En larmes, accroupi sur la pelouse du Maracanã, Antoine Griezmann a longtemps semblé inconsolable après le coup de sifflet final, synonyme d’élimination face à l’Allemagne (0-1). La déception de l’attaquant de la Real Sociedad était à la hauteur de son enthousiasme durant toute la compétition. Très jeune, il a savouré chaque minute de ce tournoi. « Je n’oublierai pas le centre, les hôtels, l’ambiance dans le stade. Cela restera gravé. C’est dur de se dire que ça s’arrête. Des Coupes du Monde, il y en aura d’autres. On essayera d’en gagner une un jour », a-t-il confié au sortir de la rencontre.

Sur le terrain, le natif de Mâcon aura prouvé qu’il avait sa place dans cette équipe. Contre le Honduras, l’Équateur et l’Allemagne, il a même assumé pleinement son rôle de titulaire, créant sans cesse du danger. Face au Nigeria, en huitième de finale, son entrée en jeu avait permis aux Bleus de prendre le dessus sur la défense des Super Eagles en fin de match. S’il n’a pas été décisif (une tête sur la barre lors du premier match), le jeune homme s’est installé dans ce groupe, soulignant souvent son « envie de tout donner pour aider » ses coéquipiers.

Adoubé par Benzema

Il a été pris sous son aile par Karim Benzema, l’un des cadres de la sélection de Didier Deschamps. On les a vus très complices à l’entraînement, ne se lâchant pas d’une semelle. Sur le pré, en match, leur complicité est évidente, elle saute aux yeux. « C’est un très bon joueur. On essaye de combiner ensemble, au fur et à mesure, on va avoir encore plus d’affinités. Il aime bien rigoler, c’est un jeune. Il est à l’écoute. C’est important quand on est jeune », confiait d’ailleurs le buteur tricolore il y a quelques jours face à la presse.

Le doute planant sur la suite de la carrière de Franck Ribéry en sélection (la star du Bayern Munich avait déclaré que le Mondial 2014, auquel il n’a pas pu participer, serait son dernier...), le feu follet s’est imposé, tranquillement, comme une solution d’avenir, dans la perspective de l’Euro 2016 notamment. Il revient de loin après l’épisode des Espoirs et cette « fugue » à l’hiver 2012. Alors que son été s’annonce charnière (malgré un contrat courant jusqu’en juin 2016 avec la Real, son avenir est encore incertain), Antoine Griezmann a pris date avec les Bleus.