Dans un entretien accordé à France Football à paraître ce mardi, Serge Aurier (27 ans) est revenu en longueur surl’affaire du Périscope, en février 2016. Alors qu’il évoluait du côté du Paris SG, l’international ivoirien s’était lâché au sujet de Laurent Blanc, Zlatan Ibrahimovic ou encore Salvatore Sirigu. « C’est comme si une application sortait aujourd’hui. Comme tout le monde, on la découvre, on télécharge, on se met dessus et on ne sait pas ce qu’il se passe. La vidéo, elle a duré plus de deux heures ! Mais les gens en ont pris dix minutes. Même pas ! J’ai même fait des freestyles de rap dedans. Je ne suis même pas concentré parce que je joue à la PlayStation. (...) Je réponds à des questions, je ne calcule même pas. On parlait, on rigolait », a confié le latéral droit, qui fait aujourd’hui le bonheur de Tottenham, avant de poursuivre.

« J’étais tout seul au milieu d’une foule qui me jetait des pierres. Il n’y avait personne pour me sauver. Il n’y avait que moi. Aujourd’hui, les gens en parlent encore. Moi-même, je me dis que ça ne finira jamais (...). Dans cette équipe, il n’y en avait pas beaucoup qui avaient l’amour du maillot comme moi. L’amour de Paris comme moi. J’étais fier de jouer dans ma ville, fier de l’importance que j’ai commencé à prendre. J’étais tellement content que rien ne pouvait m’arrêter. Le fait que tout ça m’en ait dégoûté, au point de partir, c’est dommage », a-t-il indiqué. Et d’ajouter. « Moi-même, je suis "guez", parfois ».