La Serie B regorge de talents abordables qui ne demandent qu’à éclore. Demandez par exemple au Paris SG, qui avait flairé la bonne affaire avec Marco Verratti du côté de Pescara, ou encore à la Juventus Turin, qui accueillera dans les prochaines semaines l’une des révélations de la saison en cours Rolando Mandragora (18 ans), lui aussi en lumière à Pescara. Il y a quelques jours, nous vous présentions l’ancien Monégasque Cheick Keita (19 ans), auteur d’un exercice remarqué avec le Virtus Entella, qui figure déjà sur les tablettes de formations plus huppées. C’est aussi le cas de Franck Kessié (19 ans), très performant sous la tunique de Cesena, sixième au classement et toujours en course pour la montée. Contacté par nos soins, le milieu de terrain est revenu sur sa saison réussie. « Tout va bien, ça se passe bien. On a un super groupe ici à Cesena. Dans l’ensemble, je trouve que la saison est bonne sur le plan collectif », a-t-il confié avant de poursuivre.

« Sur le plan personnel, je pense que j’ai beaucoup progressé. J’ai eu la chance d’avoir un entraîneur qui m’a d’entrée fait confiance. Il a cru en moi et ça fait maintenant 34 matches que je joue d’affilée (3 réalisations et 2 passes décisives). Ça m’a permis de progresser, c’est évident », a-t-il apprécié. Prêté par l’Atalanta Bergame, le natif d’Ouragahio brille par sa science de la passe, son positionnement et sa protection de balle. Mais rien n’a été facile à son arrivée dans la Botte. « L’adaptation n’a pas été facile. Je suis d’abord passé à l’Atalanta Bergame, mais je n’ai pas réussi à m’adapter là-bas. Cette saison, je suis prêté à Cesena. Je me suis bien intégré. Je me suis bien adapté au football italien. Je dirai que je suis à 70%. Je me sens bien. Mais, tactiquement, au niveau des schémas tactiques, j’ai encore des progrès à faire. Au quotidien, en Italie, tout va bien », a ajouté le polyvalent Ivoirien, plus à l’aise au poste de milieu défensif mais également capable de dépanner en défenseur central ou en relayeur.

Du beau monde se penche sur lui

Une polyvalence qui, alliée à ses qualités physiques et techniques, attire bon nombre d’écuries à l’étage supérieur. Selon la presse italienne, de l’AC Milan à l’AS Roma, en passant par Arsenal, la Juventus Turin, l’Inter Milan, la Fiorentina ou encore le Borussia Dortmund seraient sur ses traces. L’intéressé garde les pieds sur terre. « Quand de grands clubs vous sollicitent, ça donne de la force et du courage pour continuer à progresser. Cela prouve que le travail que vous faites est reconnu. Ça fait du bien, ça booste à faire encore mieux. Mais je ne m’occupe pas trop de tout ça. J’ai des agents qui travaillent avec moi, je les laisse faire leur boulot. Je me concentre sur le terrain pour continuer à m’améliorer et faire en sorte que la liste des clubs intéressés s’agrandisse encore », a-t-il avancé, la tête sur les épaules, avouant un petit faible pour la Ligue 1.

« La France fait partie des grands championnats, c’est l’un des meilleurs d’Europe. Pouvoir jouer un jour en France, ce serait sympa », a-t-il expliqué, donnant ses deux clubs préférés. « En Ligue 1, j’aime bien Monaco et Marseille », a confié celui qui, en U17, avait « eu la chance de venir faire des essais en France », mais n’avait pas été conservé. Avis aux amateurs. En parallèle, l’international A (3 sélections en 2014) rêve de revenir chez les Éléphants pour s’imposer. « J’ai envie de revenir très vite en sélection, mais je laisse au sélectionneur le choix de prendre les joueurs qu’il veut. Je fais le nécessaire sur le terrain de mon côté pour essayer de le convaincre. Le coach Michel Dussuyer est venu me voir une fois ici, à Cesena, cette saison. On avait discuté, ça s’était bien passé, je suis content. J’attends mon tour », a-t-il conclu. Qu’on se le dise, Franck Kessié est programmé pour aller toujours plus haut.