Ce week-end, les gros ont fait le boulot en Espagne. Le FC Barcelone et l’Atlético de Madrid se sont respectivement imposés face à Séville et Villarreal, obligeant les troupes de Santiago Solari à l’emporter sur la pelouse de Levante. Une tâche pas forcément aisée, notamment parce que l’an dernier le Real Madrid n’avait pas pu y faire mieux qu’un 2-2, alors que le club de Valence s’était imposé 2-1 au Santiago Bernabéu en début de saison. Pour cette rencontre, l’entraîneur argentin alignait une équipe qui avait de la gueule, avec les titulaires habituels si on met de côté Sergio Ramos, suspendu. Reguilon ou Lucas Vazquez étaient toujours titulaires devant Marcelo et Gareth Bale. En face, Paco Lopez optait pour un 3-5-2 avec tous ses hommes forts comme Morales, Roger ou Rochina. Les Merengues se sont finalement imposés 2-1.

Et les Granotas démarraient sur une très bonne note, s’emparant du cuir et n’hésitant pas à se projeter vers l’avant. Ruben Rochina signait un premier avertissement, avec cette frappe qui frôlait le montant gauche de Courtois (5e). Le Real Madrid tentait peu à peu de se rebeller, avec un Vinicius très volontaire comme c’est devenu habituel. Le rythme n’était pas très élevé, mais c’est toujours l’équipe locale qui contrôlait plus ou moins la rencontre. Roger touchait même le poteau sur cette reprise au deuxième poteau (23e). Rober Pier enchaînait lui une reprise de volée dans la surface, qui passait juste au-dessus de la barre transversale (30e). C’est Vinicius Junior qui s’offrait la première occasion merengue, avec cette frappe bien sortie par Aitor (31e). Le Real tentait de réagir, mais les joueurs offensifs merengues se montraient trop imprécis devant.

Un penalty sur Casemiro qui va faire parler en Espagne

Mais sur un centre de Luka Modric, Enis Bardhi touchait le cuir du bras dans sa surface. L’arbitre ne tremblait pas, et indiquait le point de penalty. En l’absence de Sergio Ramos, c’est Karim Benzema qui s’avançait pour transformer la sanction. Le Français ne tremblait pas et prenait le portier rival à contrepied (0-1, 43e). Le Real Madrid tremblait tout de même, puisque dans la foulée, Roger touchait encore le poteau, seul devant Courtois (45e) ! Cet avantage d’un but à la pause était donc plus que bien payé pour les Madrilènes, plutôt dominés en première période par une équipe de Levante très offensive. Dès le retour sur la pelouse, Roger semait encore la panique dans la surface madrilène, et le portier belge réalisait une bonne intervention (46e). Peu à peu, les troupes de Solari parvenaient à resserrer les lignes.

Vinicius Junior, seul lueur d’espoir madrilène ce soir, était lui tout proche de signer le deuxième but madrilène (59e). Mais Roger allait enfin être récompensé. Morales, côté gauche, servait un bon ballon pour l’ancien de Valladolid, qui devançait Nacho et battait Courtois (1-1, 60e). Les Madrilènes peinaient à réagir, et seul Vinicius se montrait dangereux. Il manquait cependant un face à face avec le portier granota (71e). Le destin allait encore sourire aux Madrilènes, et Casemiro allait être victime d’une faute pour le moins discutable dans la surface. Gareth Bale, entré en jeu plus tôt, transformait le penalty à merveille (1-2, 78e). Nacho prenait la porte en écopant d’un deuxième jaune (86e), finalement sans conséquences pour les Merengues. le Real Madrid reste donc bon troisième. Dans un climat espagnol où la VAR fait de plus en plus débat, nul doute que l’encre va couler dans les prochaines heures...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10