Ligue des Champions : à quoi doit s’attendre le PSG pour ses retrouvailles avec Dortmund ?

Par Victor Garlan
6 min.
Dortmund @Maxppp

Quelques mois après avoir croisé le fer lors de la phase de groupes, le Paris Saint-Germain et le Borussia Dortmund se retrouveront dans le cadre des demi-finales de Ligue des Champions, fin avril. Une opposition attendue de pied ferme par le club allemand qui semble métamorphosé depuis quelques mois. Focus.

Un rendez-vous en terrain connu pour le Paris Saint-Germain. Dernier représentant français en Ligue des Champions, le club de la capitale a composté son billet pour les demi-finales de la plus prestigieuse des compétitions européennes en venant à bout du FC Barcelone sur l’ensemble des deux confrontations. Dos au mur après sa défaite au Parc des Princes, le champion de France en titre a trouvé les ressources suffisantes pour inverser la tendance à Montjuïc pour écarter la formation blaugrana de sa route (6-4 au score cumulé). Pour son retour dans le dernier carré quatre ans après sa dernière apparition, le PSG sera aux prises avec une vieille connaissance : le Borussia Dortmund.

La suite après cette publicité

L’avertissement d’Edin Terzic au PSG

En ballottage défavorable suite à sa défaite à l’aller au Civitas Metropolitano, le club allemand a montré les crocs pour arracher sa qualification en matant l’Atlético de Madrid lors de la manche retour dans un Signal Iduna Park en ébullition (5-4 au score cumulé). Après deux affrontements en phase de groupe qui ont débouché sur une victoire francilienne au Parc des Princes (2-0) suivi d’un match nul en terres allemandes (1-1), Parisiens et Marsupiaux se livreront bataille fin avril avec en ligne de mire un ticket pour la grande finale qui aura lieu à Wembley, le 1er juin. Fier de ses troupes à l’issue du match contre les Colchoneros, Edin Terzic annonçait déjà la couleur en vue de la réception des Parisiens.

À lire Le PSG serait en passe de recruter un gardien russe contre 20 M€ !

«Je suis extrêmement content, extrêmement heureux et fier de l’équipe et du club. L’ambiance était exceptionnelle ce soir. Si on regarde les deux matchs, je pense que l’on mérite de se qualifier pour les demi-finales. Le PSG ? On a réussi à rester devant eux dans le groupe et on s’est qualifié comme premier de groupe pour les 8es de finale. Je pense que l’on est une équipe encore plus stable et meilleure qu’en septembre ou en novembre. Le match aller là-bas ne nous a pas du tout plu, on était loin de ce qu’on voulait faire. Mais c’était tout de même un match serré. Le second match ici était complétement différent. C’était aussi un match serré mais on était plus proche que le PSG de la victoire», renseignait le technicien germano-croate devant la presse.

La suite après cette publicité

Dortmund a fait table rase du passé

Si le technicien de 41 ans a souhaité adresser un message fort au club français à travers ses déclarations, c’est qu’il est lui-même conscient que son équipe a les épaules assez solides pour rallier sa première finale de C1 depuis 2013. Mais jusqu’ici, certains observateurs outre-Rhin ne donnaient pas cher de sa peau au regard du contexte houleux qui animait les pensionnaires du Signal Iduna Park à l’automne 2023. Tout juste remis d’un titre de champion d’Allemagne qui lui avait filé entre les doigts sur le gong lors de l’exercice précédent, Dortmund a réalisé un début de saison en dents de scie marqué par des revers cinglants, dont une gifle essuyée face au Bayern Munich (4-0). Dès lors, la crise pointait le bout de son nez dans la Ruhr et le navire jaune et noir naviguait en eaux troubles avec à son bord un capitaine nommé Edin Terzic de plus en plus annoncé sur la sellette.

