OGC Nice - Olympique de Marseille : les notes du match

Secoué dans tous les sens et mené au score durant les 40 premières minutes, l'OM a réussi à faire le dos rond et même à égaliser contre le cours du jeu avant la pause, pour mieux terminer, et obtenir le point du nul (1-1) face à Nice dans ce replay de la 3e journée qui se déroulait à Troyes à huis clos.

Les joueurs de l'OM avant le match contre Lorient
Les joueurs de l'OM avant le match contre Lorient ©Maxppp
La suite après cette publicité

Plus de deux mois après les incidents à l'Allianz Riviera et le report de la rencontre, l'OGC Nice et l'Olympique de Marseille se retrouvaient ce mercredi soir au Stade de l'Aube pour ce match reporté de la 3e journée de Ligue 1. A l'Allianz Riviera, les Aiglons menaient 1-0 au mois d'août avant les échauffourées qui ont eu lieu après l'incident avec Dimitri Payet, qui avait reçu une bouteille dans son dos avant de la renvoyer vers les utras niçois, en tribunes. Derrière, la rencontre devait reprendre mais les Phocéens avaient refusé de revenir sur la pelouse, et la LFP avait alors dévoilé une nouvelle date pour cette partie à Troyes donc, et à huis clos. Côté niçois, Christophe Galtier partait sur un 4-4-2 avec un duo Guessand-Gouiri devant, le premier étant titularisé pour la première fois de la saison, certainement récompensé pour son but décisif face à l'OL dimanche (3-2).

Jorge Sampaoli, lui, faisait plusieurs changements avec notamment les titularisations d'Amavi, Alvaro, Gerson ou encore Luis Henrique. Dès le début de partie, les Aiglons poussaient avec un centre dangereux de Guessand sorti par Saliba (3e), mais la deuxième était la bonne pour l'OGCN. Avec encore Guessand à la passe, Gouiri reprenait parfaitement pour l'ouverture du score avec l'aide du poteau (6e, 1-0). Sonnés, les Phocéens frôlaient la catastrophe ensuite avec ce tir d'Atal contré par Caleta-Car au dernier moment (11e). Passeur, Guessand avait l'opportunité d'endosser le costume de buteur, mais son tir était bien trop croisé (14e). Il fallait attendre une vingtaine de minutes pour voir l'OM être offensif, mais c'était bien trop tendre.

L'OM se rattrape bien

Les occasions étaient bel et bien niçoises et Gouiri, parti à la limite du hors-jeu, butait sur Pau Lopez qui sauvait les siens (35e). Dans les secondes qui suivaient, Kamara se manquait dans la surface alors qu'il était seul (36e). Deux grosses occasions manquées, et l'OM en profitait. Sur sa première réelle offensive, le club phocéen revenait au tableau d'affichage. Amavi prolongeait pour Gerson côté gauche qui centrait à ras de terre vers Milik qui, intelligemment, laissait filer pour Payet. Le numéro 10 terminait le travail d'une frappe du droit (42e, 1-1). La formation de Jorge Sampaoli s'en sortait donc très bien à la pause avec ce score nul. Au retour des vestiaires, les Niçois étaient proches du second but mais Pau Lopez, encore lui, restait vigilant sur un corner tiré côté droit (51e).

Mais globalement, le deuxième acte était bien plus pauvre en occasions que le premier. Les deux formations offraient plusieurs séquences de possession mais Benitez et Pau Lopez avaient un peu moins de travail. C'est après l'heure de jeu que l'OM créait le danger après un nouveau jeu entre Amavi et Gerson, mais Milik était trop court pour couper le centre du Brésilien (64e). Sur un corner quelques instants plus tard, le Polonais ratait aussi le cuir en bonne position (72e). Les changements de Christophe Galtier et Jorge Sampaoli se multipliaient derrière mais le score ne bougeait pas malgré une énorme occasion de Payet, dont la frappe était déviée en corner (88e), et une dernière occasion chaude niçoise (90e+4). L'OGC Nice et l'OM se quittaient donc dos à dos (1-1). Un résultat qui permettait aux Aiglons de rester sur le podium, avec un point de plus que les Phocéens, quatrièmes.

