L’Olympique Lyonnais mise plus que jamais sur son centre de formation pour se maintenir parmi les écuries phares de la Ligue 1. Un processus qui s’est accéléré depuis deux ans et qui, au vu des bons résultats obtenus, ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin, d’autant que les jeunes pousses ne manquent pas. La preuve avec Mouctar Diakhaby. Défenseur central de son état, le joueur vous raconte son parcours :

« J’ai débuté à l’USSA Vertou, en poussins deuxième année. Après, j’ai intégré un pôle espoir de pré-formation et, en parallèle, le FC Nantes. Là-bas, ça ne s’est pas forcément bien passé, je ne jouais pas assez. J’ai donc décidé de quitter Nantes pour retourner dans mon ancien club. Après deux ans, j’ai été surclassé avec les U19 nationaux de mon club, et plusieurs clubs se sont présentés. Cette saison, j’ai donc intégré Lyon. Mes principales qualités sont la relance, les duels et le jeu de tête. Mon modèle, c’est Raphaël Varane, j’ai un peu le même profil ».

Et s’il est encore loin de son modèle évoluant aujourd’hui au Real Madrid, le jeune homme de 17 ans peut toujours prendre exemple sur Samuel Umtiti, défenseur central formé lui aussi dans la capitale des Gaules et qui fait désormais office d’incontournable en équipe première : « Ça peut être un exemple, car c’est un bon joueur, il a démarré en Ligue 1 à 18 ans, a été champion du monde (U20). Je peux m’en inspirer, car c’est un jeune du club comme moi. Mais je n’ai pas la prétention de penser que je vais découvrir la Ligue 1 aussi rapidement que lui. Maintenant, avec le temps, j’espère que ça va le faire ».

Humble, Diakhaby refuse de s’enflammer, lui qui a dû faire ses preuves avant de convaincre l’OL de lui accorder une confiance pleine et entière : « Je suis arrivé en partant de rien. Puis, au fur et à mesure, j’ai signé un premier contrat aspirant en décembre, avant de signer stagiaire il y a deux mois, jusqu’en 2016. J’ai réussi à faire mes preuves, je suis le joueur de la génération 96 qui a fait le plus grand nombre de matches avec la CFA (8 rencontres disputées dont 6 comme titulaire, 3 buts) ».

Une réussite qui ne l’étonne guère, et qui lui offre l’opportunité de se montrer ambitieux : « Je ne suis pas forcément surpris, car je sais que j’ai encore une grande marge de progression. Dans les deux ans qui viennent, signer le contrat pro est un objectif, ce serait une fierté. Mais l’objectif premier sera tout de même de faire, si possible, des entraînements avec les pros. On verra donc après pour le contrat, tout dépendra de mon niveau, de mes performances ». Chaque chose en son temps.