Le vestiaire de Tottenham n'en peut plus de José Mourinho

Sur un siège éjectable à Tottenham, José Mourinho doit en plus de cela composer avec un vestiaire hostile à ses méthodes.

José Mourinho sur le banc de Tottenham
José Mourinho sur le banc de Tottenham ©Maxppp
La suite après cette publicité

José Mourinho ne s'attendait pas à ça. Au début de ce nouvel exercice, le Special One semblait avoir trouvé la bonne formule à Tottenham. En effet, son équipe enchantait les observateurs et cumulait les succès sous l'impulsion de son duo Kane-Son. Les Londoniens avaient même grimpé sur la première marche du podium de la Premier League entre la 10ème et la 13ème journée de championnat. On se disait alors que les Spurs étaient bien partis pour réaliser une belle saison et qu'ils pouvaient même espérer embêter Manchester City et Liverpool. Mais le vent a tourné pour Tottenham.

Depuis quelques semaines, le club anglais avance au ralenti voire même n'avance plus. Sur les 8 derniers matches joués toutes compétitions confondues, les Spurs se sont inclinés à 6 repises (2 succès). En Premier League, ils n'ont pris que 12 points sur 36 possibles lors des 12 dernières journées. Neuvièmes avec 36 points et distancés, les Londoniens doivent vite réagir. Et les dirigeants du club comptent sur José Mourinho pour relancer la machine après la défaite de dimanche face à West Ham (2-1). Celle de trop pour Daniel Levy et ses équipes qui ont mis la pression au coach portugais, plus que jamais sur la sellette.

Une partie du vestiaire n'apprécie pas ses méthodes

C'est ce qu'a expliqué ce mardi le Daily Telegraph. Tottenham aurait fixé un ultimatum à l'ancien coach du Real Madrid, à savoir faire le plein de points et de victoires lors des 12 prochains jours, soit lors des rencontres face à Wolfsberger AC (Ligue Europa), Burnley, Fulham et Crystal Palace (PL). Un point sera fait ensuite par le président Levy, qui aurait fait de Julian Nagelsmann sa priorité en cas de licenciement de Mourinho. Ce qui coûterait d'ailleurs 35 millions d'euros aux Spurs. Autant dire que toutes les parties ont intérêt à ce que le Portugais réussisse à inverser la tendance.

Pour cela, il devra reconquérir ses joueurs. Car The Athletic et le Daily Mail révèlent ce mardi qu'une bonne partie du vestiaire n'apprécierait pas vraiment les méthodes de Mourinho. Les joueurs seraient mécontents du travail effectué lors des séances d'entraînement. En effet, celles-ci seraient allégées à tel point que les Spurs demanderaient à travailler beaucoup plus. Certains joueurs souhaiteraient revenir à l'ancienne méthode mise en place par Mauricio Pochettino, avec des doubles sessions et moins de jours de repos.

Mourinho ne doute pas

De plus, on apprend que plusieurs éléments pensent que l'équipe veut trop perfectionner le jeu défensif et ne pas faire d'erreur au détriment du jeu offensif. Ce qui frustrerait et ennuierait une partie du vestiaire. Les médias citent notamment l'exemple d'une séance avant le match contre Liverpool où l'équipe a passé des heures à travailler la défense sur les remises en jeu. Le but de Mourinho est d'exploiter les points faibles des adversaires et non de s'appuyer sur les forces de ses troupes. Une frilosité qui agacerait à Tottenham (37 buts inscrits, 27 encaissés).

Une source proche du club anglais a confié à The Athletic : «tout a changé, même l'entraînement est maintenant tellement défensif. Il n'y a pas de plan pour faire avancer le ballon. Le plan est de défendre, de lancer le ballon sur Harry Kane et Heung-min Son. C’est tout.» Malgré cela, José Mourinho croit en ses méthodes. « Non, je ne doute pas, pas du tout. Zéro. Parfois, les résultats sont la conséquence de multiples situations dans le football. Ma méthode et celle de mon équipe d'entraîneurs, sont sans égal dans le monde. Je ne sais pas ce que vous entendez par crise. Si la crise est une frustration et une tristesse dans le vestiaire, je dirais que oui, car personne n'est heureux. » Le chantier est donc immense pour un Mourinho qui doit convaincre ses joueurs et son club qu'il est toujours l'homme de la situation.

Plus d'infos

Commentaires