Au tour du LOSC d’entrer dans ces 32es de finale de Coupe de France. Le club du Nord recevait Sochaux au stade Pierre-Mauroy ce lundi soir avec pour objectif la qualification. Les Dogues avaient là une belle occasion de briller face au 16e de Ligue 2, d’autant qu’au tour suivant se présente un déplacement largement abordable sur la pelouse de Sète, formation de National 2. Christophe Galtier faisait un peu tourné son équipe avec les titularisations de Koné en latéral gauche, Soumaré et Thiago Maia au milieu, Araujo et Leao devant. Le coach alignait tout de même ses deux dynamiteurs Nicolas Pépé et Jonathan Bamba en soutien du duo d’attaquants. En face, Sochaux se présentait avec de nombreux jeunes à cause des absents. Demirovic, Verdon, Lacroix, Robinet et Moltenis étaient notamment tous suspendus.

Les deux équipes offraient un début de match ouvert à défaut d’être plaisant. Il y avait de réelles intentions d’aller vers l’avant mais on assistait à trop de déchet technique pour obtenir les premières occasions. La frappe trop croisée de Luiz Araujo (7e) était le symbole de ce premier quart d’heure. Fuchs répondait par un tir à ras de terre manqué (16e). Doucement, le LOSC prenait le dessus dans cette rencontre sans pour autant dominé complètement ce match. Car Sochaux défendait plutôt bien mais éprouvait les plus grandes peines à enchaîner trois passes pour se porter vers l’avant. Passé la demi-heure de jeu, Pépé décidait d’enclencher la seconde. Sa première accélération dans le dos de la défense manquait de peu de faire la différence (34e). La prochaine était la bonne.

Lille a maîtrisé

Décalé par Celik, il parvenait à se jouer de trois Sochaliens avant de délivrer un centre tendu et millimétré de l’extérieur du gauche pour la tête victorieuse de Luiz Araujo (1-0, 39e). Le Brésilien profitait pleinement de cette titularisation en marquant son 2e but de la saison seulement. Il manquait d’ailleurs le doublé de peu avec cette tentative du gauche trop enlevée aux abords de la surface (43e). Devant à la pause mais toujours pas à l’abris, le LOSC repartait fort en cette seconde période. Après un bel effort côté gauche, Koné mettait à contribution Zigi d’une lourde frappe (48e). Le gardien doubiste venait déjà de repousser une frappe enroulée de Bamba (47e). Lille ne trouvait pas l’ouverture et devait faire attention. Sur un échange entre Anderson et Sané, Maignan sauvait les siens en remportant son duel face à l’ancien du Red Star (56e).

Le second but lillois tardait malgré un monopole du cuir et une qualité technique largement supérieure. Les deux coaches entamaient leur turn-over avec l’entrée de Rémy (63e) notamment à la place d’un Leao décevant. L’ancien attaquant lyonnais et marseillais se signalait vite. Sur ce centre enroulé de Pépé, il parvenait à reprendre de la tête sans trouver le cadre (70e). Le danger se rapprochait encore un peu plus car après ce tir à côté de Luiz Araujo (76e), Pépé tentait de surprendre Zigi sur cette frappe en angle fermé (80e). L’ancien Angevin échouait à nouveau sur le portier (86e), avant de se voir refuser logiquement un but pour une position de hors-jeu (87e). Le LOSC se contentera finalement de ce score pour passer en 16e de finale.