La semaine a été mouvementée du côté d’Arsenal. Samedi 23 novembre, les Gunners n’ont pu faire mieux qu’un match nul contre Southampton (2-2), ils ont enchaîné par une défaite à domicile contre l’Eintracht Francfort en Ligue Europa. Dans la foulée, Unai Emery, qui avait pris la relève d’Arsène Wenger, a été démis de ses fonctions et le Suédois Freddie Ljungberg a été nommé entraîneur intérimaire des pensionnaires de l’Emirates Stadium.

Avec deux jours pour préparer le déplacement à Norwich, l’ancien milieu offensif d’Arsenal, n’a pas pu faire de miracle et son équipe a obtenu un nul (2-2) après avoir été menée au score par deux fois. À sept points seulement du top 4, le coach d’Arsenal espère toujours : « c’est un peu une ligue folle. Bien sûr, j’espère et pense qu’Arsenal pourra revenir dans le top quatre ». Il a par la suite tenté de trouver des points positifs à cette rencontre en rendant hommage à la mentalité de ses éléments.

Il est fier de la réaction de ses joueurs

« Je suis extrêmement fier des joueurs qui sont revenus deux fois, surtout quand ils se sont retrouvés avec le score de 2-1 juste avant la mi-temps. Normalement, le moral baisse, mais nous nous sommes battus et avons réussi à revenir », a-t-il ensuite poursuivi après la rencontre. S’il n’a pas pu tout changer, on a pu noter que, dans la conservation du ballon et dans la possession de balle, les Gunners semblaient plutôt convaincants.

Mais le bât blesse à un autre endroit. C’est notamment défensivement que le chantier de Ljungberg s’annonce grand. Contre les Canaries, Bernd Leno a plusieurs fois sauvé la baraque et que dire des multiples retours de Lucas Torreira en fin de match, qui ont aussi sauvé les Gunners d’une défaite ? Ljungberg n’aura que quelques jours pour essayer de travailler son animation offensive puisque les joueurs d’Arsenal retrouveront les pelouses jeudi prochain contre Brighton avant de défier West Ham, dans un derby de Londres, le lundi suivant. Le temps presse.