Difficile d’y voir clair dans le dossier Hatem Ben Arfa... Depuis hier, l’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais se livrent une bataille de déclarations en tous genres. Dans un entretien accordé au Progrès, le directeur administratif de l’OL Marino Faccioli fait le point sur l’évolution de cette affaire.

Hier, en début d’après-midi, l’OM annonçait sur son site Internet la conclusion d’un accord avec l’OL pour la venue du milieu offensif international français Hatem Ben Arfa (21 ans). Cette information n’a pas plu du tout côté lyonnais. Le septuple champion de France trouve que les Marseillais ont commis une erreur en officialisant un transfert qui n’est pas encore effectif.

« On a été étonné de voir que Marseille avait ficelé le dossier alors que ce n’est pas du tout le cas. Il y a des modalités qui ne sont pas réglées. L’OM a extrapolé », a-t-il indiqué.

Rien n’est fait sur le plan financier

Cette incompréhension pourrait même déboucher sur une rupture des négociations. Au niveau de l’indemnité de transfert, des primes d’agents et des primes à la revente, les deux clubs ne se sont toujours pas mis d’accord. C’est pourquoi l’annonce du transfert faite par l’OM a particulièrement irrité l’OL.

« L’officialisation peut se faire demain matin, mais peut être aussi beaucoup plus longue que prévu, ou même pourquoi pas ne pas se faire du tout. Vu les chiffres annoncés, il est hors de question qu’Hatem s’en aille comme ça », a martelé le dirigeant rhodanien.

Hatem Ben Arfa est donc encore très loin de revêtir la tunique du club phocéen. Lyon a déjà prouvé à maintes reprises combien il était dur en affaires (les précédents Michaël Essien et Mahamadou Diarra en témoignent). Les Gones ne lâcheront leur petit prodige que s’ils sont sûrs d’y trouver un intérêt certain.

« Il y a le désir d’Hatem et la réalité chiffrée. L’OL veut garder les rênes, car dans cette affaire nous sommes les décisionnaires », a-t-il conclu.

Affaire à suivre...