Didier Deschamps vient d’annoncer la liste des joueurs retenus pour affronter l’Islande et la Turquie. Une liste dans laquelle figure le nom d’Olivier Giroud. Plus que jamais remplaçant à Chelsea, le champion du monde reste un élément régulièrement convoqué par le sélectionneur. Une situation compliquée sur laquelle s’est d’ailleurs exprimé l’intéressé hier soir, au sortir du match de Ligue des Champions remporté sur le terrain du LOSC (2-1). Et si pour le moment, l’ancien Gunner conserve sa place chez les Bleus, c’est surtout grâce à son vécu en sélection.

« C’est une situation non pas qui m’inquiète, mais qui n’est pas la meilleure pour lui et pour nous. Il a eu un temps de jeu très réduit même s’il a eu un petit virus qui ne l’a pas rendu disponible sur les 3 derniers matches avec Chelsea. Il a de la concurrence avec Abraham qui est efficace. Je n’enlève pas à Olive ce qu’il a fait avec nous. Sur les sept derniers matches (en équipe de France), il a marqué 4 buts mais j’espère que cette situation puisse évoluer. J’ai bien conscience que ça tient beaucoup à ce qu’il a réalisé jusqu’à maintenant avec nous, mais au-delà du fait de cette efficacité, après c’est une question de rythme », a déclaré Deschamps en conférence de presse, avant d’indiquer que cela risquait quand même de devenir de plus en plus difficile de l’appeler si rien ne change.

Deschamps prie pour Giroud

« Il a eu des passages où son temps de jeu était réduit, mais là c’est quand même insuffisant sur le plan athlétique. Il ne peut pas être à son meilleur niveau en ayant moins de temps de jeu. Je n’ai pas besoin de lui faire passer un message. On a déjà discuté. J’espère que vous n’aurez pas à me poser la question dans un mois. Je ne sais pas ce qu’il va se passer. (…) Je réponds à une question, il n’y a pas d’avertissement. C’est factuel. Il est conscient de la situation. »

Dans l’impasse, l’attaquant français doit-il donc déjà penser au prochain mercato hivernal ? Et pourquoi avoir prolongé son bail avec les Blues alors qu’il était déjà dans cette situation ? « C’est en janvier. Je n’ai pas de match à ce moment-là. Il a déjà été confronté à cette situation plusieurs fois. L’été dernier, il y avait une clause unilatérale. À partir du moment où le club a levé la clause, il n’avait pas droit à la parole. » Sauf que cette fois, Olivier Giroud risque de devoir la prendre devant son club si rien ne bouge.