C’est un vrai classique du championnat de France qui mettait fin à cette 13e journée. Bordeaux recevait l’OM au Matmut Atlantique, avec l’espoir de poursuivre sa série d’invincibilité de 40 ans à domicile face à son rival historique. Pas forcément au mieux, le club au scapulaire n’a plus gagné depuis le 23 septembre et doit remettre la machine en route. Pour cela, Gourvennec faisait confiance à son onze titulaire et notamment à son trio offensif Malcom-De Préville-Kamano. En face, Garcia récupérait Payet mais devait faire sans Luiz Gustavo, suspendu pour ce match. L’entraîneur marseillais envoyait un 4-2-3-1. Mitroglou était une nouvelle fois préféré à Germain alors que Sanson et Zambo évoluaient devant la défense.

C’est bien ce duo qui allait faire plonger l’OM dès les premiers instants du match. A 30 mètres dans l’axe, le Camerounais ratait sa passe à destination de l’ancien Montpellierain, De Préville surgissait et s’en allait battre Mandanda d’un bel enroulé à l’entrée de la surface (1-0, 3e). L’attaquant marquait là son tout premier sous les couleurs girondines et c’est tout le stade qui explosait de joie et de soulagement. Cueillis à froid par cette erreur individuelle, les Olympiens tardaient à rentrer dans leur soirée. Ils éprouvaient beaucoup de difficultés à enchaîner les passes face au pressing et la grosse agressivité des Bordelais. Le break n’était d’ailleurs pas loin entre le raid de Malcom (13e) et la reprise de Sankharé, un cheveu au-dessus de la barre (18e).

Sanson sauve l’OM

Les débats s’équilibraient au fur et à mesure de la première période même si les Girondins semblaient toujours un cran au-dessus. Par intermittence, l’OM se montrait dangereux avec ce centre de Payet pour Ocampos (25e) ou encore ce bon ballon de Sanson en direction de la tête de Mitroglou (39e). C’était tout de même trop pour inquiéter un Costil assez serein durant cette première période, bien aidé par un Toulalan des grands soirs. Rudi Garcia avait du boulot à la pause pour corriger les défauts de son équipe. Il changeait un Payet très décevant par Lopez et Sanson montait d’un petit cran. Ce nouveau positionnement faisait du bien au numéro 8 qui parvenait à se distinguer davantage. Il était à la baguette pour cette tentative au second poteau de Thauvin (50e) et cette légère tête de Mitroglou (54e).

L’OM montrait bien plus de velléités offensives et occupait le camp adverse. Thauvin montait lui aussi en puissance mais pas Mitroglou qui disparaissait petit à petit. La bataille du milieu de terrain s’équilibrait mais Bordeaux arrivait tout de même à se projeter sur quelques coups. Seulement, le trio offensif commençait à tirer la langue et Malcom ne faisait pas toujours les bons choix à l’image de ce mauvais ballon pour Mendy (83e). Mandanda ne devait s’employer que sur cette frappe de Sankharé (64e) puisque l’international sénégalais manquait le cadre en fin de rencontre (85e). La défense girondine tenait le choc et pensait avoir échappé au pire après le manqué de Mitroglou (90e+1) mais un dernier ballon qui traînait profitait à Sanson qui ne tremblait pas et égalisait (1-1, 90e+4). Le milieu sauvait l’OM qui poursuit sa série de 8 matches sans défaite mais ne met pas fin à celle de l’invincibilité bordelaise à domicile.

Revivez le live de la rencontre ici.

Le classement de Ligue 1.

L’homme du match : Toulalan (7,5) : un roc ce soir. Le capitaine a fait un gros match, avec plusieurs interventions importantes. Son positionnement était intelligent, et il a motivé sa troupe jusqu’au bout. Il frôle le match parfait avec cette égalisation en toute fin de rencontre.

Bordeaux :

- Costil (5) : c’est simple : il n’a rien eu à faire en première période, à part négocier quelques ballons dans les airs et capter, facilement, un coup franc de Payet. Il a dû garder les yeux bien ouverts dans le second acte, et n’a pas craqué... jusqu’à la dernière seconde où il pouvait difficilement mieux faire, car caché par ses défenseurs.

