Vendredi après-midi, le Stade Rennais annonçait l’éviction surprise de son président Olivier Létang. C’est par un communiqué officiel que le club breton a officialisé le départ de l’ancien directeur sportif adjoint du Paris Saint-Germain. Une décision brutale prise et assumée par l’actionnaire majoritaire François-Henri Pinault. Ce dernier, excédé par les multiples prises de bec entre Létang et son entraîneur Julien Stéphan, a donc tranché en débarquant un président qu’il avait pourtant nommé en novembre 2017.

En effectuant ce choix fort, le propriétaire du Stade Rennais aspire à retrouver une certaine quiétude au sein du club. Mais cette option n’a pas uniquement été choisie à cause des divergences d’opinions entre Olivier Létang et Julien Stéphan. Selon les informations de l’Equipe, un autre élément a sonné le glas des espérances du dirigeant : la gestion du dossier Eduardo Camavinga (17 ans). Si le jeune milieu de terrain a paraphé un nouveau bail avec le Stade Rennais jusqu’en 2022, ce dernier a littéralement tapé dans l’oeil du Real Madrid.

La famille Pinault en veut à Létang pour Camavinga

Les Merengues auraient d’ailleurs entamé les négociations avec Olivier Létang dans l’optique d’un futur transfert l’été prochain ! Une information qui a provoqué le courroux de la famille Pinault. Celle-ci n’aurait guère apprécié de ne pas avoir été informée des dispositions prises par Létang dans ce dossier. Une orientation qui n’est pas forcément du goût du clan Pinault, qui considère Camavinga comme un des joyaux de la couronne.

En ouvrant les discussions avec les Merengues, l’ancien président du SRFC a mis le club breton dans l’embarras. Car un départ l’été prochain ou la prochaine saison du prodige rennais reste désormais envisageable. Avec une prolongation de contrat aussi courte, Olivier Létang n’a pas mis tous les atouts de son côté pour verrouiller sur la durée Eduardo Camavinga. Et ça, la famille Pinault ne l’a pas forcément digéré...