Ultime répétition avant la liste définitive le 15 mai prochain. Ce soir, les joueurs de l’équipe de France jouaient leurs dernières cartes personnelles pour intégrer le groupe de Didier Deschamps qu’il emmènera avec lui en Russie cet été. Et comme un avant goût de Mondial, les Bleus se rendaient au pays des tsars ce mardi pour soigner les têtes de la défaite embarrassante concédée face à la Colombie vendredi dernier et reprendre confiance. Le sélectionneur changeait ses plans et intégrait 7 nouveaux joueurs avec Pavard, Koscielny, Hernandez, Rabiot, Pogba, Dembélé et Martial. Le 4-3-3 français faisait face à un 5-4-1 russe avec notamment Dzagoev en soutien de Smolov.

Ce début de rencontre avait tout d’un amical... un stade silencieux, peu de rythme, une pelouse dans un piteux état... Ce premier quart respirait l’ennui au Stade Krestovski. Ça en devenait même inquiétant lorsque Lloris réalisait un arrêt réflexe après une incursion côté gauche de Dzagoev, conclue par Smolov (15e). Les Bleus n’y arrivaient pas en ce début de rencontre et malgré la légère montée en puissance de Pogba, il fallait une frappe complètement dévissée de Martial pour permettre à Mbappé d’offrir la première tentative cadrée française (26e). L’association entre les trois flèches de devant ne trouvait pas sa complémentarité.

Les Bleus accélèrent après la pause

Au milieu aussi, les Bleus éprouvaient de grosses difficultés à l’image d’un Rabiot transparent. Heureusement que Kanté affichait encore son omniprésence pour contrarier les quelques assauts russes. Il y avait tout de même du mieux à l’approche de la mi-temps. Avec du champ libre devant lui, Pogba lançait Mbappé dans le dos de la défense. Un crochet plus tard, le jeune Parisien trompait Lunev du droit (0-1, 40e). Martial était même tout proche du doublé après ce bon travail de Pogba (44e) puis de Mbappé (45e+1) mais le score en restait là. Devant au tableau d’affichage, on attendait tout de même autre chose de cette équipe de France. Didier Deschamps l’a bien fait entendre dans le vestiaire et ses joueurs revenaient avec de meilleurs intentions.

Il faut dire que Pogba a facilité le travail de tout le monde. Accroché à 25 mètres dans l’axe du but russe, il se faisait justice lui-même en marquant d’un joli coup-franc (0-2, 49e). Il y avait bien ce loupé à bout portant de Granat sur corner (57e) mais l’embellie française se poursuivait cette tête cadrée de Koscielny (59e) et cet enroulé manqué par Mbappé (64e). La Sbornaya profitait de ce manque de réalisme pour revenir dans la rencontre grâce à Smolov à la réception de ce centre de Smolnikov (1-2, 68e). A l’image d’Umtiti et d’Hernandez, la France semblait moins bien aux abords du dernier quart d’heure, c’est alors que Deschamps faisait tourner son effectif avec notamment la première sélection de Kimpembé. Dans la foulée, Mbappé scellait la rencontre après un enchaînement technique de classe et une erreur du gardien (1-3, 83e). La France n’a pas tout bien fait mais se rassure un peu après la déconvenue de la Colombie et à moins de trois mois du Mondial.

Revivez le film de la rencontre sur notre live.

L’homme du match : Mbappé (7) : aligné en pointe, le Parisien a soufflé le chaud et le froid. Régulièrement bougé et pas toujours adroit dans ses transmissions, il a souffert face à cette défense regroupée avant de trouver la faille. Un face à face repoussé par Lunev (26e), puis un but marqué après une belle course, un crochet et une frappe pleine de sang-froid (40e). Son dynamisme lui a permis de prendre des espaces pour servir ses partenaires comme pour Martial (45e+2). Il manque une première fois le doublé (64e) avant de se rattraper en fin de rencontre après un bel enchaînement et une boulette du gardien (84e). Remplacé par Lemar (87e).

Russie :

- Lunev (4) : très peu de travail durant la première demi-heure. Un bel arrêt face à Mbappé, vigilant sur un coup-franc de Martial, mais finalement battu, à contre-pied, par la frappe de l’attaquant parisien. Il ne peut rien faire sur le coup-franc de Pogba. Il se troue sur le deuxième but de Mbappé. Une fin de match compliqué pour lui.

- Samedov (5) : le petit latéral droit a globalement bien tenu son côté, et n’a pas eu à déplorer beaucoup de débordements de son côté, les Bleus préférant souvent rentrer dans l’axe. Une belle activité mais pas assez de poids dans le jeu offensif de son équipe, qui a privilégié le côté gauche. Remplacé par Smolnikov à la 46e (note : 6), un peu plus offensif que Samedov et auteur d’une belle passe décisive à destination de Smolov.