- Sabaly (4) : il n’a pas trop été embêté dans son couloir par Ocampos. Décevant néanmoins offensivement. C’est lui qui a perdu un ballon crucial sur l’égalisation de l’OM (90e+4).

- Lewczuk (5,5) : bien aidé par un grand Toulalan, l’international polonais a fait son boulot ce soir. Il a plutôt bien contenu Mitroglou, même si l’attaquant grec a parfois eu le dessus. Match correct. Averti à la 65e minute. Remplacé par Verdon (79e) qui est resté concentré jusqu’au bout.

- Toulalan (7,5) : voir ci-dessus.

- Pellenard (6) : un match convaincant. Il a gratté de nombreux ballons et a fait le lien entre l’attaque et la défense. Une seconde période un peu plus tendue pour lui, mais il s’est montré précieux à quelques reprises.

- Otavio (6) : un match sérieux du milieu défensif brésilien qui n’a pas pris trop de risques. Il a tout de suite trouvé ses repères sur le terrain et a coupé plusieurs offensives marseillaises.

- Lerager (6) : heureusement Sankharé était bon ce soir, car l’international danois a soufflé le chaud et le froid au cœur du terrain. Il a beaucoup couru dans le vide et a laissé trop facilement l’OM dérouler son jeu. Néanmoins, ses passes étaient précises et surtout il a récupéré énormément de ballons.

- Sankharé (7) : il n’est pas venu pour faire de la figuration ce soir. L’international sénégalais a dominé le milieu marseillais au début du match, et s’est même offert trois belles occasions (18e, 64e, 84e). Au fil du match, il s’est concentré de plus en plus sur son travail défensif, qu’il a bien exécuté.

- Malcom (5) : la star bordelaise a fait son match. Dès qu’il avait le ballon au pied, on sentait de la magie arriver. Cependant, ses passes tranchantes ont souvent été interceptées au dernier moment par la défense marseillaise.

- De Préville (6) : la recrue estivale des Girondins a enfin débloqué son compteur, et de quelle manière ! Il a profité d’une erreur marseillaise, avant de maîtriser la charnière centrale de l’OM et de mystifier Mandanda avec une frappe imparable (3e). Son seul vrai éclair de la soirée, il s’est ensuite montré imprécis. Averti à la 20e minute. Remplacé par Mendy (75e), qui s’est surtout contenté de défendre et a eu la balle du 2-0 (77e).

- Kamano (6) : un début de match dynamique. L’international guinéen a mis une grosse pression à Sakai, et s’est infiltré dans la surface marseillaise à quelques reprises. Défensivement aussi il était présent, empêchant le latéral japonais de faire des dégâts. Averti à la 66e minute. Remplacé en toute fin de match par Cafu (89e).

OM :

- Mandanda (5,5) : il ne peut absolument rien faire face à De Préville (3e) ni sur la reprise de Sankharé non plus d’ailleurs, qui frôle le cadre (18e). Souvent pressé par les attaquants bordelais, il a eu du mal à trouver ses partenaires dans son jeu long. Concentré sur une bonne frappe de Sankharé (64e), il n’a finalement pas eu grand-chose à faire. Soirée frustrante pour le gardien de l’équipe de France, tout de même soulagé par l’égalisation.

- Sakai (3,5) : en difficulté face à la vitesse de Kamano (2e), il a connu une première mi-temps très éprouvante face au Malien qui ne l’a pas lâché d’une semelle. Ce dernier prenait régulièrement l’avantage sur lui (37e, 64e, 65e) et c’est encore de son côté que vient l’occasion de Sankharé (18e). Dans le dur, il a eu du mal à s’illustrer offensivement. Il n’a pas réussi à apporter le soutien nécessaire aux attaquants. Remplacé par Sarr (81e) qui a eu le temps de mettre le dernier ballon dans la boîte (90e+4).

- Rolando (6) : complètement déposé par Malcom (13e), pris à contre-pied par le centre de Kamano et l’appel de Sankharé (18e), il a connu des vrais problèmes de placement. Même dans ses passes, on l’a connu plus à son avantage car elles ne sont pas toujours arrivées à destination. La mobilité des attaquants bordelais et le pressing de De Préville l’ont gêné. Il a tout de même éteint quelques incendies en gagnant quelques ballons (50e, 71e).

