Début juin 2009, le Real Madrid officialisait l’arrivée de Cristiano Ronaldo, Ballon d’Or 2008, pour un montant record d’un peu plus de 90 millions d’euros. Arrivé comme une véritable star, on peut même dire que le Portugais a fait mieux que prévu tant ses années à Madrid ont été brillantes. L’ère Ronaldo s’étant donc officiellement fermée, il est l’heure de faire le bilan. Pas de doutes, le Portugais a été le principal artisan de la période dorée du club, marquée par ces quatre titres en cinq saisons.

Ainsi, en neuf saisons, le natif de Funchal affiche un palmarès incroyable avec le club merengue : deux titres de Liga, deux Coupes du Roi, deux Supercoupes, quatre Ligue des Champions et trois titres de Supercoupe d’Europe. Seize titres obtenus à coups de buts décisifs et de rencontres légendaires, cette saison encore avec ce doublé, dont ce retourné splendide, face à la Juventus en quart-finale de Ligue des Champions. On peut aussi penser à ce triplé face à Wolfsbourg en quarts de finale de la compétition en 2016, qui a permis aux Madrilènes de se qualifier alors qu’ils étaient bien mal embarqués.

Des statistiques impressionnantes

Forcément, sur le plan statistique, c’est tout simplement hallucinant. Au total, il a fait trembler les filets à 451 reprises en 438 rencontres sous la tunique blanche, 422 d’entre elles en tant que titulaire. En Liga, il affiche 311 buts en 292 apparitions, contre 105 en 101 apparitions en Ligue des Champions. En neuf saisons, il a été meilleur buteur de la Coupe aux Grandes Oreilles à six reprises. Le Portugais a gagné quatre de ses cinq Ballons d’Or en portant le maillot merengue, avec ce duel avec Lionel Messi, probablement le plus clivant de l’histoire du football.

Le meilleur buteur de l’histoire du club - loin devant Raul Gonzalez et ses 323 réalisations - n’a cependant pas toujours fait l’unanimité auprès des supporters merengues. Pas à cause de ses performances sur le terrain, qui sont difficilement critiquables, mais à cause de certains comportements et déclarations qui ne sont pas toujours bien passées auprès des socios, pas plus tard qu’après la dernière finale de Ligue des Champions. L’après-Ronaldo, clairement candidat au titre honorifique de meilleur joueur de l’histoire du club, va être dur à gérer à Madrid...