Huitième du classement de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais n’est qu’à trois longueurs du podium. Autant dire que le choc de ce soir face à Monaco est plus que jamais primordial pour la bande de Bruno Genesio. Mais aussi pour Jean-Michel Aulas. Président emblématique des Gones, JMA a mis le paquet cet été (8 recrues pour plus de 45 M€) pour réarmer un OL privé de titre depuis 2008 et devenu un acteur irrégulier en Ligue des Champions (2 participations lors des 5 dernières saisons).

Sauf que ces derniers temps, l’OL se distingue davantage de deux manières : les brillants résultats de la section féminine et les sorties médiatiques (sur les réseaux sociaux entre autres) d’Aulas. Ardent défenseur d’un Bruno Genesio très chahuté, premier à critiquer le mercato du PSG : JMA est ce que les médias considèrent comme un très bon « client » lorsqu’il est invité à exprimer ses opinions. Cependant, le patron de l’OL a surpris tout son monde. Grand habitué des réseaux sociaux, ce dernier n’hésite plus désormais à s’en prendre publiquement à ses propres supporters.

Un sentiment pas partagé par Aulas

Une posture qui a de quoi surprendre puisqu’Aulas est quasiment le seul président de club à œuvrer ainsi. Une attitude sur laquelle est revenu Le Parisien du jour. Parti à la rencontre de supporters rhodaniens, le quotidien a souligné les relations compliquées entre Aulas et les fans lyonnais. Car s’ils ont tous salué l’énorme travail réalisé par leur président pour faire de l’OL une référence, les supporters commencent à s’agacer des tacles à répétition de leur dirigeant. « C’est un visionnaire, un très bon gestionnaire, mais il en fait trop, il surréagit sur les réseaux sociaux et, sportivement, on est déçus. Entre potes, on en parle souvent, on est un peu lassés », a indiqué un supporter au Parisien. Un sentiment partagé par un autre fan. « C’est le seul président à faire ça. Il réagit au moindre mec qui a 15 abonnés sur Twitter, il se mêle de tout, des affaires du PSG. Nous, on préfère des résultats ». Ou encore : « C’est un excellent président. Mais on a l’impression qu’avec lui à la barre on ne peut pas avoir de grand directeur sportif ou de grand coach. Il est trop intrusif, il se mêle trop des choix de joueurs lors du mercato ».

Des critiques face auxquelles Aulas n’est bien évidemment pas resté muet. Et encore une fois, le président de l’OL n’a pas manqué d’étayer son point de vue avec une explication assez savoureuse. « Ce n’est absolument pas mon ressenti. Cette image est réservée à une minorité, à 3 % de mes 426 000 abonnés sur Twitter. J’ai des tests tous les jours en temps réel. À l’entraînement, au stade, dans les rues de Lyon ou de Paris, dans le TGV, les gens sont vraiment contents de ce qui a été fait à Lyon et ils ont confiance. Ce ne sont pas ceux qui râlent sur Twitter. (...) J’ai lu aussi que je voudrais imposer à l’entraîneur des joueurs qui ont coûté cher. C’est faux. Sur le recrutement, je fais confiance aux gens en place ». C’est dit !