La nouvelle est tombée hier. Annoncé proche du FC Barcelone depuis plusieurs jours, le défenseur Jean-Clair Todibo (19 ans) s’est officiellement engagé en faveur des Blaugranas. Un départ programmé pour juillet 2019 qui a envoyé le jeune joueur de Toulouse au septième ciel. « Je suis très heureux de m’être engagé avec le FC Barcelone à partir de juillet 2019. C’est plus qu’un club et je les remercie de leur confiance. Ça sera une nouvelle étape dans ma jeune carrière et je mettrais toute la détermination pour y réussir de grandes choses », déclarait-il hier sur le site officiel du Barça.

Mais si Todibo peut exulter en attendant de rallier la Catalogne l’été prochain (les Blaugranas devraient quand même essayer de le faire venir en janvier), le TFC enrage. En effet, à l’instar du dossier Adrien Rabiot, le forcing du club culé pour s’offrir les services d’un joueur libre de tout contrat en juin prochain passe mal. Pas surprenant puisqu’un club modeste comme Toulouse voit ainsi filer l’un de ses plus gros espoirs contre la modique somme de 0€.

Sadran condamne l’attitude du Barça

D’habitude peu bavard dans les médias, le président des Pitchounes, Olivier Sadran n’a pas caché son amertume dans les colonnes de L’Équipe. « De mon point de vue, le joueur a été assez mal conseillé dans la mesure où il ne compte que dix matches de L1. Le Barça n’a pas non plus été à la hauteur de ce qu’il devrait être ». Une colère froide contre les Blaugranas qui s’est poursuivie, Sadran reprochant aux Catalans de ne pas avoir attendu un peu plus longtemps avant d’annoncer la future arrivée du joueur au Camp Nou.

« Ils ne se sont pas comportés comme un grand club. Et puis, c’est quand même extraordinaire : ils annoncent que le joueur sera chez eux en juillet mais moi, je ne connais personne qui peut dire ce qui va se passer dans six mois. La vie peut réserver des surprises, même les plus indélicates. (...) De la part d’un grand club, ce n’est pas très glorieux même si, juridiquement, ils avaient le droit de le faire. On a nous aussi notre part de responsabilité ». Toujours présent dans la ville rose, Jean-Clair Todibo risque de vivre quelques mois particuliers avant de rejoindre son prochain club.