Revivez le film du match sur notre live.

Le classement de Ligue 1.

L'homme du match : Gueye (7) : des joueurs de l’entrejeu à l’OM, l’ancien Havrais est le seul à avoir dominé son sujet face à Nice. Excellent dans les duels, la récupération et dans le placement, il a pu limiter le déséquilibre de son équipe, notamment durant le premier acte. Même si au final on ne l’a pas beaucoup vu, il a su jouer proprement et avec efficacité comme lors de cet enchaînement pour Payet (80e).

OGC Nice :

  • Benitez (4,5) : si le portier argentin n'a pas été dérange pendant près de toute la première période, ne se déployant que sur les corners de Payet (38e, 45e+1). Mais il n'a rien pu faire sur l'intérieur du pied du numéro 10, qui s'est logé dans son petit filet gauche (43e). Si ses relances au pied n'ont pas été très justes, il a été beaucoup plus tranquille et n'a pas été importuné par la seule frappe olympienne en seconde période, contrée par Dante.

  • Atal (6) : le latéral droit algérien a commencé cette rencontre au même niveau que son entrée en jeu le week-end dernier. Très habile balle au pied, ses appels sur son couloir ont décontenancé la défense phocéenne. Il a livré un beau duel avec Caleta-Car (11e, 19e). Très véloce, il aurait pu intervenir devant Amavi sur le centre de Kamara (18e). Son bon centre n'a pas été concrétisé par le latéral ivoirien (36e). Face à la domination olympienne, il a pu être servi à plusieurs reprises en contre-attaque mais pas de réussite dans ses centres.

  • Todibo (5,5) : moins sollicité que son collègue auriverde, l'ancien Toulousain s'est montré plus dominant sur ses interventions. C'est surtout sur ses longs ballons qu'il n'a pas réussi à trouver ses coéquipiers dans le camp adverse. En seconde période, il a été tout aussi serein dans sa circulation du ballon quand les Niçois ont pu garder un peu plus le ballon lors de la deuxième période, même si ses erreurs de placement auraient pu bénéficier aux attaquants de l'OM. En reculant, il laisse légèrement traîner le coude dans le cou d'Álvaro González et prend le second carton jaune niçois (90e+3).

  • Dante (5) : le Brésilien a parfois manqué de maîtrise dans ses duels au sol, laissant passer Luis Henrique dans la surface (22e). Le doyen niçois a été totalement absent sur l'égalisation de l'OM, aspiré par l'appel opposé de Milik (43e). Il a été également en retard dans ses interventions, que ce soit dans sa surface sur Alvaro (20e) et dans les mains de Lopez (51e). En un contre un face à Gerson, il ne le canalise pas assez et le laisse se proposer à gauche, même si son centre n'a rien donné (64e). Présent sur la trajectoire, il est présent pour détourner la tentative à ras de terre de Milik (71e).

  • Bard (5) : l'ancien Lyonnais a su être rassurant sur les nombreuses offensives adverses sur son côté, coupant rapidement les passes en profondeur de par son sens de l'anticipation (5 interceptions), et n'est que très peu dérangé dans ses relances. Tellement que Luis Henrique a dû attendre de passer à gauche avant de se montrer dangereux. Même sur les coups de pied arrêtés, sa présence au premier poteau a su soulager les siens (71e). Il ne s'est pas beaucoup montré offensivement, l'OGCN préférant utiliser l'autre couloir sur son peu d'attaque en seconde période.

  • Da Cunha (7) : un peu moins en vue étant donné l'activité de son coéquipier algérien sur le flanc droit, il a cependant été très adroit sur ses ballons offensifs. Tireur des corners côté droit, son coup de pied a trouvé la tête de Rosario (12e). Sa vitesse lui a permis d'échapper souvent à la défense d'Amavi et de vite apporter le danger dans le camp adverse (3 passes clés). L'ancien Rennais a également été généreux dans ses efforts, limitant souvent l'influence offensive d'Amavi. Remplacé à la 66e par Boudaoui.

