Super League : déjà de la friture sur la ligne entre les participants ?

A peine officiellement lancée, la Super League suscite un rejet massif de la part d'une grande partie des fans, du monde sportif et politique. Et cela se ressentirait déjà sur certains participants, plus aussi sûrs de leur coup...

12 clubs fondateurs composent cette Super League
12 clubs fondateurs composent cette Super League ©Maxppp
La suite après cette publicité

Une trahison digne des plus grands films hollywoodiens. Du coup de fil rassurant d'Andrea Agnelli au président de l'UEFA Aleksander Ceferin (le parrain de l'une de ses filles) le samedi au communiqué publié dans la nuit de dimanche au lundi, devançant ainsi la nouvelle formule de la Ligue des Champions dévoilée plus tard dans la journée, la naissance de la Super Ligue Européenne a ressemblé à un coup de poignard dans le dos de l'instance européenne. Mais la tournure prise par les événements pourrait avoir des conséquences sur la mise en place de cette compétition dissidente.

En effet, au terme de ce lundi particulièrement animé, quelques échos faisaient état de quelques clubs moins sereins, parmi ceux ayant choisi la voie de la Super League. Surtout du côté anglais. Des indiscrétions qui semblent se confirmer au fil des heures, notamment en raison de la vigueur des réactions négatives. Le Daily Mail, le Sun et Skysports font état de deux clubs étant moins déterminés ces dernières heures.

Deux clubs hésiteraient...

La manière dont la Super League a été révélée, la contre-attaque de l'UEFA épaulée par la FIFA et les ligues domestiques, et la réaction des fans font ainsi trembler certains participants. Et quelques réticences seraient apparues. Selon The Guardian, Chelsea et Manchester City hésiteraient même désormais à rallier la Super Ligue Européenne. En marge du congrès de l'UEFA, les discussions se poursuivent entre les dirigeants des différents clubs européens, alors que Nasser Al-Khelaïfi (PSG) et Karl-Heinz Rummenigge (Bayern Munich) tentent d'apaiser les choses.

Certains dissidents peuvent-ils prendre peur et changer d'avis ? C'est bien ce qu'espère l'UEFA, qui fait monter la pression, à travers le discours officiel de Ceferin mais aussi via les échanges officieux. Cité par Skysports, l'un des dirigeants concernés par la Super League a déclaré : « ce n'est pas ce pour quoi on a signé ». Alors, est-ce déjà le début de la fin ou une simple hésitation due à la virulence des réactions ?

Plus d'infos

Commentaires