L’Atlético de Madrid enrage encore. Le FC Barcelone lui a chipé Antoine Griezmann (28 ans) en payant sa clause, 120 M€. Mais les Colchonoreros considèrent qu’au moment où les Catalans ont dragué l’attaquant français, il valait encore 200 M€, montant de sa précédente clause. C’est pourquoi les Madrilènes exigent réparation et demandent à la Ligue de Football Professionnel espagnole de ne pas lui accorder de licence et de l’empêcher de jouer en Liga.

Un nouvel élément vient apporter de l’eau au moulin des Rojiblancos. El Mundo dévoile l’existence d’un mail envoyé par l’avocat du joueur à l’international tricolore, à sa sœur et à son père. Un courrier électronique, daté du mois de mars, détaillait les conditions de son transfert au Barça. Et il se trouve que la direction de l’Atlético a eu accès à ce message et à son contenu, considérant donc être dans son bon droit de réclamer son dû aux pensionnaires du Camp Nou...

Les Blaugranas, eux, rétorquent que ce mail n’a aucun caractère officiel et ne peut donc pas être retenu comme une preuve ou un début de preuve. De même, ils expliquent n’avoir signé aucun précontrat avec le champion du Monde 2018. Toutefois, cet argument ne convaincra peut-être pas les instances. El Mundo précise même que, si l’existence d’un accord entre le Barça et le clan Griezmann en mars est confirmée, une interdiction de recrutement pourrait planer au-dessus des champions d’Espagne en titre...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10