- Granat (4) : il a éprouvé des difficultés à gérer l’espace dans son dos. C’est souvent derrière lui que Mbappé a proposé ses appels en profondeur. Il n’est pas bien placé sur la passe en profondeur de Pogba qui amène le premier but français. Pas d’une grande aide pour Neustädter. Un énorme loupé face au but, à 0-2, alors que le ballon lui était revenu (57e).

- Neustädter (3) : une première demi-heure très tranquille, où il gérait parfaitement sa défense. Mais à chaque fois que l’équipe de France a accéléré, ça s’est corsé pour le central d’origine allemande. Il se fait promener par Mbappé sur les deux buts du jeune attaquant français, et se souviendra forcément de lui après cette rencontre.

- Kudryashov (5) : le solide défenseur du Rubin Kazan a plutôt bien tenu son secteur, maîtrisant globalement les mouvements de Dembélé. De bons jaillissements, et un match correct.

- Zhirkov (5) : l’ancien joueur de Chelsea a de beaux restes, surtout techniquement. On l’a vu créer des décalages intéressants par ses passes. Le jeu russe est passé essentiellement par son aile. Le travail défensif a été correctement effectué, plus souvent face à Pavard que Dembélé. Remplacé à la pause par Rausch (note : 5), au style moins technique mais plus volontaire.

- Golovin (6,5) : quelle activité ! Positionné en numéro 6, le jeune joueur du CSKA (21 ans) a débordé d’énergie dans l’entrejeu. Il a su se défaire du pressing (rare) des Bleus sans dommage en première période, faisant circuler la balle correctement. Un bel impact à la récupération et quelques montées de balle rageuses au coeur du jeu. Il ne lui a manqué qu’un peu de clairvoyance offensivement pour créer plus de danger.

- Erokhin (4) : beaucoup moins en vue que Golovin dans l’entrejeu. Le longiligne joueur du Zenit n’a pas convaincu, se contentant avec le ballon de relais timorés, sans véritable prise d’initiative.

- Dzagoev (4,5) : on l’a senti en jambes, prêt à en découdre. Disponible pour ses partenaires, il a beaucoup réclamé le cuir, mais n’a pas fait preuve d’une grande inspiration. Plusieurs passes ratées, du déchet dans son jeu vers l’avant. Certes, c’est lui qui centre pour Smolov, sur la grosse occasion russe en première période, mais c’est très peu pour sauver son match. Remplacé par Miranchuk, Anton de son prénom et frère d’Aleksei, à la 54e. Auteur d’une belle entrée, il a amené plus de vitalité au jeu offensif russe par ses déplacements. Il a aussi plus provoqué balle au pied.

- Al. Miranchuk (4) : on l’a très peu vu en première période malgré une possession de balle plutôt intéressante en faveur des Russes. Il a donné le sentiment de ne pas savoir bien se positionner entre Dzagoev et Smolov. Résultat, le milieu offensif de 22 ans a eu très peu d’influence. Un peu mieux en seconde période quand le pressing russe s’est intensifié. Remplacé par Zabolotny (67e), attaquant du Zenit, qui s’est positionné sous Smolov, et qui a réussi à récolter un carton jaune dès son entrée en jeu pour un coup sur Koscielny.

- Smolov (6,5) : un match plein d’abnégation pour l’avant-centre russe. Véritable poison, il n’a jamais hésité à se frotter à Koscielny et Umtiti. Il aurait pu donner l’avantage aux Russes dès la 15e minute sans un grand Lloris. Sa prestation méritait un but et il a trouvé la faille en 2e période, en reprenant victorieusement un excellent centre de Smolnikov (68e).

France :

- Lloris (6) : mis à contribution dès le premier quart d’heure avec cette reprise de Smolov dans la surface sur laquelle il se détend bien (15e), le capitaine français a su rester concentré sur ses rares interventions. Il peut tout de même remercier la maladresse de Granat seul face à la cage qui a manqué le cadre (57e) et est abandonné par sa défense sur le but de Smolov (68e). Vigilant durant le dernier temps faible des Bleus et rassurant.

- Pavard (5,5) : les Russes sont souvent passés dans son couloir (15e) mais il faut dire qu’il n’a pas beaucoup été aidé par Dembélé et Pogba en première mi-temps. L’ancien Lillois n’a pas grand-chose à se reprocher il a fait le boulot défensivement même s’il aurait pu se montrer davantage dans le camp adverse. Il gêne un Granat à bout portant qui manque le cadre (57e) et effectue un bon retour sur Smolnikov (78e).

