Delvin Ndinga a parcouru du chemin. En France, tout a commencé en 2005 lorsqu’il a intégré le centre de formation de l’AJ Auxerre après avoir quitté le Congo, son pays natal. Rapidement, l’ancien joueur des Diables noirs de Brazzaville a su tenir les promesses placées en lui et a gravi les échelons les uns après les autres. Intégré au groupe professionnel en 2007, il a paraphé son premier contrat pro dans la foulée avant de faire ses premiers pas en Ligue À l’AJA, Ndinga a vécu de belles émotions comme il nous l’avoue : « Auxerre est mon club formateur. Je suis resté longtemps là-bas, j’ai vécu de bons comme de mauvais moments. Mais mon meilleur souvenir a été la saison où on s’est qualifié pour la Ligue des Champions, puis la suivante où on a joué la Champions League. J’ai pu découvrir le plus haut niveau (...) C’était vraiment une grande surprise pour nous. Personne ne s’y attendait. Il fallait passer par le tour préliminaire. On s’était qualifié face à un grand club qui est le Zénith Saint-Pétersbourg. Ça a été vraiment un bon moment de ma carrière. Personnellement, ça m’a ouvert les yeux et ça m’a permis de rêver plus grand ».

Mais son rêve ne faisait que débuter. « Ensuite, on a joué contre le Real Madrid que José Mourinho entraînait à l’époque. C’était une belle expérience. La chance que l’on a eue, c’est qu’on a pu jouer face au Real Madrid, au Milan et à l’Ajax Amsterdam ». Après sa belle aventure avec l’AJA, Ndinga a rejoint l’AS Monaco en 2012. « À mon arrivée, tout s’était super bien passé. La saison en Ligue 2 a été une réussite. Notre objectif était de remonter en L1 et il a été atteint. Ma collaboration avec Claudio Ranieri s’est très bien passée. C’est un grand nom du football. J’ai beaucoup appris de lui. Au niveau de la mentalité, j’ai beaucoup progressé. Puis, en Ligue 1, ça ne s’est pas super bien passé pour moi vu qu’il y a eu beaucoup d’arrivées ». Cet été-là, le club de la Principauté avait effectivement recruté de nombreux joueurs pour son retour dans l’élite. Un départ était donc la meilleure solution pour le Congolais qui n’a retenu que du positif de son passage dans l’Hexagone. « J’ai beaucoup appris en France. Toute cette expérience m’a permis de faire de bonnes saisons ensuite à l’étranger ».

Ndinga veut revenir en France

Et c’est en Grèce que le natif de Pointe-Noire a poursuivi son histoire. « L’opportunité de rejoindre l’Olympiakos s’est présentée. Ils jouaient la Ligue des Champions. Comme je connaissais la compétition, c’était la meilleure solution pour moi de rejoindre la Grèce. Là-bas, j’ai découvert une autre culture. Les supporters sont vraiment à fond dans le foot. J’ai eu la chance de jouer pour l’Olympiakos qui est un grand club. Ça m’a permis de bien grandir au niveau football ». Puis Delvin Ndinga a pris la direction de la Russie où il a continué à apprendre. « Je suis allé au Lokomotiv Moscou. C’était très différent de la Ligue 1 où physiquement c’est très costaud (...) Ma dernière saison au Lokomotiv ne s’est pas très bien passée. On sait comment ça se passe en Russie. Il y a eu aussi des changements dans le staff et dans l’organisation du club. Nous, les joueurs étrangers, on a été victimes de tout ça. Il fallait trouver un point de chute ».

Delvin Ndinga a donc posé ses valises en Turquie en 2017. « J’ai eu la proposition de Sivasspor où tout s’est bien passé. Mes deux saisons ici ont été super. L’ambiance avec les fans est vraiment spéciale. J’avais déjà connu un peu ça en Grèce où ce sont plus les supporters des grands clubs qui sont à fond. En Turquie, même les clubs moyens ont des fans à fond. C’est vraiment quelque chose ». Pourtant, le footballeur âgé de 31 ans devrait quitter la Super Lig cet été lui qui est en fin de contrat. « Le club veut me prolonger. Ils veulent vraiment me garder. Ça fait deux saisons que je suis ici. Au niveau football, il n’y a rien à dire. Mais en dehors du football, c’est vraiment difficile pour moi de rester éloigné de ma famille ». Ndinga ressent le besoin de se rapprocher des siens et de la France. « La France me manque. La Ligue 1 me manque.Beaucoup de choses me manquent ici. Je reviens très régulièrement pour voir ma famille qui vit ici ». Et cela tombe bien puisque quelques clubs français sont intéressés par son profil.

Des touches en L1, mais pas que

« J’envisage un retour en France vu que j’ai des opportunités avec deux clubs en Ligue 1. (...) Il y a toujours des contacts, surtout en ce moment. Ils savent que je vais être en fin de contrat. Donc je reçois pas mal d’appels et je suis en train d’étudier tout cela. Vu que ma famille est là-bas, ma femme et mes enfants ; j’étudie la possibilité de me rapprocher d’eux. Il y a aussi des clubs étrangers. Je suis en train d’étudier tout ça. Je suis ouvert à tout ». Il poursuit : « J’ai deux clubs de Ligue 1 qui sont intéressés par moi. Mais si un bon projet dans un club de Ligue 2 se présente, ça pourrait aussi m’intéresser ». Un club avec un projet ambitieux, voici ce qui pourrait plaire au joueur né en 88. Un footballeur qui en a encore sous les crampons. « Je peux apporter mon expérience, tout ce que j’ai pu apprendre à l’étranger et aider le club à aller de l’avant en apportant ce que je sais faire ». Pour la première fois de sa carrière, Ndinga passera un mercato libre. Après quelques jours de vacances, il rentrera en France pour faire un point avec ses conseillers.

Ensuite, il sera temps de prendre des décisions concernant son avenir en club mais aussi en sélection. Après la non-qualification pour la CAN 2019, certains médias ont annoncé que Delvin Ndinga avait décidé de prendre sa retraite internationale. Ce qui n’est pas encore tout à fait le cas d’après le Congolais. « Officiellement, ce n’est pas encore confirmé. Je suis en train d’y penser. J’arrive à un tournant de ma carrière. Je suis en train d’y penser et de me concentrer d’abord sur mon prochain club. Pour la sélection, je n’ai pas encore pris de décision. J’y réfléchis avec ma famille ». L’ancien de l’AS Monaco aimerait finir sur une note positive. « L’absence à la CAN 2019 a été une grosse déception pour nous, surtout cette génération qui arrive à la fin d’une épopée. Je me dis d’un côté qu’il faudrait tenter une dernière chance. J’y réfléchis et je veux prendre la meilleure décision possible ». Delvin Ndinga a donc plusieurs décisions à prendre lui qui n’est pas encore arrivé au bout du chemin.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10