57e minute du match entre l’OL et le PSG, alors que le score est de 1-1. Dani Alves se précipite dans l’axe du terrain pour lâcher un méchant tacle par derrière à Ndombélé. Mécontent, alors que la faute est flagrante, le Brésilien rapproche son visage de celui de l’arbitre, Clément Turpin. Ce dernier, face à la réaction exagérée du joueur, décide de finalement l’expulser directement. A 10 contre 11, le PSG va forcément plus subir, avant de concéder la défaite en fin de rencontre. La question se pose clairement : comment un joueur muni d’une telle expérience a-t-il pu se faire expulser de la sorte ?

Habitué des coups de sang, Dani Alves ne s’est visiblement pas calmé à 34 ans. Et a laissé son équipe en fâcheuse posture. L’entraîneur du club de la capitale, Unai Emery, a clairement évoqué une erreur de son joueur. « Après c’est vrai que c’est une erreur de Dani Alves. C’est aussi pour apprendre. Quand il s’est passé ça, c’est une erreur d’un joueur, mais c’est l’opportunité de travailler avec un joueur en moins. Voir comment nous pouvons aussi maîtriser le match avec notre personnalité. (…) Je crois que nous pouvons faire plus », a lancé Emery. Difficile d’imaginer Dani Alves réagir avec moins de passion alors qu’il vit les derniers instants de sa carrière.

Marquinhos cible plutôt l’arbitre

Recruté pour son expérience du haut niveau après son passage au FC Barcelone (où il était déjà coutumier de réactions coupables) et à la Juventus, Dani Alves a cette fois-ci pénalisé son équipe. Mais garde des avocats parmi ses coéquipiers, à l’image de Marquinhos, qui a plutôt reproché à l’arbitre d’avoir perdu le contrôle.

« Il a été très sévère avec Dani. On le connaît tous, c’est une bonne personne. Il a des gestes comme ça mais ce n’est pas pour attaquer l’arbitre. Il a déjà fait ça avant, des arbitres ont mieux géré la pression. Il y avait un bon match de football, mais quand tu donnes un carton rouge directement, ça peut changer totalement le match et ça l’a changé négativement pour nous. » Réaction outrancière de Dani Alves ou arbitre trop impressionné par la vigueur du Brésilien en face à face ? Le PSG devra vite oublier cet épisode pour se concentrer sur les nombreuses carences aperçues face à l’OL.