- Koscielny (6,5) : à nouveau titulaire dans l‘axe de la défense, le joueur d’Arsenal s’est senti à l’aise. Costaud dans les duels, il n’a pas laissé beaucoup d’espaces à Smolov, lui rendant même la vie impossible dans les airs. Le défenseur est même venu filer un coup de main sur coups de pied arrêtés offensifs (59e). Quelques approximations techniques tout de même pour relancer mais un esprit combatif qui a fait du bien.

- Umtiti (4,5) : associé cette fois-ci à Koscielny en défense, l’ex-joueur de l’OL a rendu une prestation dans la lignée de celle vue face à la Colombie. Peut mieux faire. Rarement mis en danger, il a commis quelques petites erreurs de relance et se trouve un peu court devant Smolov (15e). Il perd aussi un duel de la tête qui aboutit à la réduction du score des Russes (68e). Dans l’ensemble, il a bien protégé son but, coupant quelques longs ballons dangereux dans le dos de son latéral. Remplacé par Kimpembé (80e) qui célébrait enfin sa première sélection chez les Bleus.

- Hernandez (5) : pour sa première titularisation avec les Bleus, il a réalisé un match assez quelconque. Un placement régulièrement haut sur le terrain quitte à déserter l’alignement avec sa défense et des duels de costauds remportés face à Dzagoev et Samedov. Son impact offensif n’a pas été suffisamment important face à cette défense regroupée et on l’a senti moins bien en seconde période. Il a parfois pris l’eau dans son couloir d’où est d’ailleurs venue la réduction du score de Smolov (68e).

- Pogba (7) : en difficulté en club comme en sélection, le milieu de terrain a tenté des choses mais ce fut souvent seul dans son coin, dans un premier temps. Auteur d’un pressing constant, il a tout de même affiché la bonne attitude. C’est lui qui a tenté le plus lors de la première mi-temps avec un bon retour dans les pieds de Smolov (39e) et une passe décisive pour Mbappé (40e). Il obtient et convertit même un superbe coup-franc en début de seconde période (49e). Encore présent sur la fin de rencontre, il offre une première belle prestation sous le maillot bleu depuis longtemps. De bon augure à trois mois de la Coupe du Monde.

- Kanté (7) : ce qui est inquiétant pour l’équipe de France, c’est que ce soi l’un des meilleurs. Omniprésent dans sa moitié de terrain, il a nettoyé sa zone (12e, 29e, 38e, 49e, 65e) annihilant les quelques incursions adverses. Propre également dans le jeu et la relance, il n’a pas hésité à apporter le surnombre. Kanté aura été un véritable poil à gratter pour la Sbornaya. Remplacé par Tolisso (66e) qui a eu un peu de mal à rentrer dans le match, laissant souvent des espaces dans son dos.

- Rabiot (4,5) : invisible durant la première demi-heure avec des ballons approximatifs dans la surface (20e), le joueur qui fêtait sa 6e sélection n’a pas montré grand-chose et n’a pas vraiment bousculé la hiérarchie établie chez les Bleus. Bougé dans l’impact au milieu et souvent en retard, il n’a pas su faire parler sa qualité technique ni offrir des solutions offensives. Du mieux en seconde période mais c’est trop peu avec pas mal de ballons perdus. Remplacé par Matuidi (81e).

- Dembélé (4,5) : bien cerné dans son couloir, il a eu du mal à faire jouer sa vitesse face au vétéran Zhirkov. Le joueur du Barça a pas mal tenté mais rarement réussi. Il a manqué d’intelligence et de variété dans son jeu malgré de rares fulgurances comme ce centre au second poteau pour Mbappé. On attend tout de même plus d’un joueur de son calibre surtout qu’il avait une vraie carte à jouer ce soir. Remplacé par Giroud (72e), qui n’a pas fait grand-chose hormis quelques ballons gagnés dans les airs.

- Mbappé (7) : voir ci-dessus.

- Martial (4,5) : le Mancunien jouait gros ce soir. Auteur d’une prestation convaincante en Allemagne cet automne, il a eu du mal ce soir en Russie. Il a mis un certain temps à faire parler sa vitesse et sa technique, tentant d’abord d’y aller tout seul. C’est lorsqu’il a combiné avec Pogba (44e) ou Mbappé (45e+2) qu’il a enfin eu un impact mais ça n’a pas suffi à faire la différence. Remplacé par Griezmann (58e) dont la qualité technique et a fait du bien pour mener quelques contres mais il n’a pas toujours été à son aise devant. Il n’a pas hésité à revenir défendre quand son équipe en avait besoin.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10