La Liga est-elle relancée ?

Longtemps en tête de la Liga avec une avance colossale, les Colchoneros ont perdu. De quoi permettre au Real Madrid, voire au FC Barcelone, de se remêler à la lutte pour le titre ?

Luis Suarez lors du match face au Celta
Luis Suarez lors du match face au Celta ©Maxppp
La suite après cette publicité

Oui, l'Atlético est clairement en danger

Ces dernières semaines, on sent quelques soucis qu'on avait très peu vu jusqu'ici. L'équipe de Diego Simeone est ainsi extrêmement fragile derrière, aussi paradoxal que ça puisse paraître pour un entraîneur qui a construit sa réputation sur la solidité défensive de son équipe. Sur les sept derniers matchs de Liga, l'Atlético a encaissé au moins un but (9 au total). C'est la pire série depuis l'arrivée de Diego Simeone sur le banc, il y a environ dix ans. Des problèmes défensifs qui se manifestent beaucoup en deuxième période, et qui témoignent peut-être d'une certaine usure physique. Dans ces conditions, difficile d'être compétitif tous les trois jours... El Cholo va rapidement devoir trouver des solutions.

Autre problème qui commence à peser : le manque de réalisme devant. Cette année, l'Atlético de Madrid pratique un jeu un peu plus tourné vers l'attaque... mais manque cruellement de joueurs fiables devant le but. Luis Suarez (16 buts en Liga) est le seul vrai tueur de l'équipe devant, alors que Marcos Llorente (8 buts et 7 passes décisives en Liga) est le seul élément n'étant pas attaquant capable de faire mal dans la surface adverse. Il suffit que l'Uruguayen soit un peu moins inspiré ou que Marcos Llorente n'ait pas énormément de situations pour prêter main-forte devant pour que l'Atlético peine énormément à transformer ses occasions. Des joueurs comme Angel Correa, João Félix, Yannick Carrasco ou Thomas Lemar, aussi talentueux soient-ils, n'ont pas un sens du but particulièrement développé, alors que Moussa Dembélé n'a joué que quelques minutes depuis son arrivée et n'a donc pas pu se montrer.

Derrière, le Real Madrid revient plutôt bien, du moins si on parle en termes de résultats. Contrairement aux Colchoneros, la formation entraînée par Zinedine Zidane n'a besoin que de très peu d'occasions pour grappiller des points. La victoire face à Valladolid samedi soir en est le meilleur exemple. Sans proposer un jeu flamboyant et étant même parfois dominés par leur adversaire si on parle d'occasions de but, les Merengues commencent à enchaîner, et ce alors qu'ils sont privés de plusieurs joueurs importants. Du côté du FC Barcelone, même si on sort de deux mauvais résultats face au PSG et Cadiz et qu'on est un peu plus loin au classement, les résultats et le contenu proposés sur la scène nationale avant l'échec européen étaient également plutôt satisfaisants.

Le calendrier qui attend les Colchoneros est très compliqué. Au cours des prochaines semaines, les Madrilènes vont affronter, dans l'ordre, Chelsea, Villarreal, le Real Madrid, l'Athletic, Getafe et Chelsea une deuxième fois. Le tout en moins d'un mois. Soit plusieurs rencontres très exigeantes face à de bonnes équipes, au pire moment possible. Autant dire que si la situation ne change pas, de nombreux points risquent d'être perdus. Le calendrier du Real Madrid et du FC Barcelone semble plus clément de ce côté-là. Autre point important, surtout si la Liga termine par se jouer sur quelques détails : le Real Madrid a remporté la première confrontation (2-0). En cas de victoire lors du deuxième derby de la saison, ou même de défaite 1-0, les coéquipiers de Luka Modric remporteraient le goal average particulier qui permettrait aux Blancos de finir devant au classement en cas d'égalité en termes de points.

Non, ses poursuivants ne reviendront pas

Même si l'Atlético de Madrid a perdu de nombreux points depuis quelques semaines, il y a tout de même encore beaucoup de certitudes. Clairement, on ne voit pas du tout une équipe perdue sur le terrain, ou en plein doute. Le contenu proposé reste intéressant, à l'image de ce duel perdu face à Levante ce week-end. Les Matelassiers ont multiplié les occasions, allant jusqu'à tirer au but à 28 reprises, et un grand Cardenas dans les cages des Granotas a évité une victoire rojiblanca. Le problème n'est donc pas d'ordre tactique, ni même individuel. Une fois que la réussite sera revenue, l'Atlético devrait recommencer à collectionner les victoires.

Il faut aussi signaler que Diego Simeone a dû composer avec un effectif décimé ces dernières semaines, loin de celui qui avait roulé sur le championnat en première partie de saison. Entre blessures, coronavirus et même sanctions disciplinaires, l'Argentin a dû composer sans des joueurs clés comme Kieran Trippier, José Maria Giménez, Thomas Lemar, Yannick Carrasco ou João Félix. S'il a tout de même pu aligner des onze de qualité grâce à son effectif plutôt complet, les automatismes n'étaient logiquement pas toujours là, alors que certains joueurs remplaçants, même si plutôt bons, sont loin d'être au niveau des titulaires. L'absence de Trippier par exemple, qui formait un duo plus que redoutable avec Llorente quand les deux combinaient sur le côté droit de l'attaque, pèse beaucoup. Une fois l'effectif au complet, on peut imaginer un retour des résultats.

Des "recrues" sont attendues. Diego Simeone a ainsi un groupe très qualitatif à disposition. Si des joueurs comme Mario Hermoso, Koke, Marcos Llorente ou Luis Suarez sont en forme depuis le début de la saison, un autre élément commence peu à peu à montrer le bout de son nez : Geoffrey Kondogbia. Peu utilisé en première partie de saison, le joueur formé à Lens commence à prouver qu'il est amplement en mesure de rééditer ses prestations qui avaient fait de lui une référence à Valence, et permet en plus à un joueur comme Koke de se délester de tâches défensives et de jouer un peu plus libéré. Moussa Dembélé, handicapé par un souci au bras puis par le coronavirus, peut aussi être un renfort de poids pour cette équipe qui est à la peine en ce moment dans la surface rivale. De quoi donner encore plus d'armes à l'équipe.

Le Real Madrid, comme précisé plus haut, enchaîne les succès sans pour autant être convaincant dans le jeu. Mais combien de temps cela va-t-il durer ? Lors des quatre derniers succès en Liga, série en cours, les hommes de Zinedine Zidane ont affronté des équipes de deuxième partie de tableau, dont la lanterne rouge (Huesca) et l'avant-dernier (Valladolid). On peut imaginer que si la malchance de l'Atlético prendra bien fin un jour, il en sera de même pour la réussite du voisin et ennemi merengue, surtout lorsque ce dernier affrontera des équipes d'un plus gros calibre. Aujourd'hui, l'Atlético continue d'offrir plus de garanties que son principal poursuivant.

Le classement actuel de la Liga

1er - Atlético de Madrid - 23 matchs - 55 points

2e - Real Madrid - 24 matchs - 52 points

3e - FC Barcelone - 23 matchs - 47 points

4e - Séville FC - 22 matchs - 45 points

Plus d'infos

Commentaires