Entre le Betis et Giovani Lo Celso l’idylle est au beau fixe. Débarqué en Andalousie sous forme de prêt avec option d’achat en août dernier, le milieu argentin a déjà conquis tout son monde. Joueurs, entraîneur, supporters, dirigeants, Lo Celso recueille tous les suffrages à Séville. Cerise sur le gâteau, le joueur qui appartient encore au PSG a renoué avec la sélection argentine. Titularisé à six reprises pour neuf apparitions en Liga et un but marqué, on ne voit pas comment le petit argentin pourrait rentrer à Paris à la fin de son prêt.

Surtout que le vice-président du Betis José Miguel Lopez Catalan ne cache plus son ambition et souhaite ardemment conserver l’intéressé. Pour rappel, l’option d’achat fixée à 25 millions d’euros demeure automatique si la formation andalouse se qualifie en coupe d’Europe. Mais à Séville, le plan n’est pas de compter sur une qualification européenne pour arracher Lo Celso au Paris Saint-Germain. Récemment, le journal espagnol ABC confiait ainsi que le Betis songerait à payer les 25 millions d’euros en trois fois (deux versements de 7 millions plus un de 8).

Le Betis a déjà fixé la clause libératoire de Lo Celso

Pour rappel, le pensionnaire de Liga a déjà versé 3 millions d’euros pour obtenir le prêt du joueur. Mais ce samedi matin, Mundo Deportivo apporte de nouvelles précisions sur la future offensive sévillane pour Giovani Lo Celso. On y apprend notamment que le PSG conserverait 20% sur les droits du joueur même en cas de transfert définitif. Le Betis proposerait un contrat jusqu’en 2023 au futur ex-parisien. Mieux, les Beticos auraient déjà fixé la clause libératoire du milieu argentin !

Celle-ci s’élèverait ainsi à 100 millions d’euros, et en cas de revente, le Paris SG percevrait donc 20% de la somme finale... Reste à savoir désormais si ce petit montage financier sera accepté par les dirigeants franciliens qui devront renflouer leurs caisses dès cet été. En effet, le fair-play financier menace toujours et pourrait à nouveau décoter certains contrats sponsoring. Le Paris Saint-Germain devra donc vendre l’été prochain et apporter des garanties économiques solides à l’UEFA. Le feuilleton Giovani Lo Celso s’annonce palpitant...