Mercato : le Stade Rennais lance son opération dégraissage

Après s'être montré actif l'été dernier, le Stade Rennais compte dégraisser cet hiver. Plusieurs éléments devraient changer d'air durant le mois de janvier, voire à la fin de l'exercice 2020-21.

Florian Maurice, Nicolas Holveck et Julien Stéphan en conférence de pressse.
Florian Maurice, Nicolas Holveck et Julien Stéphan en conférence de pressse. ©Maxppp

Une nouvelle ère. En 2020, le Stade Rennais a décidé de mener une révolution. En mars dernier, Nicolas Holveck est devenu président de l'écurie bretonne. Quelques mois plus tard, en mai, Florian Maurice quittait l'OL et son poste de responsable du recrutement pour enfiler le costume de directeur sportif. Avec l'entraîneur Julien Stéphan, les pensionnaires du Roazhon misaient ainsi sur un trio ambitieux. Ambitieux, le mercato d'été l'a été avec notamment les arrivées de Martin Terrier, Sehrou Guirassy ou encore de Jérémy Doku pour aider le club qui découvrait la Ligue des Champions. Une compétition où le SRFC n'a pas vraiment brillé.

La suite après cette publicité

Des pertes importantes pour Rennes

Cet hiver, l'équipe dirigeante rennaise va vivre son deuxième mercato. Cette fois-ci, l'idée sera plutôt de dégraisser, puisque le club doit composer avec les pertes financières liées au coronavirus et au fiasco Mediapro. Ouest-France parle de 40 millions d'euros de pertes. La porte est ainsi ouverte pour certains éléments, dont James Lea Siliki (24 ans). Sous contrat jusqu'en 2023, il intéresse des clubs étrangers. Un prêt est l'option privilégiée par les Bretons. Arrivé cet été sous la forme d'un prêt avec option d'achat, Dalbert (27 ans) ne devrait pas s'éterniser.

Devancé par la révélation Adrien Truffert, il va devoir se trouver un autre point de chute, car un retour à l'Inter n'est pas dans les tuyaux. Clément Grenier (30 ans) est, lui, dans une situation différente. L'ancien joueur de l'OL, qui n'est pas un titulaire en force, arrive en fin de contrat en juin prochain. Et un départ est envisagé de son côté, comme il l'a avoué à RMC. « Je sens que j’ai les possibilités physiques et mentales pour rester en Europe, j’ai toujours envie de jouer la Coupe d’Europe chaque année. Mes six mois à Rome (en 2016-2017) ont été top au niveau de l’expérience et de la maturité. J’aimerais bien pourquoi pas redécouvrir un championnat étranger qui me permettrait de progresser sur le plan sportif ».

Des jeunes qui ont la cote !

Comme révélé hier sur notre site, le jeune Yann Gboho (19 ans) va, lui, être prêté afin d'avoir plus de temps de jeu et de poursuivre sa progression. En France, Nîmes, Reims et Strasbourg sont sur le dossier. À l'étranger, des écuries italiennes, espagnoles, néerlandaises et anglaises (Championship). Une décision devrait être prise assez rapidement le concernant. À 18 ans, Brandon Soppy attire aussi les regards, lui qui est sous contrat jusqu'en 2022 et qui n'a pas prolongé. Plusieurs écuries sont ainsi sur les rangs pour tenter de le débaucher.

Estadio Deportivo a annoncé que Séville et Monchi étaient sous le charme. Mais Rennes voudrait au minimum 8 millions d'euros. Un prix qui est loin de ce qu'a proposé l'AS Roma pour lui. Eurosport parlait de 4 millions d'euros. Mais la Louve ne lâche rien et compte bien le recruter. Toutefois, d'autres écuries, comme le Borussia Dortmund, surveilleraient sa situation. Cet hiver, le Stade Rennais devrait donc lancer un dégraissage d'envergure avant de se faire attaquer l'été prochain pour le très courtisé Eduardo Camavinga.

Plus d'infos

Commentaires