, Nice ou encore Bordeaux. Un homme symbolise cela, il s'agit de Farid Boulaya.

Si Aaron Leya Iseka, Lamine Gueye ou encore Opa Nguette apporte beaucoup également, l'Algérien est enfin arrivé à maturité avec le club mosellan. Auteur de 5 buts et de 5 passes décisives cette saison, il a su se montrer bien plus décisif que par le passé et surtout, il s'est mué en véritable métronome de son équipe. Élu meilleur joueur de la Ligue 1 en janvier dernier, il s'affirme de plus en plus. Après la victoire contre Nantes (2-0) le 24 janvier dernier, son coach n'avait pas manqué de le complimenter. «Farid Boulaya devient un joueur de haut niveau. Je pense qu'il a encore une petite marge de progression. Mais au milieu de terrain, il fait des choses qui sortent de l'ordinaire» avait alors lâché Frédéric Antonetti. Actuellement cinquième avec 41 points en 27 journées, le FC Metz a déjà validé son maintien et va essayer de s'offrir une fin de saison rêvée.

Si la qualification pour une Coupe d'Europe s'annonce difficile, le FC Metz a toutes les cartes en main. Cinquièmes et actuellement qualifiés pour la Ligue Europa Conférence, les Grenats doivent néanmoins négocier une fin de saison XXL avec des confrontations face à Monaco, Lille et le Paris Saint-Germain. De plus, le FC Metz doit aussi jouer contre Angers, Lens, Rennes et Marseille qui figurent en première partie de tableau. Pour Frédéric Antonetti c'est pas impossible même s'il a voulu se montrer prudent samedi dernier après une victoire 2-1 contre Bordeaux : «l’Europe ? Je me concentre sur le match d’Angers, qui va être difficile, et puis on verra après. Tout reste possible. On a la confiance en plus. Je pense qu’on est maintenu, à onze journées de la fin. Mais il va se passer tellement de choses d’ici la fin de saison.» Loin de ses standards, le FC Metz continue de surprendre tout son monde, jusqu'à quand ?

Plus d'infos

Commentaires