Pour la 5e journée du groupe H des éliminatoires de l’Euro 2020, l’Équipe de France recevait l’Albanie dans un Stade de France à guichet fermé. Toujours leaders de leur poule, avec 12 points au compteur, (à égalité avec la Turquie et l’Islande), les Bleus se sont imposés plutôt tranquillement (4-1), face à leur public. Privés de plusieurs titulaires habituels (N’Golo Kanté, Paul Pogba, Kylian Mbappé), les remplaçants ont fait le job, à l’image de l’attaquant du Bayern Munich Kingsley Coman, élu homme du match par notre rédaction.

Monsieur 100%

Face à un bloc bas albanais, « il faudra de la vitesse et de la percussion », avait demandé l’entraîneur Didier Deschamps avant la rencontre. Ce à quoi Coman a répondu d’entrée de jeu, multipliant les appels et les accélérations sur son couloir droit. Jusqu’à ouvrir logiquement le score (6e), très bien servi par Raphaël Varane d’une passe laser. Dans le dos du défenseur albanais Roshi, Coman récupère le cuir et ajuste le gardien de but d’un pointu du pied gauche.

En seconde période, l’ailier droit munichois récidive (69e) sur un centre de Lucas Hernandez, inscrivant un doublé, et par la même occasion son troisième but en Équipe de France. 2 tirs pour 2 buts, Kingsley Coman était "Monsieur 100%" ce samedi soir. « C’est l’un de mes meilleurs matches, et au niveau statistique, c’est le meilleur », commente le héros du soir à notre micro en zone mixte.

Une quinzaine de blessures en 4 ans

Son capitaine est d’ailleurs ravi pour lui. « Il a été très performant. Tout ce qu’on lui demande, c’est vraiment de l’explosivité. Dans les un contre un, il a beaucoup fait la différence ce soir et puis surtout, sans ballon, il a fait les efforts avec le repli défensif », a reconnu Hugo Lloris après la rencontre. Ovationné par le public du Stade de France à sa sortie (remplacé par Jonathan Ikoné à la 77e), Coman avoue avoir été touché : « c’était ma première fois, ici en France, et ça fait chaud au cœur ».

Pourtant appelé en Bleus depuis novembre 2015, date de sa première sélection, ce retour en fanfare sonne comme une véritable naissance pour lui, sous le maillot de l’Équipe de France. En juin dernier, il avait fait deux entrées en jeu remarquées (contre la Bolivie et la Turquie), mais cette titularisation face à l’Albanie - sa dernière remontait à novembre 2017 - peut désormais être considérée comme une référence. S’il se révèle seulement maintenant, c’est que l’attaquant a malheureusement enchaîné les blessures depuis 2015. On en compte une quinzaine en quatre ans, dont deux graves. Le natif de Paris revient donc de loin.

« C’est quelqu’un qui bosse énormément »

Ce samedi soir, le Munichois évoluait avec trois de ses coéquipiers du Bayern Munich : Lucas Hernandez, Benjamin Pavard et Corentin Tolisso. Ce dernier a d’ailleurs commenté son match après la rencontre. « Je pense que Kingsley est en train de passer un palier cette année. Au Bayern, il est devenu un titulaire indiscutable. Je le vois tous les jours à l’entraînement, c’est quelqu’un qui bosse énormément. Il est récompensé », a déclaré l’ancien Lyonnais.

Benjamin Pavard, de son côté, n’oublie pas ce que Coman a enduré. « Je suis très très content pour Kingsley car ça n’a pas été facile avec ses blessures. Cela va lui donner encore plus confiance pour la suite », pense-t-il. En ce début de saison avec le Bayern Munich, Kingsley Coman a également montré qu’il fallait compter sur lui. Trois matches de championnat pour un but et une passe décisive. En Bleu, le tricolore avait besoin d’un match référence pour se pérenniser dans la rotation de Didier Deschamps, c’est chose faite.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10