  • Thuram (6) : le jeune milieu de terrain niçois a impressionné par sa justesse dans ses interventions, notamment sur Saliba (17e). Sans ballon, il a réussi à couper les lignes de passes marseillaises et limiter ainsi la circulation du ballon. Et balle au pied, sa justesse ne manque pas, avec de bonnes transmissions pour briser les lignes adverses et ses sorties de balle pour soulager son bloc. En soutien de Gouiri à la sortie de Guessand.

  • Rosario (6) : défensivement, la nouvelle recrue brésilienne a été intéressant dans son placement, revenant bien sur le centre d'Amavi pour Milik à l'entrée de la surface (26e). Proche de sa défense, il s'est mué en premier relanceur devant sa défense et a semblé parfois souffrir quand l'OM accélérait. Dans l'axe, sa grosse activité a été importante dans le pressing incessant demandé par Christophe Galtier et n'a pas laissé beaucoup d'espace à Payet, peu en vue notamment en première période malgré son but.

  • Kamara (5) : aligné un cran plus haut, à gauche du milieu de terrain, l'Ivoirien a été à l'origine de l'interception offrant le premier but du Gym. Pouvant compter sur Bard, il a su se projeter dans la surface pour reprendre les centres au second poteau, comme celui d'Atal, envoyant le ballon juste à droite des buts de Lopez. En confiance, il a tenté sa chance de loin en début de second acte (47e), et tentait d'exploiter l'espace dans le dos de Saliba, sans succès (3 hors-jeu). Un peu moins incisif après la mi-temps, il est remplacé par Claude-Maurice (66e).

  • Guessand (6,5) : le buteur de la victoire niçoise face à l'OL dimanche dernier (3-2) n'était pas stressé pour sa première titularisation avec les Aiglons cette saison. Le joueur de 20 ans n'a pas hésité à attaquer la zone de vérité adverse très tôt dans le match, ce qui s'est concrétisé sur l'ouverture du score de Gouiri. Il aurait également pu profiter de la nonchalance de Caleta-Car mais sa frappe est trop croisée pour attraper le cadre (13e). Moins en vue pendant une demi-heure, lors de laquelle il a écopé d'un carton jaune (31e), il s'est vite réveillé au retour des vestiaires par un festival technique, éliminant quatre défenseurs pour ensuite chercher le corner (50e). Touché à la cheville gauche, il est remplacé par Lemina (52e).

  • Gouiri (6) : le numéro 11 n'a pas attendu longtemps pour s'illustrer dans la surface marseillaise, bien servi par son compère en attaque, et peut remercier le poteau gauche de Pau Lopez (1-0, 6e). Il a pu profiter d'une défense trop haute pour se proposer dans son dos, mais n'a pas su tromper le portier espagnol (35e). Après la sortie de Guessand, il a été accompagné en attaque par Khephren Thuram, mais a été invisible offensivement, devant se contenter de presser les premiers relanceurs. Il a pu néanmoins distiller de bons ballons pour Atal dans les derniers instants.

OM :

  • Lopez (6,5) : battu par Gouiri dès le début de rencontre, le gardien espagnol est également sauvé par la maladresse des Niçois (11e, 14e, 36e) mais remporte un duel décisif face à Gouiri (35e), qui permet à son équipe de rester en vie. Il est à nouveau décisif sur sa ligne sur cette reprise ratée de Dante (52e) et est resté concentré jusqu’au bout avec cette sortie au-delà de sa surface devant Gouiri (80e). Averti (90e+2).

  • Saliba (6) : moins à son avantage que fasse au PSG, l’ancien Stéphanois a démarré timidement. Manquant de solutions balle au pied, il n’a pas toujours été précis ou a joué vers l’arrière. Il est aussi mal aligné sur cette percée de Guessan (14e) mais connaît un très bon redressement en seconde période où il a perdu moins de ballon et remporté plus de duels. Il a aussi tenté d’apporter le surnombre et le danger avec deux frappes (64e, 71e).

