OL : la nouvelle charge de Jean-Michel Aulas contre les clubs bénéficiaires de l'arrêt de la saison

Le président de l'OL Jean-Michel en a remis une couche ce mercredi sur l'arrêt de la saison. Et l'homme fort des Gones a aussi fait une petite révélation sur la décision prise par la LFP.

Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais
Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais ©Maxppp

Depuis le 30 avril et la décision de la Ligue de Football Professionnel, qui a mis fin à la saison 2019-2020 de Ligue 1, nombreux sont les présidents ou dirigeants de clubs à prendre la parole pour tenter d'obtenir réparation. Et le président de l'Olympique Lyonnais, neuvième suite à la décision de la Ligue, Jean-Michel Aulas est l'un d'eux. Le boss du club rhodanien multiplie les interventions pour crier à l'injustice et demander la reprise de la saison.

La suite après cette publicité

Invité sur RMC ce mercredi soir dans l'émission «After Foot», le président de l'OL a donc encore une fois évoqué le sujet. Et forcément, ce dernier a taclé certains clubs, notamment ceux européens comme l'OM ou le Stade Rennais, sans les citer. Mais Jean-Michel Aulas a avant tout fait une révélation concernant cette décision de la LFP : «c'est là où le bât blesse, c'est que le Conseil d’administration n'a pris une décision à l'unanimité.» Avant du coup d'enchaîner sur cet arrêt.

«Le CA est composé de beaucoup de présidents qui avaient intérêt à ce que le championnat s'arrête»

«Comme vous le savez, je ne suis pas au Conseil d'administration, mais vous savez aussi que le Conseil d'administration est composé de beaucoup de présidents qui avaient intérêt à ce que le championnat s'arrête et que le mode de calcul du coefficient puisse permettre aux gens qui risquaient de descendre de ne pas descendre, aux gens qui risquaient de pouvoir jouer la coupe d'Europe de la jouer avec certitude. C'est là où le bât blesse : ce n'est pas une décision d'Assemblée générale», a poursuivi Aulas sur les ondes de la radio.

L'homme fort des Gones en a aussi profité pour charger la LFP. «Si aujourd'hui la Ligue refuse même de consulter l'Assemblée générale de tous les clubs alors que c'est encore possible, on peut se poser un certain nombre de questions, a poursuivi Aulas avant de conclure. Sur les clubs de première division, vous avez une majorité de gens qui n'ont pas envie de descendre. Vous avez bien vu que ceux qui étaient d'accord pour l'arrêt sont ceux soit qui étaient européens, soit qui risquaient de descendre.» Le président lyonnais, lui, attend désormais le verdict du Conseil d'État, qui doit se pencher sur les recours de l'OL, d'Amiens et de Toulouse ce jeudi. Et Jean-Michel Aulas attend toujours une reprise.

Plus d'infos

Commentaires