OM : à quoi va ressembler le jour d'après ?

À l'image de Jack Hall prédisant un changement climatique violent et imprévu dans le célèbre film américain "Le Jour d'après", le mercato estival de l'Olympique de Marseille promet une certaine métamorphose de l'effectif olympien la saison prochaine. Reste à savoir si les hommes de Jorge Sampaoli trouveront l'alchimie parfaite pour devenir un candidat sérieux au sommet de la Ligue 1.

Jorge Sampaoli dans sa zone technique
Jorge Sampaoli dans sa zone technique ©Maxppp
La suite après cette publicité

Après un exercice 2020-2021 compliqué, conclu par une décevante 5ème place en Ligue 1 et marqué par un changement d'entraîneur, l'Olympique de Marseille compte bien retrouver des couleurs la saison prochaine. Arrivé l’hiver dernier sur le banc de l’OM, Jorge Sampaoli n'en est qu'au début de son aventure olympienne mais ses premiers pas dans la cité phocéenne n'ont fait qu'attiser la curiosité. À l'instar de son illustre prédécesseur, Marcelo "El Loco" Bielsa, le technicien argentin dispose d'un fort caractère et souhaite ainsi imposer son identité de jeu. Mais pour y parvenir, une profonde refonte de l'effectif est nécessaire, ce que l'état-major marseillais semble d'ailleurs bien avoir compris. Gerson, Cengiz Ünder, Mattéo Guendouzi, Pau Lopez, Konrad de la Fuente, Leo Balerdi en attendant les signatures imminentes de Luan Peres et William Saliba, les dirigeants olympiens sont sur tous les fronts dans le sens des arrivées.

Les forces d'un effectif plus dense

Si le mercato estival est encore loin d'être refermé (mardi 31 août à 23h59) et que les lignes pourraient encore bouger d'ici là, le travail de qualité mené par Pablo Longoria pourrait donc permettre aux Ciel et Blanc de disposer d'une réelle profondeur de banc dans les mois à venir. Un élément souvent reproché à l'OM l'année passée et expliquant les limites physiques perçues au sein du groupe en fin de saison. À tous les postes, ou presque, Jorge Sampaoli aura donc cette fois la possibilité de s'appuyer sur une rotation de qualité. Capitaine et leader incontesté de l’effectif, Steve Mandanda (36 ans) se rapproche d'une fin de carrière et l'arrivée du gardien de l’AS Rome, Pau Lopez, pourrait amener les deux hommes à se partager le temps de jeu. Une concurrence également présente dans l'axe central de la défense olympienne où Saliba et Luan Peres - proches de rejoindre le club - devront composer avec les présences de Gonzalez, Balerdi ou Caleta-Car, encore loin du départ. Sans rappeler la possibilité de voir Kamara s'ajouter à cette liste déjà bien garnie (64 matches à ce poste au cours de sa carrière). Même chose sur le front de l'attaque marseillaise où les récentes arrivées d'Ünder et de De La Fuente devraient très certainement rebattre les cartes pour Henrique ou Radonjic (annoncé sur le départ). Auteur de 10 buts toutes compétitions confondues depuis son arrivée, Milik semble quant à lui parti pour rester et pourrait être si besoin suppléé par Benedetto.

La guerre du milieu

Si ces recrues sont donc positives pour la rotation au sein de l'effectif phocéen, le milieu de terrain de l'OM semble particulièrement fourni et amène forcement une interrogation majeure. Qui aura les faveurs du tacticien argentin ? Recruté pour 20 M€, Gerson devrait avoir sa place de titulaire assurée, tout comme Mattéo Guendouzi, prêté par les Gunners et doté d'une qualité technique essentielle dans l'entrejeu. Sans parler de Dimitri Payet - chef d'orchestre désigné par l'ancien sélectionneur de l'Albiceleste - ou de Pape Gueye - solide titulaire pour sa première saison sur la Canebière (39 matches toutes compétitions confondues) - ces arrivées pourraient alors précipiter Valentin Rongier et Boubacar Kamara sur le banc, voire vers la sortie. Mais si ce dernier n'a pas caché ses envies d'ailleurs, peu d'offres intéressantes sont pour l'heure parvenues sur la table du patron marseillais. Une situation qui renforce donc encore un peu plus la bataille du milieu que s'apprêtent à vivre les Marseillais.

Des zones d'ombre à éclaircir

Au-delà des cadres, les minots auront-ils eux aussi leur chance ? Récemment recrutés en provenance de l'OGC Nice, les prometteurs Salim Ben Seghir (18 ans) et Bilal Nadir (17 ans) semblent disposer d'une longueur d'avance pour envisager quelques minutes de jeu avec l'équipe première. Dans cette perspective, la densité du groupe olympien occupera dès lors une place prépondérante dans les réflexions à mener par Sampaoli. Une marge de manœuvre, certes, pour un effectif aligné sur trois tableaux différents la saison prochaine (Ligue 1, Ligue Europa, Coupe de France) mais la nécessité pour l'Argentin de gérer les egos, au risque de voir l'ambiance du vestiaire se déliter progressivement. Et si le légitime éloge dressé sur le recrutement marseillais cet été n'est pas à remettre en question, le poste de latéral droit reste cependant un sujet sensible. À l'heure actuelle, Richecard Richard (19 ans, prêté à l’US Créteil-Lusitanos) est le seul joueur du club formé à ce poste. Quid de Pol Lirola, prêté à l'OM l'hiver dernier ? Véritable révélation olympienne, le défenseur de la Fiorentina est une des priorités de la cellule de recrutement mais le dossier semble plus compliqué que prévu. Avec le départ acté de Sakai, le vide se fait alors clairement ressentir. Ces derniers jours, les noms de Daniel Wass (Valence), Fabien Centonze (Metz) ou encore Valentin Rosier (Sporting Portugal) ont bel et bien été évoqués mais pas de quoi définitivement régler la question. Tout comme le cas de la doublure d'Amavi sur le couloir gauche...

Du «Sampaoli time» à la «Sampaoli team»

À l'aune des éléments énoncés et en considérant les préférences tactiques de l'entraîneur marseillais, il est alors intéressant de se demander quel pourrait être le futur visage de l'Olympique de Marseille. Des projections évidemment hypothétiques car personne ne sait pour l'heure ce qui sera décidé. Si l'OM semblait à l'aise dans un 4-3-3 (pouvant évoluer en 4-2-3-1) ces dernières saisons, l'arrivée de Sampaoli rend désormais plus que probable la possibilité d'un 3-5-2 ou plus précisément d'un 3-1-4-2. Avec les valeurs de combativité inculquées à ses joueurs, il avait d'ailleurs arraché plusieurs succès au bout du temps réglementaire la saison passée. Une organisation tactique que le coach phocéen apprécie particulièrement et qu'il a encore mise en place lors de la victoire des siens face à Martigues mais aussi contre le FC Sète. Dès son intronisation sur le banc marseillais, l'Argentin avait d'ailleurs opté pour ce système avec une réussite certaine (6 victoires, 3 nuls, 2 défaites en Ligue 1). Voici donc une composition probable pour l'OM version 2021-2022.

Plus d'infos

Commentaires