  • Álvaro (5) : sa relance manquée et puis son hésitation à intervenir offrent plus tard dans l’action de l’ouverture du score niçoise (6e). Battu à la course par Gouiri, il parvient tout de même à gêner l’attaquant sur son tir (35e). Par la suite, sa combativité et son engagement ont permis à l’OM d’être moins bousculé sur le terrain, comme lorsqu’il a bien protégé son gardien face à Dante (52e).

  • Caleta-Car (3,5) : revenu en odeur de sainteté depuis un mois, le Croate a cette fois vécu une soirée difficile. Passif en ce début de match, il est surpris par Guessan (3e), puis voit le ballon lui passer sous le pied sur cette nouvelle situation de l’attaquant (14e). Encore fébrile par la suite, il a été pris dans son dos par Gouiri (80e) et n’a pas rassuré non plus balle au pied.

  • Guendouzi (5) : absent durant la première demi-heure de jeu, le milieu de terrain touchait peu de ballons et les rendait souvent avec des imprécisions. Plus agressif sur le porteur de balle, il a pu monter en régime dans ce match, sans pour autant se montrer décisif. On peut regretter un manque de prise de risque balle au pied. Remplacé par Luan Peres (83e).

  • Gueye (7) : voir ci-dessus.

  • Gerson (5,5) : titularisé ce soir, le Brésilien avait là une belle occasion de hausser son niveau de jeu mais sa première période ratée n’a pas permis de dissiper les doutes. Il a trop joué vers l’arrière et a eu du mal à se défaire du pressing adverse. Sa passe interceptée pour Guendouzi a permis à Gouiri d’aller défier Lopez (35e). Heureusement pour lui, il est à la passe sur l’égalisation de Payet (42e) et a pu apporter un peu plus de soutien devant (64e), avant de terminer avec succès dans un rôle plus défensif.

  • Luis Henrique (4) : aligné dans le onze sur le côté droit, il n’a presque pas existé du match. Les rares fois où on l’a vu, c’était pour perdre le ballon (7 en 25 touchés à la pause). Trop excentré, il s’est coupé du reste du collectif, limitant grandement son influence sur le jeu. Sa remise vers Saliba en situation de frappe fut à peu près sa seule bonne action (64e).

  • Payet (6,5) : une entame de match très discrète où il fut noyé par le bon début de match du collectif des Aiglons mais cette saison, le numéro 10 est de retour à son plus haut niveau. Une action lui aura suffi pour sauver sa première période, une feinte de corps sur Bard pour battre ensuite Benitez (42e). Plutôt à son avantage par la suite, il a essayé de faire la différence mais n’a pas toujours été servi dans de bonnes conditions, ou il n’a pas assuré ses gestes comme sur cette ouverture pour Milik (76e).

  • Amavi (3,5) : il ne célébrait que sa deuxième titularisation et ça s’est vu sur le terrain. En manque de rythme et de repères, le gaucher a souffert dans son couloir face à Atal (11e) mais également contre Da Cunha (24e) ou d’autres joueurs qui venaient dans sa zone. Des interventions régulièrement dans le mauvais timing mais il s’est rattrapé (un peu) dans le domaine offensif. Il a tout de même raté quelques centres mais est à l’origine du but égalisateur de Payet (42e). Remplacé par Kamara (71e), dont l'entrée fut très bonne. Sa frappe est contrée in extremis (85e) et son centre pour Payet n'est pas loin d'être décisif (88e). Averti (90e+5).

  • Milik (5,5) : attaquant de pointe d’une équipe qui n’a pas vu le jour pendant 40 minutes, le Polonais a pourtant sorti une prestation très correcte. S’il n’a quasiment pas eu d’occasion à se mettre sous la dent, une tête angle fermé sur un corner de Payet (70e), son inspiration en s’effaçant pour Payet permet à son coéquipier de marquer (42e). Sur chaque ballon touché, il a tenté de les bonifier. Remplacé par Dieng (83e).

Plus d'infos

Commentaires