- Rami (5) : comme l’ancien de Porto, il a connu une soirée compliquée. Bien placé sur cette incursion de Kamano (2e), il est surpris par l’erreur d’Anguissa et n’a pas le temps de revenir sur De Préville (3e). On ne peut pas l’incriminer sur ce coup mais il a montré des signes de fébrilité. Il n’est pas loin de concéder un penalty après un contact sur Sankharé (33e) et a eu du mal à stopper les attaques adverses.

- Amavi (6,5) : heureusement qu’il était là ce soir sinon son équipe aurait pu couler dès la première mi-temps. Il est notamment l’auteur d’un super retour dans les pieds de Malcom qui filait au but (13e). Il a mis l’engagement qu’il fallait pour répondre à l’agressivité des Girondins et a bien géré ses vis-à-vis. Beaucoup d’énergie dépensée et des courses à haute intensité tout le long du match. Malheureusement, il a manqué d’efficacité offensive (50e).

- Sanson (7,5) : pas assez réactif sur la mauvaise passe de Zambo qui amène l’ouverture du score (3e), il a eu du mal à exprimer en première période à cause d’un positionnement flottant et des difficultés techniques. Il a haussé le ton par la suite. Une intervention devant la surface très importante (18e). Des bons ballons à destination de Mitroglou (39e, 54e) et Thauvin (50e), il a souvent été dans les bons coups marseillais. Trop bougé physiquement, il est récompensé par un but arraché dans l’ultime minute (90e+4). Un but qui vaut cher.

- Zambo (3) : alors qu’il assure en ce début de saison, il commet une terrible erreur après seulement trois minutes de jeu en laissant De Préville filer au but. Il ne s’en est jamais vraiment remis. Trop rarement percutant dans l’entrejeu, il a souvent été dominé par l’engagement adverse et notamment par Otavio et Lerager. La faute aussi à un mauvais placement et des interventions pas dans le mauvais timing. Le Camerounais a connu tellement de déchet (27e, 40e, 61e). Remplacé par Germain (73e) dont la mobilité n’a pas vraiment ouvert d’espaces mais il envoie le ballon de l’égalisation dans la surface (90e+4).

- Thauvin (6,5) : on l’a connu dans de meilleurs soirs même s’il est monté en puissance. Serré de très près en début de rencontre, il a eu du mal à exister, touchant peu le ballon. Averti pour un excès d’engagement (45e), il a bénéficié de plus de liberté en seconde période et s’est mis en route. Un coup-franc vicieux au premier poteau bien repoussé par Costil (47e), puis une reprise hors cadre sur une offrande de Sanson (50e). Pas mal de percussions sur son côté avec quelques différences (71e, 79e).

- Payet (3,5) : de retour de blessure, le capitaine marseillais aura été décevant, enchainant les mauvais choix. Sur une superbe contre, il joue très mal le coup, ne profitant pas des appels de ses attaquants et stoppé avec autorité par Toulalan (14e). Un bon centre pour Ocampos (25e) et c’est tout car son déchet technique a été trop important dans les 30 derniers mètres. Sorti à la pause contre Maxime Lopez (46e - note 5,5) qui a pris rapidement un carton jaune (53e). Son apport a tout de même fait du bien avec pas mal de ballons récupérés et des efforts défensifs pour enrayer les rais adverses. Il a manqué de précision dans les passes clés.

- Ocampos (4) : de l’engagement, parfois trop, de la mobilité et de la disponibilité et pas mal d’efforts pour défendre mais offensivement, c’est faible. Il a touché très peu de ballons pour un rendement quelconque. Il n’a pas su peser sur la défense girondine. À part cette tête plongeante trop croisée sur ce centre de Payet (25e), on ne l’a pas vu dans la zone de vérité. Décevant et ce n’est pas la première fois.

- Mitroglou (3) : il n’a pas été aidé par un Payet bien trop soliste (14e). Dans un premier temps, on l’a senti bien plus à l’aise au sein du collectif avec des remises en une touche et plus de mobilité. Une bonne tête hors cadre (39e) puis une autre inoffensive (54e) et il a fini par disparaitre. L’international grec a semblé manquer de jus sur la fin et même l’entrée de Germain avec une attaque à deux pointes ne l’a pas vraiment soulagé. Surtout, il loupe une balle de match (90e+1).