L’Argentine l’a fait. Mal embarquée après son match nul face à l’Islande et sa lourde défaite face aux Croates, l’Albiceleste a finalement retourné la situation et a obtenu son pass pour les huitièmes, grâce à des résultats favorables dans les autres rencontres de la poule et à cette victoire face au Nigéria. Forcément, Lionel Messi, ou encore les deux hommes décisifs sur le deuxième but que sont Marcos Rojo et Gabriel Mercado font les unes en Argentine, mais ce ne sont pas les seuls, puisque la prestation de Banega est également saluée par tous.

Concrètement, les talents du joueur de Séville sont connus de tous tant il les a exhibés sur les pelouses de Liga, mais il n’avait encore jamais réussi de telles performances en sélection. Et ça tombe bien, la formation dirigée par Jorge Sampaoli avait besoin d’un joueur comme lui. En plus d’avoir donné un amour de ballon à Lionel Messi sur l’ouverture du score de La Pulga, l’ancien de Valence et de l’Inter a apporté de l’équilibre au jeu argentin, temporisant le jeu et distillant des ballons aux joueurs plus avancés, apportant également cette touche de créativité qui manquait dans l’entrejeu. On l’a également souvent vu combiner avec Messi, et Banega a d’ailleurs été le joueur qui a donné le plus de ballon au numéro 10 (16 au total), en plus d’avoir été le joueur argentin a avoir tenté (89) et réussi le plus de passes (79).

Messi a réclamé sa titularisation

Le natif de Rosario, qui est dans le cercle d’amis proches de Messi en sélection, n’avait par exemple pas disputé le dernier Mondial avec Alejandro Sabella. « La presse argentine s’enflamme logiquement pour lui. Il y a eu des moments de circulation fluide, surtout quand Banega et Enzo Pérez connectaient avec Messi et que Higuain décrochait pour jouer en pivot », explique Clarin, qui a crédité le milieu d’un joli 7/10 dans ses notes du match, la deuxième meilleure note de l’équipe derrière Rojo et à égalité avec Messi. « Il a été le meneur dont avait besoin l’équipe en première période », peut-on lire. Du côté de Olé, il écope même d’un 8,5/10, étant là aussi le deuxième meilleur joueur le mieux noté de l’équipe, et est même devant Messi (8).

« Organisateur, cerveau et pilier, des sorties de balle propres et précises. C’est une insulte d’appeler long ballon la passe qu’il offre à Messi sur le 1-0. Il a tout nettoyé, a rendu les sorties de balle compliquées faciles avec sa précision et sa vision du jeu, et il fut le seul qui a continué à jouer de la même façon lorsque l’équipe était désespérée. Clé dans le retour de l’équipe, l’homme que réclamait Messi », décrit le principal quotidien sportif du pays. Le quotidien généraliste La Nacion, qui souligne par ailleurs le rôle essentiel qu’a joué Unai Emery dans la carrière du joueur, se montre aussi très élogieux : « Messi avait demandé sa titularisation dans la réunion entre joueurs et coach. Il considère que c’est le joueur qui lui passe le mieux le ballon dans les derniers mètres. [...] Il s’est toujours démarqué pour recevoir le ballon libre, il a offert des passes, il a interprété le concept de passe et va, ou de rester positionné en fonction de l’action. Il a dicté le tempo de l’équipe ». Didier Deschamps est prévenu : il devra tout faire pour couper la connexion Banega-Messi...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10