Grejohn Kyei : « J'arrive à un tournant de ma carrière »

Grejohn Kyei veut rattraper le temps perdu. Présenté comme un espoir montant du football français à ses débuts pros en 2015, l'attaquant avait impressionné du côté du Stade de Reims. Quatre ans plus tard, le natif de Gonesse arrive au premier tournant de sa jeune carrière. En fin de contrat en juin 2020, il est en quête d'un nouveau challenge pouvant lui permettre de retrouver du temps de jeu et de montrer qu'il a tout pour s'imposer au plus haut niveau. Entretien.

Greyjohn Kyei sous le maillot de Reims
Greyjohn Kyei sous le maillot de Reims ©Maxppp

**Foot Mercato : vous avez été prêté une saison à Lens l'an passé. Que retenez-vous de votre passage dans le nord ?

La suite après cette publicité

Grejohn Kyei** : c'était une bonne expérience après tant d'années à Reims. Ça faisait presque huit ans que j'étais là-bas. Donc j'ai pu découvrir un nouveau club avec un environnement différent et des supporters différents. Etre en Ligue 2 et avoir un stade avec plus de 20 000 supporters qui encouragent, c'est fort. Même en Ligue 1, il y a des clubs qui n'ont pas la même capacité. Les supporters poussent du début jusqu'à la fin. Peu importe le résultats, ils sont là. C'est ce qui fait la différence (...) Ça m'a fait du bien d'être prêté à Lens. J'y suis allé avec l'objectif d'engranger du temps de jeu, retrouver du plaisir et voir autre chose que Reims. J'ai pu découvrir d'autres méthodes de travail. Au début, ça s'est bien passé pour moi. Puis ça s'est compliqué au niveau de mon rendement et du temps de jeu. Mais je ne retiens que le positif. Je savais que mon prêt allait durer une saison. Je n'avais pas prévu de rester un peu plus longtemps.

**FM : vous êtes de retour au Stade de Reims. Quelle est la position du club vous concernant ?

G.K :** aujourd'hui, il me reste une année de contrat à Reims. On n'a pas parlé de prolongation donc on envisage un départ. On verra le meilleur projet qui se présente à moi, que ce soit à France ou à l'étranger. Je ne mets aucune limite. Je n'ai pas vraiment de préférence pour le moment. Mais si je devais évoluer à l'étranger, je préférerais que ce soit près de la France pour rester près de mon entourage et ne pas trop m'exiler.

**FM : avez-vous des touches ?

G.K :** oui, il y a des touches. Il y a des prises de contact en France, en L1 et L2, et à l'étranger.

**FM : quels arguments peuvent faire pencher la balance aujourd'hui pour un club ou un autre ?

G.K** : aujourd'hui, mon souhait est de retrouver du temps de jeu et jouer un maximum de matches en tant que titulaire. Je veux aussi marquer des buts.

**FM : rester à Reims, est-ce envisageable ?

G.K :** pour ma part, c'est envisageable. Mais il faudrait avoir une discussion avec le président et le coach pour voir ce qu'ils souhaitent faire avec moi si je devais rester.

**FM : en 2015, vous avez été présenté comme un jeune espoir qui montait. Avec le recul, quel regard portez-vous sur votre trajectoire aujourd'hui ?

G.K :** mes débuts chez les pros avaient bien commencé. Même si j'avais eu quelques petits pépins physiques et que j'avais été retardé par une suspension, tout allait plutôt bien pour moi. Mais c'est devenu compliqué quand on est descendu en Ligue 2. J'essaye de repartir du bon pied pour reprendre mon chemin.

**FM : où en êtes-vous par rapport au plan de carrière que vous aviez en tête ?

G.K :** je suis encore un jeune joueur. J'ai encore une année voire deux pour réussir à revenir sur le devant de la scène et espérer atteindre les objectifs que je m'étais fixé quand j'avais commencé, c'est-à-dire jouer une coupe d'Europe, etc...

**FM : vous avez donc une folle envie de montrer ce que vous avez sous le pied. Quelles sont vos ambitions pour la saison qui arrive ?

G.K :** je suis très motivé. J'arrive à un tournant de ma carrière. Mon ambition est de réaliser une très grosse saison. Je veux marquer des buts, retrouver du plaisir dans un club qui me permette de retrouver la confiance et de revenir à mon meilleur niveau. Je veux montrer que je suis toujours là et que je n'étais pas qu'un tube de l'été. Aujourd'hui, je peux apporter ma détermination, ma rage, mon envie. Je peux aussi amener mes qualités sportives. Je suis attaquant, donc je peux marquer et faire marquer des buts. Je n'ai pas une revanche à prendre. Mais j'ai envie de dire que j'ai un train à rattraper.

**FM : on vous connaît en tant que joueur, mais comment êtes-vous en dehors ?

G.K :** quand on ne me connaît pas, on peut penser que je suis un peu insolent, énervant, agaçant, etc.. Mais en réalité, j'ai toujours eu des retours positifs. J'aime bien rire. Je suis quelqu'un qui a le sourire et qui essaye de le garder même quand ça ne va pas. J'essaye de rester confiant et d'avancer.

Plus d'infos

Commentaires