Décriés par leurs fans, Edin Terzic et ses hommes ont néanmoins fait preuve de caractère pour se sortir de cette période de troubles. Ainsi, la trêve hivernale arrivait à point nommé pour les partenaires de Mats Hummels qui retrouvaient progressivement du baume au cœur. Invaincu entre le 13 janvier et le 25 février en championnat, Dortmund réduisait considérablement l’écart avec le wagon de tête, du moins avec le VfB Stuttgart et le Bayern Munich tant le Bayer Leverkusen semblait inatteignable au regard du rythme affiché par les protégés de Xabi Alonso. Il n’en demeure pas moins que le BvB n’a enregistré que deux défaites en championnat sur la deuxième partie de saison (face à Hoffenheim le 25 février puis contre Stuttgart, le 6 avril). Se qualifiant au passage pour les quarts de finale de C1 au détriment du PSV Eindhoven (1-1, 2-0), le club de la Ruhr a entre-temps pris sa revanche sur le Bayern Munich (2-0), fin mars.

La suite après cette publicité

Le BVB a de la ressource !

S’il est parvenu à améliorer au fil des semaines ses résultats, le Borussia Dortmund pourra s’appuyer sur ses individualités pour contrecarrer les plans parisiens. Malgré ses 35 ans, Mats Hummels symbolise en partie la résilience de son équipe. Capable de se sublimer lors des grands rendez-vous, l’international allemand est redevenu un pilier de la défense jaune et noir. Preuve en est lors du Klassiker contre le Bayern Munich où le natif de Bergish Gladbach a littéralement écœuré les offensifs bavarois par son sens du placement pour compenser son déficit de vitesse ainsi que par son agressivité. Les qualités de meneur de l’ancien Munichois constitueront un atout majeur pour les Marsupiaux face à l’armada parisienne. Toujours dans le secteur défensif, le BvB peut également compter sur sa belle promesse nommée Ian Maatsen, arrivé sur la pointe des pieds cet hiver en provenance de Chelsea et capable de faire de grosses différences dans son couloir droit.

Si Julian Brandt demeure une valeur sûre au milieu de terrain depuis le début de saison, en témoigne ses statistiques personnelles (9 buts et 13 passes décisives toutes compétitions confondues), sa relation avec Marcel Sabitzer fonctionne à merveille. Auteur d’une prestation XXL face aux Colchoneros à l’image de son but et ses deux passes décisives, l’Autrichien a démontré toute son importance au sein du collectif jaune et noir par sa qualité de passe et sa faculté à s’intercaler entre les lignes pour déstabiliser les défenses adverses. Critiqué pour son faible rendement au cours des dernières semaines, Niklas Füllkrug a renoué avec le chemin des filets au moment opportun (auteur du 3e but face à l’Atlético de Madrid après 9 matchs sans avoir marqué). Bien qu’il importe peu d’importance à son adversaire en demi-finale, le meilleur buteur des Marsupiaux cette saison (13 réalisations) a bien l’intention de marquer de son empreinte cette double confrontation pour faire taire ses détracteurs.

La suite après cette publicité

Un dernier facteur, et non des moindres, est à prendre en compte pour la bande à Luis Enrique. Depuis le début de saison, le Borussia Dortmund reste sur neuf matchs sans défaite au Signal Iduna Park en C1. Intraitable à domicile, il faut revenir au 3 novembre 2021 face à l’Ajax Amsterdam (1-3) pour constater la dernière contre-performance des protégés d’Edin Teric dans leurs bases. L’ensemble des éléments cités font que les Parisiens devront redoubler de vigilance pour espérer prendre l’ascendant sur son homologue allemand. Au plus près de l’actualité du club de la capitale, Bernard Lama a lancé un avertissement aux partenaires de Kylian Mbappé : «Le PSG déjà en finale ? Non, pas du tout. Penser qu’on va y arriver parce qu’un adversaire est théoriquement moins fort, c’est un comportement qui a souvent été préjudiciable au sport français. La Ligue des champions, c’est le haut niveau, et Dortmund sera extrêmement difficile à battre.» En d’autres termes, la prudence est de rigueur pour le PSG.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité