L’OL Groupe tenait son assemblée générale ce mercredi 5 décembre 2018. Un rendez-vous au cours duquel Jean-Michel Aulas a annoncé, comme exposé par le site officiel du club, des résultats historiques en termes de produits des activités (289,5 M€, en augmentation de 16%) et d’excédent brut d’exploitation (73,9 M€, en augmentation de 45%), avec un résultat net de 8 M€. Les revenus hors trading joueurs est elle aussi en augmentation grâce à la participation à la Ligue des Champions, qui génère davantage de revenus en billetterie et en droits TV.

Exemple, la réception de Manchester City (2-2, 5e journée de C1) a rapporté 3,5 M€ aux Olympiens, un record selon le patron lyonnais. Mais il n’y en avait pas que pour les finances. Le patron de l’Olympique Lyonnais a également profité de l’occasion pour évoquer quelques dossiers chauds de l’actualité mercato des pensionnaires du Groupama Stadium. À commencer par la situation du capitaine Nabil Fekir (24 ans). Sous contrat jusqu’en juin 2020, le champion du Monde 2018 avait failli quitter Lyon cet été pour Liverpool pour 65 M€. L’affaire avait finalement capoté.

L’avenir de Fekir en question

JMA, qui a valorisé l’ensemble de son effectif à 450 M€, tentera-t-il de prolonger le bail de son international tricolore pour le vendre au meilleur prix ? L’homme de l’écurie rhodanienne a expliqué qu’il souhaitait le rencontrer pour « pour être fixé d’ici les fêtes », comme le relaie Le Progrès. Toutefois, ces discussions pourraient être ralenties du fait du possible changement d’agent de l’intéressé annoncé par le président lyonnais.

Autre cas évoqué, Tanguy Ndombele. Très en vue depuis une saison et demie, le milieu de terrain, devenu récemment international tricolore, est courtisé de toutes parts sur le marché des transferts, en Premier League notamment. Selon son président, il fait déjà l’objet d’offres supérieures à 50 M€. Une agitation qui ne signifie par forcément d’après lui que l’ancien Amiénois partira sous d’autres cieux en janvier. Qu’on se le dise, l’OL risque d’avoir du boulot dans les prochaines semaines.